HET - PERSCHE REGION D'VPRES ■gang, iV" 1' SEPTEMBER 1921 2™ Année, N« 22 17 SEPTEMBRE 1921 - - Weekblad - - voor het Arrondissement Yper Journal hebdomadaire de 1'Arrondissement d'Ypres [0rgaan der Vereeniging der Geteisterden, der Ypersche Clubs, enz. 1 opStel en Aankondigingen Yperstraat, 21, P|OPERINGHE Abonnement 8 fr. per jaar Buitenland 11 fr. (nieuw port inbegr.) Men kan inschrijven in alle Belgische postkantoren Naamlooze artikels geweigerd Organe de l'Association des Sinistrés, des Clubs Yproïs, etc. Redaction, Administration et Pablicité Rue d'Ypres, 21, POPERINGHE Abonnement 8 fr. par an Etranger 11 fr. (nouveau port compris) On peut s'abonner dans tous les bureaux de poste Beiges Les articles non signés sont refusés n klein maar noodig antwoortje aan onze confraters Nieuw Yper en de Standaard wij bij de stichting van ons weekblad geen poli- [bijbedoeling hadden hoefde tot heden voor ieder iedereen was 't hier- |ert wij ons protest tegen de aanbesteding ter on- Ijke heropbouwing der St. Maartens Kerk de hebben ingezonden en te dier gelegenheid deden pen dat 't vooral onontbeerlijk was dat eerst de herbouwd werden, hebben wij, naar 't schijnt, lar al met eens onzen mantel van onschuld en ligheid verloren. Wij hebben liberaal Werk ge lzoo betveren onze confraters 't Nieuw Yper» De Standaard L daartegen moeten wij ten heftigste protest aan- Rnwij zijn onpartijdig en willen hoegenaamd jeen politiek weten ons weekblad wil enkel en h de rechten der geteisterden verdedigen tegen wie Ren wat het ook wezen moge en alle misbruiken, tredingen en geldverkwistingen bij de openbare Dng schandvlekken Sn te bewijzen dat het hier niet gaat anti-godsdien- Bverk te verrichten verklaren wij hiermede dat St. jtenskerk en de Hallen moeten herbouwd worden, Eerder hoe liever, maar slechts als de woningennood iwel en goed zal zijn te boven gekomen. Het Bestuur. Dommages de Guerre line importante reunion a Termonde 11 Septembre 1921 pimanche s'est réunie a Termonde une assemblee pière des Cooperatives de sinistrés de la Flandre [tale. I 3 1/4 h. dans les salons de 1'Hotel de Ville pure, a eu lieu la reception du Conseil d'Administra- j de la Federation des Cooperatives. Monsieur le Bourgmestre Van Stappen (en flamand) pelques phrases cordiales souhaite la bienvenue aux (és et exprime l'espoir que l'Assemblée portera des its pour la Ville de Termonde. M. Van Stappen ré- immédiatement son discours en francais. Monsieur le Ministre d'Etat Levie, Président de la «ration assure la ville de Termonde de la solli- [de de la Fédération, qui, dit-il, continue son pélé- l°e a travers les villes martyres, pélérinage commencé Ypres et Dinant. ^0Us sommes, ajoute-t-il, sous l'impression triste des les 1ue nous venons de traverser en venant de la mais j'ai le ferme espoir que si la Coopérative «rmonde veut bien aider la Fédération, dans deux tr°is ans on ne verra plus dans cette cité, de traces J grande guerre. °nsieur Levie porte ensuite un toast a la restaura- de Termonde. s achemine alors vers la Salle Minerva, dont les j at'°ns se prêtent mieux que celles de l'Hötel de a la présence d'une foule nombreuse. a séance est ouverte a 2,10 h. nt Présents au bureau. MM. Levie, ministre d'Etat, président de la Fédération notaire Rèchir, vice-prési- dent Rombouts, administrateur honoraire de Tadminis- tration de la Trésorerie et de la Dette, administrateur de la Fédération Bonnevie, directeur-général de l'Offiqe des Regions dévastées Van Stappen, Bourgmestre de Termonde Orban, directeur a l'Office des Domma ges de guerre Van Schopr, vice-prsident dé la Coo pérative de Termonde; Kestemont, directeur de la Fédé ration des Coopératives Willaert, sous-directeur Calingart, directeur au Ministère des Finances, secé- taire du Conseil d'administration de la Fédération. Remarqué dans la salie MM. Thibbaut et Van de Meulebroeke, députés Dubois et Couillier De Laus- nay, sénateurs Vandaele, chef de division au Gouver nement provincial, délégué par M. le Gouverneur pour le représenter Delie président de Ia Délégation perma nente des sinistrés auprès de la Fédération Leonce Van Alleynes, membre de la dite délégation, correspondant de presse Vermylen, membre suppléant de Termonde auprès de la délégation. Monsieur Van Schoor, Vice-Président de la Coopé rative Locale, prend la parole en flamand. II félicite la Fédération des Coopératives d'avoir si bien su passer des discours aux actes. Votre effort, dit-il, a brisé les résistances et convaincu les indifférents. Nous groupons les sinistrés, sans qu'il soit question de partis, tout se passe a la lumière et nous rendrons nos comptes quand on voudra. -- C'est la garantie de la bonne