Drukkerij, Boek- en Papierhandel ik propos du plan d'Ypres Schoonen BOUWGROND vroeger te YPER, Boterstraat, I" thans te POPERINGHE, Yperstraat, 21 en de ballingschap van duizende huisgezinnen! Daarom vergeJ wij dat de ontwerpen die de vernieling bedoelen van 't geen ons zoo nauw ter harte ligt, z<iuden verworpen worden, 't is in dat Yper zoofs het steeds was. net. stil en kunstig, dat wij willen terugkeeren en niet in eene voor ons onkennelijke stad. Zonder de plans te willen beöordeelen. maar slechts het ectnoniisch punt in aanmerking Vunende, zullln wij doen uitschijnen dat al Ji groote banen van f arrondissement op de Groote Markt van 5 per samenkomen dat Yper het niiddenpilit is van een gansch liet van ij zer-' en buurtfpQprwegën. Onder de straten van Yper bestaaf hel merkwaardigste stelsel van waterafleidingen van gansch België en de vol ledige kartaBseering van den waterdienst. De stad zelve was bekend voor eene der eigenaar digste van I land. Behalve hei verbroeden van eenige deepen van zekere enge straten, niets mag veralderd worden aan het lankmoedig werk onze! voorouders. Sinds nicer dan een jaar wachten wij op 'de goedkeürilg van 'f plan door dé stad opge maakt. lift seizoen van 1920 is begonnen. Het is hoog lid dat die goedkeuring ons eindelijk verleend worde. I Ziedaar de gevoelens, Sire. welke wij de eër- dige vrijleid nemen l te komen blootleggen in namelder gansche Ypersche bevolking die reikhals!om hare stad op nieuw te bewonen. Mocht! uwe alvermogende tusschenkpmst. zonder uitstel, een einde maken aan dezen zoo bekiageiBwaardigen toestand, gij zoudt eens te meérl Sire» de eeuwigdurende erkentelijk heid velfvorven hebben van uwe die]» verkleef de Ypeiingen. 'oor den Bond der Ypersche Culhs": De Voorzitter. (get. A. BI TA YE. Brussel, den 20 Maart 1920. Lu <1 Region d'Ypres rechérche des correspon- dants lérietue clans toutes les communes de ar rondissement Lite fait appel a toutes les I/onnes roloni-s et d'èfnande qti'on Ie tienne au courant de tout f' qui se passé. S'alresser a la Redaction. Acs ice ten rs gavent que Ie congres de> Yprols. term a Ypres le 7 mars dernier. résolut d'énvoyer a Sa Majesté. une délégatioii de dix coneiloyens, pour obtenir que les plans d'Ypres soient enfin approuvés. L'audienee royale ent lieu au Palais de Bruxelles le samedi 20 mars suivant. Monsieur le Ministro Henkin était présent. Une discussion d une heure ent lieu en presence de Sa Majesté qui s'intéressait vivement a voir la question résolue dans un sens favorable au\ désirs de la population yproise. Résultat trois jours aprës, les plans, approuvés pour leur plus grande partie, arrivaient a Ypres, et la construction des barraques et des maisons, longtemps contrecarrée, put enfin être reprise. Voilii bien un exemple de ce que peuvent l'union et la volonté de réussir. -Vos lecteurs nous sauront peut-être gré de pu blier iri le texte de l'adresse lue au Roi au cours de cette memorable audience Texte de l'adresse lue au Roi par la delegation des Clubs Yprois A Sa Majesté le Roi des Beiges. Sire, Nos clubs Yprois. établis en différentes villes du pays, .romp tent parmi leurs membres pjusieurs centaines de families, revenues après cinq années d'exibqui alfendent, en vain jusqu'ici, qu'il leur soit permis de rentrer dans leur ville et d'y rebatir leurs maisons détruites. Lors du Gongrès, tenu par ces clubs a Ypres le 7 mars dernier, plusieurs cen taines rl'Yprois qui ont élevé en ville des baraque- meqts provisoires, sont venus joindre leurs -doiéan- ces aut nótres. G'esi done au nom de toutes les classes de la population Yproise que nous venons recmirir a votre bienveillanfe intervention. Nuus avons fout perdu, absoluinent tout, et nos families ruinées sont disj ersées et isolées dans des localités M rangé res. Aucune population n'a snot tert ebmme nous. Si buit millions de Beiges ont gardé leurs foyers, leur liberté et tout ce qui leur rend la vie agréable. e'est certes a notre liéroïque armee, conduite par Vous. qu'ils le doivent, mais i 'esi aussi au pi ix de la dévastation ile toute la contrée d'Ypres. Nous av ns mérité que la Belgique a son tour tienne compte soigneusement de nos besoins et de nos sentiments. G'est pourquoi nous venons, Sire. vous présenter aujourd'hui une ins tant o supplique. Nous sommes empèchés depuis plus d'un an de recottstruire nos deméures paree qu'un groupe