KLEINGEBRUIKEÏ Weiden en Zaailanden Bericht coussin brode aux armoiries d'Ypres. La cérémonie officiellé était fiuie, et le cor tege reprit le chemin de la gare en passant par da plaine d'Amour pour y déposer des couronnes au Gimetière Anglais. 11 y avait en ville beaucoup de monde. Quel- ques dames Anglaises out a la gare et sur la graud'place poussé des hoörrahs en l'hon- neur du maréchal French, sur la place quel- ques touristes ont poussée le cri de 'Vive le Roi. vive la Belgique G'esl tout 'en fait d'ac- clamations quoiqu'eu aient dit certains jour- naux. D'énthousiasme, point du tout. L'attilude de la foule était cependant respectueuse. G'est tout ce qu'on pouvait attendre d'une .popula tion. dont le gouvernement se f.... depuis plus d'un an. Les Yprois et les sinistrés des envi rons n'ayaient pas le cceur a acclamer qui (jue ce soit, chaCuri se disait Le möindre grain de mil Ferait bien mieux mon affaire. Federation des Clubs Yprois. La comité de la Fédération se réunira le Dimanche, (1 juin prochain, a Gand, a 3 heures, dans la Salie des Notaires, Coin de la rue des Boutiques. A 3 1/2 h. le Club Yprois de Gand s'y réunil a son tqur. La Pentecote a Ypres Burant les deux beaux jours de Pentecote, la ville d'Ypres fut une vraie fourmillière. A la sortie de la gare, on a recueillf au dela de 8000 tickets d'arrivée. Joiguons y les arriva- ges par trams, par autos, voitures et vélos, et nous aurons une idéé du inouvement qui règnait en ville. Poelcapelle HERWORDEN Unze geknakte en lieve gemeente is nog maals vereerd geweest niet een ministerieel bezoek, dit van M. Ruzette, minister van Land bouw, die kwam de uitgevoerde werken bezich tigen. 't Schijnt dat M. de Minister heel tevre den is. Te beter. Maar, benevens al dit goede en schoone, staat er nen jammer bij, en nen grooten jammer bij Dees dat, terwijl er op andere gemeenten (zelfs minder verwoeste ge nieenten dan hier), nu en dan barakken toe komen, er hier sedert November gelukkiglijk twee aangebracht zijn geweest, terwijl er hon derden aanvragen van uitlandsche inwoners zijn, die begeeren en vurig verlangen Poelca- pelle te helpen herworden. Het hpoge orde woord riep en roept nog... Belgen, terug naar uw land Belgen terug naar uwe neergepuin- de gemeenten Uw hutje zal gered zijn Wan neer Wat baat hef en wat zal het baten, honder den hectaren velden bebouwbaar gemaakt te hebben, als men geen woonsten heeft Alle dagen ontvangen de gemeentcoverheden brieven die vragen van extrakten van officieele akten, of bewijzen van goed gedrag en zeden, te willen opmaken. Meest overal is het die overheden onmoge lijk zulke vragen te beantwoorden, daar de boeken van den burgerstand en de registers aangaande de vorige bevolking vernield zijn. De vragers moeten dus altijd zelve, in hunne brieven, hunne geboorte, datum en plaats aan duiden, het tijdstip op welk men de gemeente is komen bewonen of ze verlaten heeft. En nooit vergeten het adres te geven waar de stukken moeten toegezonden worden, Er zijn nochtans zooveel die dat vergeten, en dan zijn ze verwonderd dat men ze niet beant woord Yper's nieuws In den nacht van Maandag lot Dinsdag laatst is W' Leo Geldere het slachtoffer geworden van een ongeval dat haar 't leven had kunnen kosten in hare haast op den trein te stappen om naar Yper terug te komen, in 'I station te Lr Mans (Sarte-Frankrijk), is zij langs de rig- gels van 'I, spoor komen te vallen. Vier wagens gelukkiglijk hebben haar verscheidene slooten rn kneuzingen veroorzaakt. Zij ligt nu met gebroken schouder in 't gast huis te Le Mans. Het Ypersche wenscht haar spoedige en volledige genezing. Poperinghe Dinsdag avond, rond 10 ure, werd een groote Engelsclie tent, staande in de weide van Mr Schabalie, totaal in asch gelegd. Zij diende tot woning aan een officier der Engelsche policie en zijne vrouw. Gelukkig konden kleederen, piano en andere meubels gered worden. Bon a savoir 11 existe un train de Poperinghe sur Hurle- beke qui ne se trouve pas mentionné au guide. 11 ne comprend encore que des voitures de 3e classe. Ge service n'a pas lieu le Dimanche. En voici l'horaire Départ de Poperinghe 16.07; i|c Ylamertin- ghe 16.19; d'Ypres 16.37; d'Houtheih 16.55; de Gomines 17.06; de Wervicq 17.14; de Menin 17.28; de Wevelghem 17.39; de Bisseghem 17.46; de Courtrai 17.57. Arrivée a llarlebeke a 18.07. II ne roule pas plus loin. Association des sinistrés de la Flandre-Occidentale Au cours de la discussion du budget général des recettes et des dépenses, M. le ministre Delacroix a prononcé des paroles de nature a alarmer les sinistrés,. ceux surtout qui atten- dent l'allocation des indenmités qui leur sont indispensables et leur sont dues, pour se créer un nouveau foyer ou réparer celui partielle- ment détruit. La loi du 10 mai 1919, proclamant par son article premier que le peuple beige affirme sou droit d'obtenir la totalïté des dommages de guerre, a déjèulubi un premier abcroc. Ge droit sera subordonné désormais, a un coëfficiënt qu'un conseil des dommages imposera de... Bruxelles, aux sinistrés qui auraient les vel- léités d'entreprendre dans nos regions, la reconstruction