Jaargang, Kr 4i>. - 2tt W AAKT Hi2i ire Aiinée, K° 4#. - 2fi MAKS 1021 Weekblad voor het Arrondissement Yper Journal Hebdomadaire de 1'Arrondissement d'Ypres Yperlingen steunt YPRIANA \\7aül/K1orl der Vereeniging der Geteisterden, der Y persche Clubs, enz. Beheer, Opstel en Aankondigingen Yperstraat, 21, POPERINGHE Abonnement S fr. per jaar. Buitenland 11 fr. Men kan, ten allen tijde, inschrijven in alle Belgische postkantoren Naamlooze artikels geweigerd Organe de l'Associatiori des Sinistrés, des Clubs Yprois, etc. Rédaction, Administration et Pubticité Rue d'Ypres, 21, POPERINGHE Abonnement 8 fr. par an Ètranger n fr. On peut s'abonneren tous temps, dans tous les bureaux de poste Beiges - -- Les articles non signés sont refuses Het Budjet der Bevoorrading Na den wapenstilstand werd er in België een bijzonder budjet ingericht ten dienste der burger lijke bevoorrading. Ja, ik herhaal het dit budjet werd bijzonder ingericht om de van alles beroofde en diep beproefde bevolking te voorzien van de hoogst noodige voor- raadsmiddelen. In werkelijkheid heeft dit budjet niet anders kunnen bewerkstelligen dan 't noodige finantieel voedsel te verstrekken aan de proefnemingen in zake handel drijven van onzen minister der Bevoor rading, alias M. Wauters. Wie immers zal durven beweren dat boter koo- pen in Holland, Denemarken of Argentina, om, na ze eerst gedeeltelijk te hebben laten bederven voort te verkoopen te Parijs of in Holland, de burgerlijke bevoorrading der Belgische bevolking op eenige manier ten bate kan komen En te begrijpen is het dat men, ten huidigen dage, nog moeilijk en niet zonder morren in 't al gemeen budjet zulke vooruitzichten aanvaardt. Belangrijk is het dan ook, hoogst leerrijk daar bij, een oogslag te werpen op de uiteenzetting van millioenen en miljarden aan 's lands kas gevraagd door 't nieuwe budjet der bevoorrading. Op 't gewone budjet valt niets bijzonders te mer ken. Anders is 't gesteld m.t 'tbuitengewone budjet. Terwijl de 12 Ministerieele Departementen in 't buitengewoon budjet te samen een totaal van uit gaven voorzien dat beloopt tot 3.127.695.765 fr. slorpt het onverzadigbare ministerie van M. Wauters van die fabelachtige som 2.014.564.000 franken op, zij dus ruim de twee derden En deze som is voor de 9 tienden zij dus 1.976.074.000 bestemd voor de bewerkingen der bevoorradingen. Bijna 2 miljards, ziedaar wat de Heer Minister Wauters in zijne nederige offer vaardigheid voor 't jaar 1921—van 's lands duiten vraagt voor zijn Ravitaillite of zijn zoo zonder ling begrepen Bevoorradingsdienst Belastingbetalers, wie gij ook wezen moget Baron Zeep of daklooze geteisterde gij zult dus twee miljards te betalen hebben om toe te laten boter te verkoopen in hallen te Parijs, om graan aan te koopen door tusschenkomst eener uit- heemsche firma en alle slag van andere zaken af te haspelen, waarover meer licht en klaarte dient vereischt te worden. In verwisseling hiervan zal de dictator en z'jne trawanten de handelsvrijheid meer 'en meer ln boeien slaan door 't uitgeven en 't doen naleven van zonderlinge besluiten, waarvan het eene min er wettig isdan 't andere, en die voor rechtstreeksch gevolg hebben 't duur leven te bestendigen, N- dei Redactie. Verleden jaar sloot 't budjet van bevoorrading met een tekort van ruim ^5.000.000 fr. Wie heeft deze gewonnen De a^r ^oll<svertegenwoordiger Maenhout met vijf t ere zijner collega's hebben den moed gehad een afs !\°°lstel neer te leggen doodeenvoudig de c a fing van 't Ministerie der Bevoorrading dagende. Bravo De geteisterden van Yper en omstreken juichen die koene daad toe en zullen eikendeen steunen die gezonde besparing van 's lands duiten vraagt opdat hierdoor het zoo prangende vraagstuk der herstelling van alles wat door oorlogsfeiten verwoest is geworden, een spoediger en meer vol doening gevende oplossing zoude bekomen Hadde M. Wauters'Ministerie van Bevoorrading niet zoo lichtzinnig zoovele miljarden aan den hals gebracht op zijn minste vier miljarden verlies in twee jaar a. u. b. dan zouden er gewis in onze frontstreek niet zoovele dakloozen nog ellende lij den en zouden er zoovele duizende landgenooten niet meer gedwongen in den vreemde vertoeven A propos du retrait des contrats avec l'Etat (Suite) II arrive aussi que les bureaux répondentTrés bien, mais vous avez a payer d'abord l'architecte. Or, la note a payer est parfois si forte que le sinis- tré ne saurait s'offrir le luxede cette dépense.. et il se laisse faire sa reconstruction par l'État. De la, la question suivante qui nous a été posée Est-ce que l'envoi d'un plan dessiné par un archi- tecte de Bruxelles qui n'a sans doute jamais été sur les lieux et n'a jamais vu ni consulté l'inté- ressé, engendre l'obligation de payer des hono- raires d'architecte Nous répondons qu'en