d'estliètes refuse de laisser rebatir Ypres telle qu'elle était avant la guerre! Ne se soucjant aucu- nement de notre situation ni de nos sentifnents a nous, its révent de transformer tout le centre de notre ville en un immense nécropole, et d'y établir ce qu'ils appellent une zone 'de recueillement Nous. Yprois, nous venons, Sire. protester éner- giquerpent et joindre nos voix a cello de notre édi- iïté afin que les plans de celle-ci soient approuvés et pas d'autres. Nous rontons que notre vitte reste ce qu'elle a été depuis sa fondation, ave< ses mes et sa physio-' ndmie de jadis. Nous laisserons les ruines de nos grands monuments; car e'est a nus petits-enfants qa'il appartiendra plus t; ril de prendre a ce sujet les decisions nécessaires. Mais nous roulons en attendant reeonstruire de suite nos demeures la oil dies étaient, oü nos parents .et nous meines, nous sommes nés. oil nous av>ns grandi et connu les joies comme les douleurs de la vie. Ypres est la Patrie des Yprois, comme la Belgi que est notre Patrie a tons. II n'appartient pas a des ét rangers d'en drasser les anciens habitants sous prétexte de faire de Part. L'esthétique peut être écouté, mais jamais quand il faut en payer la realisation par la mine el l'exil de milliers de fa milies. Aussi demaiidons-nous que soient repoussés ces projets qui seraient. la mine de tout ce que nous aimoiis. Q'est a Ypres. telle qu'elle fut tqujours, proprette, tranquille, artislique, que nous voulons retoiirner vivre et non dans une ville qui serait pour nous méconnaissable. Sans diseuter lés plans, mais au seul point de vue .économique, nous ferons cêpendant ressortir que rest vers la grande place de notre ville que convergent directement toutes les grandes routes de I'arrondissement; qu'Ypres ne peut vivre saus l'arrondissement pas plus que l'arrondissememt ne sait renaitre saus Ypres. qu'elle est le centre de tout un réseau de chemins de fer el de tramways vicinaux. Sous nos rues d'Ypres existent le plus admirable systéme dégoüts de la Belgique et toute la canalisation du service des eaux. La ville en elle-même était connue pour une des plus origi- nales du pays. Sauf l'élargissement de quelques trontons de rues un peu étranglés. rien ne doit être changé a ce que ful Uoeuvre patiënte de nos ancêtres. Depuis plus d'un an nous attendons l'approba- lion du plan dressé par la ville. La saison de J920 est cominencée. II est plus que temps que l'appro- bation nous, soit enfin octroyée. Tels sont les sentiments, Sire, que nous prenons la respectueuse liberté de vous estposer au nom de toute la population Yproise qui tient a rentrer en ville. Si votre toute puissante intervention pouvait, sans plus de retard, mettre fin a la situation vrai- ment lamentable qui nous est faite, vous auriez mérité, Sire, une fois de plus la perpétuelle recon naissance de vos dévoués sujets d'Ypres. Pour la Fédération des Glubs Yprois Le Président, (sig.) A. BUTAYE. Bruxelles, le 20 mars 1920. I Notarieele Aankondigingen Studiën der Notarissèn RËYNAERT te. Yper en PULL te Rousbrugge. Op DINSDAG 4 MEI 1920. om 2 uren namiddag, TE YPER, ter Herberg «Au Victoria Palace» Meenenpoort. TOEWIJZING van eenen gelegen rechtover St. Maartenskerk, Vanden- peerebooniplaats, te Yper, groot 8 a. 43 eentia. oud huis van Mej. Rabau de Roriff, de herberg Au Cosmopolite en twee huizen, Walstraat. - Het recht tot schadeloosstelling wordt rae- deverkocht. Ingesteld 35.000 frank. Studie van den Notaris REYNAERT te Yper. DINSDAG 27 April 1920. om 2 ure namiddag, OPENBARE VERKOOPING |j TE OOST-VLETEREN ix den inval bij Hector Dumon, van ge meente Oostvleteren, Schazenstraat. 1) Woonhuis en 3 Itrer/grtrmrvohtn' 11 negtt1 gebruikt door Pieter Eeckhout. 2) Woonhuis eu 90 cent. grond, zuidkant Schazenstraat houdende van westen A la tête d'or». 3) De grond van een afgetrokken schuurke groot 60 cent. dicht bij nummer 1. Steenweg naar Reninghe. i Zaailand 14 aren 50 cent., dicht bij de plaats niet uitweg op de kalsijde. Steenweg naar Yper. 5 Eene Weide, dicht Kortenkeer, groot 40 aren 90 cent, voorhoofdende de groote baan naar Yper. Langs de Schazenstraat. ti Een Magazijn-remise en 56 cent. grond, dicht den Kortenkeer. Al ongebruikt. - Handslag niet de geldtelling. Recht van schadevergoeding aan koopers. (Zie Plakbrieven). *H8

HISTORISCHE KRANTEN

Het Ypersche (1925 - 1929) | 1920 | | pagina 3