de leur habitation. L'esprit qui a guidé nos législateurs en met- tant sur pied, une loi sur les dommages directs et certains, loi basée en France comme en Bel gique sur des sentiments d'humanité et de soli- darité, n'était-il pas: qüe celui qui a perdu sa maison doit en retrouver une L'article 15 nous recoilnait ce droit et nous ue pouvons tolé- rer qu'au moment de son application, il fasse l'objet d'un marchandage de la part de nos gouvernants; ceux-ci ont pu trouver les fonds pour couvrir les dépenses considèrables occa- sionnées par les hostilités: il ne dépend que de leur bonne volonté et de leur perspicacité pour en trouver d'autres destinés a cicatriser lés plaies que depuis six ans, nous sommes seuls a devoir soigner. Les belles idéés exprimées avec taut, d'éner- gie a la séance du 7 mai a la chambre, par MM. les réprésentants Buyl et Vandromme;, vont au cceur des sinistrés de notre province et le comité de notre association est convaiucu de traduire les sentiments de ses adhérents, en renclant hommage au dévouement a uotre cause, dont font preuve MM. Buyl et Van Dromme. Voici un extrait des paroles prononcées par ces deux représentants M. Buyl. Je ne puis cacher au gouverne ment et a la Ghambre que les populations des régions ravagées sont trés inquiètes et je partage leur inquiétude a la suite du dis cours de M. le ministre des finances, de l'article de M. Bertrand dans le Peuple et du dis cours d'hier de M. Hallet. On sernble vouloir réduire les indemnités pour dommages de guerre, sans faire d'excep- tion pour les régions dévastées. Quand on a fait la loi sur les dommages de guerre, nous aurions voulu que le pays fut partagé en zones: celle oü rien n'ayait té détruit; bi r/o d'étapes; les régions dévastées. Les victimes de ces régions doivent être demnisées ipfcégralement. S'il l'aul exigeft sacrifices, qu'on les réclame de ceux qui n' pas eu le courage de refuser leurs cüivres le lain es et leur concours aux Boches. Je com sur le concours de tons mes collègues libéra catholiqu'fis et sorialisles pour exiger du g vernement le payement intégral aux rég dévastées du préjudice qu'olios out éprouvé. M. Debunnb. II l'aul que les victimes soi dédommagées coinplótement. M. Buyl. Je préférerais que cette par fut elite par le chef du gouvernement. Je doute pas d'être appuyé par tous mes collèg] des régions dévastées, App 1 audissemeitsl plusieurs bancs.) M. Vandromme. G'est avec grand reg que j'ai entendu dire par M. Delacroix que reglement des indernnilés de guerre dovaitê revisé et que l'indemnisation integrale n'ét pas posible. M. Delacroix, ministre des finances. me prêtez pas cette parole, je ne l'ai pas di J'ai dit que j'avais certaine perplexilé au po de vue de la modalité dïndemnisation et qi fallait procéder a une revision de la loi. Po le surplus, je suis lout a fait d'accord avec qu'a dil, a ce sujet, l'honorable M. Houtart. M. Vandromme. Dans tons les cas, il faut pas laisser subsister le moindre doute s la réparation intégrale des dommages 1 guerre. 11 ne Se peut que les malheureuses vi times de la guerre subisseut de nouvelles perti M. Delacroix, ministre des finances. 1 presence des declarations'que je viens de l'aii votre protestation est saus utilité. M. Debunne, Done vous avez satisfactie M. Vandromme. Quand on accördera ai sinistrés maison pour maison, meuble poi meuble, vêtement pour vêtenient, on ne lei aura pas fourni autant qu'a ceux qui ii'ont rif perdu et qui out, pendant la guerre, fait fri tifier leur avoir. II faut indemnisei' les sinistrés le plus 6 possible. lis ont des raisons d'être mécontent M. Vandromme. Nous ne demandons pf de charité, mais nous réclamons qu'on noi rende notre bien. 11 ne peut .être question c géuérosité. Nous demandons notre droit; noi youlons redevenir ce que nous étions en 191 On a promis a notre brave peuple dont 1 pays était dévasté le rétablissement de la situi tion anciennequant il revient, on le laisse s loger clans des taudis.et on oublie de l'assiste Le devoir du pays est de venir en aide, e premier lieu, aux sinistrés. On parle d'éconi mies quand il est question des sinistrés, ma on ne fait pas d'écoriomies pour rétablir l'indu trie, pour multiplier les fonctionnaires, poi créer des services nouveaux. Au nom des-sinistrés, je vous demande Rei dez-nous notre maison, laissez-nous vivre e paix en rétablissant notre foyer. Notarieele Aankondigingei Studie van den notaris Alfred REYNAERT te Yper. OPEARARE VERKOOPING van verscheidene te WOESTEN en te RENINGHE. De notaris Alfred Reynaert, tè Yper, z> openbaarlijk verkoopen Op DONDERDAG, 17 JUNI 1920, om 12 uren middag te Woesten, ter herberg «De Vetten Os», b Gainiel Boudry, de volgende goederen Koopen 1 en 2. 1 H. 19 a. 90 c. bouwgron gebruikt door E. Vandevoorde tot 12 Oktobi 1920, mits 137 fr. 's jaars, en 1 H. 37 a. 30 bouwgrond en weide, gebruikt door Florentij Ver Eecke, tot 1 Oktober 1920, mits 177 f 's jaars. Koop 3. 74 a. 70 c. bouwgrond en weid gebruikt door H. Desmadryl tot 1 Oktober 192 mits 95 fr. 's jaars. ■IBI—B—8MWB—BWI

HISTORISCHE KRANTEN

Het Ypersche (1925 - 1929) | 1920 | | pagina 2