gestion des intéréts des sinistrés qui voudront bien se souvenir que nous sommes tous a leur entière disposition pour les aider et pour les conseiller Monsieur Levie, s'excuse de ne point pouvoir répondre en flamand au discours de M. Van Schoor. Vous avez exprimé le désir que nous venions prendre contact avec votre Coopérative, dit-il et nous nous som mes empressés de venir. Nous sommes a la fois attristés et heureux de nous trouver en votre ville - attristés de voir hélas les trop nombreuses traces de votre mar- tyre. Heureux d'autre part paree que vous joindrez votre effort au notre et que bientót tout sera réparé. Lorsqu'en 1919 on discutait a la Chambre le projet de la loi du 10 mai, j'ai été convaincu de suite, et mon compétent collègue M. le Notaire Richir partageait cette convic tion, que c'était dans la Coopération des sinistrés mêmes a I'oeuvre du relèvement des ruines, qu'était le salut. Je me suis efforcé de faire passer cette conviction dans les bancs de la Chambre. Nous avons lutté contre l'in- différence et la méfiance. Bref en Aoüt 1919 la Fédération des Coopératives fut fondée, elle groupe actuellement 324 Coopératives englobant la presque totalité des Communes du pays. Chaque Coopérative dessert ainsi une partie du sol natio nal et se trouve en relations continues avec la Fédération et procure les fonds aux sinistrés. Nous jouissons maintenant de la confiance générale, celle du sinistré nous est toute acquise. Celle du Gouver nement nous a été prouvée d'abord par M. Jaspar, puis par M. Vandevyvere, qui est convaincu que dans la re paration des dommages de guerre le salut doit venir des sinistrés. L'opinion publique et la presse qui en est le reflet nous Font prouvée en nous aidant lors dé notre emprunt. Dans ces conditions, je suis plein d'espoir dansd'Ave- Monsieur le Ministre Vandevyvere a dit au cours d'une récente reunion «dans 2 ou 3 ans tout peut ête restauré». Monsieur le Ministre Ruzette a prédit qu'a fin 1921 la restauration agricole des regions dévastées serait un fait accompli cette prévision est en cours de réalisation: elle fait l'étonnement des voyageurs frangais qui corn- parent notre restauration agricole avec ce qui a été fait dans leur pays. II ne dépend que de vous que M. le Ministre Vande vyvere ait raison. J'ai été le trouver et j'ai mis la Fédération a son service. Ce n'est pas dans le Gouvernement c'est dans l'effort privé, c'est dans Taction des sinistrés même qu'existe le salut. 'Vous avez bien fait M. le Vice-Président de faire l'éloge de M. Kestemont, j'y associé mes collègues du Conseil et je ne fais que devancer Tinsertion au Moniteur en vous annongant qu'un arrêté Royal leur cofère l'ordre de Léopold. Nous demandons a tous un effort énergique, si chacun en sa région travaille avec dévouement dans deux ans le relèvement des ruines sera un fait accompli. Nous avons regu un milliard dans le courant de 1920, nous en demanderons deux au pays au début de 1922. II faut iravailler MM. les Administrateurs dés Coopé- ratives, travailler avec un désintéressement absolu a cette oeuvre d'intérêt national. Du sinistré nous attendons la justice, la vérité, la sin- cérité dans sa réclamation. La détresse financière du pays est grande et je n'hésite pas a qualifier de criminel celui qui cherche a s'enrichir en exagérant ses recla mations. Si nous travaillons comme cela, dans deux ou trois ans il n'y aura plus de trace des ruines. Je le souhaite pour le pays et pour la ville de Termonde. Je remercie M. le Gouverneur de la Province de nous avoir envoyé son délègue, je remercie MM. les Séna teurs et Députés, Commissaires d'Etat qui ont répondu a, notre invitation. II n'y a pas de plus sacré devoir que la restauration du pays. Ce discours vibrant est accueilli par de vifs applaudis- sements. M, Richir, Vice-Président de la Fédération prend ensuite la parole en ces termes. Discours de M. RichirNous le publierons dans notre prochain numéro. Puis M. Levie. En présentant certains membres du bureau J'ai dit tout a l'heure que la Fédération jouissait de la confiance du Gouvernement, je tiens a vous déclarer que c'est a mon collègue M. Rombouts, Administrateur honoraire de TAdministration de la Dette Publique et de la Trésorerie et a M. le Ministre des Finances que nous devons les trés nombreux millions qui ont été mis a notre disposition. M. Bonnevie, Directeur Général de l'Office des Dom mages de Guerre nous a aidés dès le début dans notre tache difficile. M. le Ministre Vandevyvere a délégué tout spéciale- ment M. Orban, Directeur a l'Office des Dommages de Guerre pour prendre la parole en son nom.

HISTORISCHE KRANTEN

Het Ypersche (1925 - 1929) | 1921 | | pagina 1