ce cas rien n'est dü a l'ar chitecte comme honoraires. En effet, le premier devoir de l'architecte avant de se livrer au moindre travail quelconque, est de s'aboucher en tout premier lieu avec son cliënt, ne fut-ce que pour lui demander quel genre de con struction nouvelle il désire, quels aménagements dolvent être observés. Que faudra-t-il construire Une ferme pour 20 ou pour 5 hectares, une maison pour rentier ou pourhommed'affaires, une boutique ou un cabaret Quelles sont les dimensions a don- ner a la construction L'immeuble ancien sera-t-il remplacé par 2 immeubles moindres Ou combine- ra-t-on les 2 en une seule maison Voila toutes les questions qui doivent nécessai- rement être tranchées avant que dé tracer un plan. II n'est pas admissible qu'un arc'nitecte agisseautre- ment. Si done l'intéressé n'a pas été consulté avant que les plans soient dressés, il n'a pas a payer ceux- ci. II serait trop facile de se créér ad libitum des causes d'honcraires Ainsi un architecte chargé en février 1920 de la construction d'une ferme, ex- pédierait dare dare en mars 1921, sur l'annonce d'un retrait du contrat, a un propriétaire sinistré la copie d'un plan d'une ferme imaginaire quelconque! Non, pas de qaLe fait que c'est le H1 C1 R' qui a dé- signé l'architecte, ne change pas un iota aux obli gations de celui-ci. II doit, d'abord et avant tout, se mettre en rapport avec son cliënt et en recevoir les ordres. Encore une fois, nous savons trés bien que le plus souvent bureaux et architectes négligent de reconnaitre sur ce point les droits supérieurs du propriétaire sinistré, mais 5a ne change rien a la question. Rien n'est done dü, comme honoraires, tant que l'architecte n'a d'abord causé avec le cliënt. Cela ne veut pas dire que jamais rien ne soit dü, même en ce cas. Un architecte auquel on a confié, ferme, un travail futur, a le droit de ne pas se voir enlever ce travail. Un dédit, ou des dommages-io- térêts raisonnables, lui sont düs, mais il va de soi que ceux-ci ne peuvent jamais s'élever a la somme qui lui eüt été due s'il avait réellement effectué le travail. Qui doit payer ce dédit Distinguons. Si par le contrat avenu entre le sinistré et l'État, celui-ci s'est engagé, sous peine de résiliationa entamer les travaux ende'ans un délai déterminé et que dans le délai rien n'a été fait, le sinistré qui résilie n'a évidemment rien a payer c'est a l'État a dis- cuter le dédit de l'architecte... s'il en a commis un; le sinistré, lui, notifie purement et simplement la résiliation au H' C' R', le reste ne le concerne pas. Si, au contraire aucun délai n'a été stipule, le sinistré doit payer un dédit a l'architecte, pourvu qu'il soit bien établi que, préalablement a la notification de résiliation, un architecte a été réellement commis pour dresser les plans. Les honoraires de l'architecte ne comprennent pas seulement la confection du plan. Celle-ci në re- présente que la minime partie de son intervention. La surveillance des travaux, leur réception défini- tive, la respon'sabilité pour les travaux exécutés pendant Ie délai légal de dix années, constituent la principale cause de ses honoraires. 11 ne peut done être question de payer des honoraires complets a un architecte qui s'est borné aux plans. Ce règle- ment peut done donner ouverture a des discussions assez délicates. II est done bien compréhensible que des sinistrés peu au courant des affaires s'effraient de ces diffi- cultés d'ordre juridique et pécuniaire. Les H. C. RXA,S doivent avoir tous a cceur d'épar- gner ces misères a leurs malheureux administrés. II y- en a qui mettent toujours un louable empres- sement a aider ceux-ci, a ne mettre aucune entrave a l'exercice de leur droit de résiliation. Espérons que cela deviendra la règle, et qtie l'initiative pri- vée sera toujours et partout encouragée en fait, et non plus simplement par des paroles mini stér iel les. On avait tort de croire que notre Journal soit sys- tématiquement opposé aux architectes, ou même a la reconstruction par l'État. II n'en est rien. Mais nos pères ont combattu en 1830 pour la liberté, la constitution est le Palladium de notre liberté, nos enfants ont combattu de 191451918 pourla liberté, et il n'est que raisonnable que nous tenions, quoique sinistrés, a rester libres de reconstruire nos fermes et nos maisons comme nous l'entendons. Nous vou- lons simplement qu'on ne nous impose ni architec- tes, ni entrepreneurs, ni style, qui ne nous convien- nent pas. Nous entendons rester maftres chez nous. Et nous voulons aussi que l'État exécute loyale- ment ses contrats, sans traquenards, et sans expo- ser a la ruine ceux qui ont mis leur confiance en ses fonctionnaires. Voila tout. HET LA REGION TPERSCHE DTPRES Orgaan

HISTORISCHE KRANTEN

Het Ypersche (1925 - 1929) | 1921 | | pagina 1