HET ^PERSCHE LA REGION D'VPRES jaargang. 4 SEPTEMBER 1921 2™ Année, N» >0 3 SEPTEMBRE 1921 - - Weekblad - - voor het Arrondissement Yper Journal hebdomadaire de 1'Arrondissement d'Ypres Orgaan der Vereeniging der Geteisterden, der Ypersche Clubs, enz. ieer, Opstel en Aankondigingen .Yperstraat, 21, P|OPERINGHE Abonnement 8 fr. per jaar Buitenland 1 1 fr. (nieuw port inbegr.) Men kan inschrijven in alle Belgische postkantoren Naamlooze artikels geweigerd Organe de l'Association des Sinistrés, des Clubs Yprois, etc. Rédaction, Administration et Pablicité Rue d'Ypres, 21, POPERINGHE Abonnement 8 fr. par an Etranger 11 fr. (nouveau port compris) On peut s'abonner dans tous les bureaux de poste Beiges Les articles non signés sontj-efusès ^deration des sinistrés de la region dévastée Liochame' REUNION MENSUELLE des dé- iés des Clubs aura lieu a Ypres, dans une des salles [Tribunal des dommages de guerre (caserne d'Infan- L\ it Dmanche 1 1 Septembrea 3 heures trés précises. Ordre du Jour: [j Procès-venM de la séance précédfente Communications I) Les dispositions de la nouvelle loi. Explication Articles modifies j) Que faut-il faire quand line maison reconstruite I'Etat n est pas conforme au plan que le sinistré a I (suite de la discussion) 1) Vceux des clubs. Hg délégué de 1'Administration communale peut re- lenter les communes ou n'exist'e pas encore de club deratïo der Geteisterden van de verwoeste streek aanstaande MAANDELIJKSCHE VERGA- RING der afgevaardigden van Bonden zal plaats ren te Yper, in eene der zalen van de Rechtbank ooriogschade (voetvolk kasernie)dén Zondag 1 lember a. s., om 3 uren stipt. Dagorde Verslag der voorgaande zitting Mededeelingen De schikkingen van de nieuwe wet Uitlegging gewijzigde artikels Wat staat er te-doen indien het huis, door den ft herbouwd, niet overeenkomt met het aanveerd rap (vervolg) I Wenschen der Bonden. )e gemeenten, waar nog geen bond bestaat, zijn écht zich te doen vertegenwoordigen door een lid den gemeenteraad Secret., - De sekret., Le Presid., - De Voorz., H. Verbeke. Arth. Butaye. icupération ou Gaspïliage? |s services de la Récupération ont liquidé en Bel ie, ou peu s'en faut, les affaires qui lui incombaient I1 on craint, et non sans raison, qe l'Etat n ait pas ''er du materiel abundant et varié que les Alleniands Aandonné ici tout le profit qu'on était en droit d'en adre. N bois out pourri sur place des locomotives, dés !°as, des avions, des canons, du charroi, exposés a s intempéries, se sont rouillés. Beaucoup d'objets nous aurions pu utiliser pour notre restauration ont 'Perdus par Tincurie de l'Etat, et leur valeur mar- €u a été fortement dépréciée. Le butin de re fait par nos troupes a été réduit dans de fortes 'Pertions et Ton n'a guère pu vendre, avec quelque en obtenir un prix convenablei, qu'une trés Partie des énormes dépots laissés en Belgique par Hnmi. inde ^conditions dans lesquelles les objets utilisables v«ndus ont provoqué elles-mêmes d'amères cri- nvons tous entendu parler des superbes oc- h ious casions faites a la Récupération. Des gens y ont acheté, pour un morceau de pain, des matériaux qui coütaient trés cher dans le commerce. Ces achleteurs, ou leurs représentants, se retrouvaient a toutes les ventes. Ils paraissaient agir selon un plan nettement établi, consistant a éviter la surenchère et a s'adjuger les lots a tour de rólë. Le particulier qui se fourvoyait la-dedans revenait bredouille, ignorant qu'il était des mille petites combi- naisons auxquelles il fallait être initié et du consortium dont il fallait faire partie pour avoir quelque chance de faire une occasion Le procédé, qui consistait a acheter a bas prix, fai- sait évidemment tórt a l'Etat. Le public se consolait cependant a la pensée que si lie Trésor ne faisait que de petites rentrées de fonds, il allait, lui, éoonomiser de Targent en rachetant, a bon marché, des matériaux qui avaient été vendus a trés bón coimpte. II a été quelque peu dégu. Après avoir travaillé a la baisse, les clients de la Récupération se sont mis nette ment a la hausse. Ils ont rèaMer»ur ia vente d?cer tains matériaux qu'ils avaient obtenus a bas prix, des gains trés sérieux, et porté a croire qu'iils avaient en quel- quie sorte accaparé, avec l'aide de l'Etat, un butin qui eüt dü, en toute justice, être réparti entre tous les sini strés. Ce ne sont pas seulement les particuliers qui ont dü se soumettre a leurs exigences. L'Etat lui-même, l'Etat vendeur, n'a pu, dans la suite, se passer de leur inter médiaire. Quand il a condu avec certains entrepreneurs les contrats américains de traste mémoire, il a payé des sommes trés respectables pour la location du matériel em ployé. Or ce matériel provenait en grande partie de la Récupération et le prix auquiel il a été loué a 1 Etat a été, dans biens dés cas, supérieur a son prix d'achat. II n'est pas téméraire d'affirmer que les opérations des services de la Récupération en Belgique ont été, en gé- néral, peu avantageuses pour nos finances, ce qui prouve que l'Etat est tout aussi malhabile quand il vend que lorsqu'il achète.. II n'y aurait toutefois pas beu de se plaindre au cas oü ses opérations nous auraient laissé un bénéfice quel- conque. Le malheur est que les services qui ont été char gés de répérer, die réunir, de trier et de vendre les élé- ments de nötre butin de guerre ont exigé l'emploi d'un trés grand nombre d'experts, d'employés et d'ouvriers. Le transport des matériaux récupérés un peu partout a été onéreux, et les locaux qui leur ont servi d'entrepots ont dü être distraits, pendanit un an ou même deux, de leur destination réelle. On a done dépensé beaucoup d'argent et Ton se demande si le produit des ventes de matériel récupéré a couvert les frais que ce materiel a occasionnés. Le moment semble venu de donner a la Nation des renseignements précis sur la composition du butin de guerre fait sur l'ennemi en retraite sur les quantités de ce butin qui ont été perdues faute de soins et sur celles qui ont été vendues. On voudrait connaitre aussi le nombre et les norns des adjudicataires, aussi que l'im- portance et la nature des lots qui ont été attribués a chacun d'eux. Le coüt des services de la Récupération en Belgique, et les résultats financiers de leurs opéra tions, intéresseraient également le public. Espérons que le Gouvernement mettra moins de temps et plus de bonne volomté a foumir ces renseignements, qui intéressent la période transitoire entre la guerre et la paix, qu a livrer ceux qui se rapportent a la période de la guerre proprement dite et qu'il garde avec un som jaloux. (Journal du Commerce) Ministerie van Landbouw Uitslagen van een proefveld op soorten rogge Gedurende het landbouwjaar 1920-21, werd er bij M. Arth. Pieters te Poperinghe eene proef gedaan over. den opbrengst van verschillende soorten rogge. Er w-rd door het Landbouwministerie zaaigraan afgestuurd van vijf variëteiten rogge, om den opbrengst ervan onderling, en met de, door den landbouwer geteelde soort, te ver gelijken. De afgezondene soorten waren Petkus-, Zêe- land-, Barbe-, Ster-' en Tempêterogge deze van den proefnemer ook Petkusrogge, maar die reeds verschei dene jaren door hem verbouwd werd. De rogge werd vroegtijdig gezaaid, namentlijk op !3e October maar tengevolge het drooge seizoen kwam bij maar op einde der maand dan bleek het, dat de soort Tempête wel voor den helft te dun stond en zoo bleef zij ook gansdh den winter. In het voorjaar nochtans struikte die rogge zoó fel dat 't beste ervan te ver wachten was, 't geen bij bet dorschen dan ook bevestigd werd. Hieronder de opbrengst der verschillende perceelen deze hadden ieder eene oppervlakte van 2 aren. Per 2 aren Per gemet Per heet. Petkus: graan 83 1826 4150 strooi 151 3322 7550 Zeeland graan 76 1672 3800 strooi 120 2640 6000 Barbe: graan 68 1496 3400 strooi 140 3212 7300 Ster graan 75 1650 3750 strooi 144 3168 7200 Tempête graan 83 1826 4150 strooi 134 2948 6700 soort v. a. graan 75 1650 3750 landbouwer: strooi 142 3124 7100 Daar bemesting, grondbewerking en alle andere om standigheden voor ieder soort de zelfde waren, zoo mogen wij besluiten dat Petkus en Tempête verre de bovenhand hebben, niettegenstaande déze laatste soort heel dun stond. De kleinere strooi opbrengst dezer soort is hierdoor te verklaren dat het strooi kort is maar stevig en straf deze soort ware dan ook goed geschikt voor het pikken met de machien. De «Zeelandrogge» gaf ook wel veel graan, maar het strooi is van mindere hoedanigheid niettegenstaande het drooge jaar was dit perceel dan ook gevallen. Uit bovenstaande uitslagen moeten de landbouwers besluiten, dat het gemakkelijk te verwezentlijken is 200 kgr. graan per gemet meer te bekomen, alleen reeds door 't gebruik van beter zaaigraan. Dit laatste kan ofwel aangekocht worden, mar dan hoeft er gezorgd die aan- koopen 'te doen bij gewetensvolle en vertrouwbare per sonen, en de goede soort te kiezen ofwel kan het ook bekomen worden, door het uit te lezen uit de gewoon lijk gezaaide rogge. Dan is er geen gevaar bedrogen te worden, en is het niet noodig veel geld' uit te geven voor zaaigraan dat men iter goeder trouw moet aankoopen maar zonder zeker te zijn van soort of hoedanigheid.

HISTORISCHE KRANTEN

Het Ypersche (1925 - 1929) | 1921 | | pagina 1