HET i'PERSCHE LA REGION D'YPRES Jaargang, N° 28 OCTOBER 1921Année, N» 28 OCTOBRE 1921 - - Weekblad - - voor het Arrondissement Yper Journal hebdomadaire de 1'Arrondissement d'Ypres Orgaan der Vereeniging der Geteisterden, der Ypersche Clubs, enz. 0t Opstel en Aankondigingen Yperstraat, 21, POPERIjNGHE Abonnement 8 fr. per jaar Buitenland 11 fr. (nieuw port inbegr.) Men kan inschrijven in alle Belgische postkantoren K Naamlooze artikels geweigerd Organe de l'Association des Sinistrés, des Clubs Yprois, etc. Rêdaction, Administration et Pablicité Rue d'Ypres, 21, P0PER1NGHE Abonnement 8 fr. par an Etranger 11 fr. (nouveau port compris) On peut s'abonner dans toas les bureaux de poste Beiges Les articles non signès sont refusès deration nationale des Sinistrés Avis important lifs 'rappelons a tous nos sinistrés qui éprouveraient retards vraiment anormaux dans la reception de |jtres d'indemnités öu cheques d'intéréts, ïlls péuvent adresser leurs reclamations en toute incé a l'un de nos deux délégués spéciaux auprès i Federation nationale des sinistrés, a Bruxélles, Ie Docteur Delie, 14 rue de Spa a Bruxelles, jdent du Comité officiel des délégués. M.' Léonce Van Alleynes, brasseur, rue de rs, a Ypres. 'faut naturellement leur fournir tous les renseigne- i nécessaires pour qu'ils puissent remplir leur tache ff prénoms et adresses exacts, date du jugement, te Messieurs sont officiellement reoonnus par le erneme.it pour remplir cette mission daps les bu- ministériels. 'ofitons en done chaqiie fois que nous éprouvons etard trop anormal. firmations gratuit es ét contre-vérités Pii, nous signale, en demandant a ce sujet nötre avis Irticle du journal le «Midi», de Bruxelles, paru le feobre dernier. Siotre avis C'est que, pour une fois, ce journal de helles a été admirablement renseigné sur les senti- p des Yprois. Nous n'avons rien a critiquer dans article que nous reproduisons même pour faire plaisir ps lecteurs. "on Les Yprois ne tiennent nullement a garder jj vitam éternam ces immenses ruines au milieu nötre ville. Mais chaque chose en son temps Avant i des maisons, et ne faisons aucune dépense de luxe, puisse mettre en peril, ou retarder, la reconstruction pos habitations. Celle-ci doit être, pour le moment, ie seule occupation, i'oici 1' article du Midi I LA RECONSTRUCTION D'YPRES firmations gratuites et contre-vérités Wi qu'il fallait s'y attendre, la dernière visite or- 'seepar le ministre des Affaires économiques en Flan- dévastée, a donné lieu a un grand nombre de comp- rendus bénévoles, acceptant comme argent oomptant Piffr'es foumis par les fonctionnaires du départe- intéressé. Oh combien |°us ne nous amuserons pas a relever les affirma- s gratuites dont quelques journaux se sont fait si nai- "ent 1 écho. II est toutefois des contre-vérités trop fla- intes, qu'il nous semble difficile de laisser accréditer popinion publique. g-tani celles-ci, signalons-en une qui aurait fait bon- w vrais Yprois, notamment ceux qui depuis trois attendent toujours dans leurs sordides baraquements 011 daigne enfin leur rendre leurs maisons d'avant- orre. off et, un journal bruxellois, après avoir constaté eg e Saint-Pierre est en voie de reconstruction, que la réédification de la cathédrale Saint-Martin est dé- cidée et que, quant aux Halles, on n'a encore rien dé- cidé, déclare que tous les Yprois sont partisans de leur reconstruction, qu'ils disent que les ruines sont certes trés intéressanies pour les iourisies, mais qu' Ypres a droit a ses monuments et qu'ils trouveront bien les cinquante millions nécessaires au rétablissement du superbe monu ment dont ils possédent les plans. Afin de mettre les choses au point, voici ce que pense Fimmense majorité des Yprois d'Ypres qu ils soient parqués dans les abris de la plaine d'Amour, qu'ils aient réintégré leurs habitations ou qu'ils errent encore sur les routes de 1'exil. Peu de mots suffisent pour énoncer leur sentiment. Reconstruire les maisons; prendre l'argent nécessaire pour ce faire partout oii on peut en trouver; et plus lard, lorsque toute la ville aura repris son aspect et son acti- vité d'avant-guerre, réédifier a leurs endroits primiiifs et dans leurs formes intitales, le.;, monuments civils et re- ligieux, qui jadis faisaient 1'orgüeil de la cité. Je mets au défi quiconque affirmerait le contraire de m'apporter des témoignages probants. Certes, quelques personnalités ont congu des projets... Mais faut-il exaucer ces vceux en dépensant l'argent, hélas si rare et si difficile a recueillir, a des travaux somptuaires, alors qu'il y a tant de pauvres hères qui souffrent d'etre logés dans des abris en planches d'oü tout semblant de confort est banni Quant, a vouloir laisser subsister des ruines afin de montrer aux générations futures a quelles horreurs se livrèrent les Teutons, c'est une conception qui peut trouver des défenseurs... ailleurs que parmi les populations d'Ypres. Les ruines, c'est trés beau et trés impressionnant pour ceux qui les visitent de temps a autre. Mais pour les hommes appelés a vivre tous les jours parmi elles, ce n'est pas la même chose, il s'en faut. Et sous peine de passer pour un pharisien insensible a toute émotion élevée je pense avec les braves gens d'Ypres, auxquels d'ail leurs s'associe le Roi, qu'il ne peut "être question de con- damner leur Grand'Place a rester transformée jusqu'a la consommation des siècles, en un vaste cimetière, dans le seul but de perpétuer un specimen de la fureur germa- nique. Liévin Hupsmans. Een brief van Sissen 'k Ben nog ne keer naar Zoetenaaie geweest. Je zoudt er gaan uit zuiver liefhebberij, 't Maakt er interressant. Ze doen er zulke schoone werken! Het heropbouwen gaat rap vooruit, 't Zijn al wagens en karren met brijken, battens en moortel, 't Krioelt er van. Daar tusschen rijden de automobiels van de vreem delingen die de schoone puinen komen bewohderen en ook die der hooge beambten en tournee d'inspection Men ziet er geheele benden van gazetteschrijvers, onder het geleid van ministers die hen slechts toonen wat dat ze willen laten zien. Natuurlijk is men verplicht van streng al dat mou- vefhent te reglementeeren. 'k Was er nog geen twee mi nuten of 'k kfeeg al een proces omdat mijn velo te rap reed. De naaste keer ga ik met den trein... 't Zal goedkooper uit komen. Men is er aan 't installeeren van 't tribunaal dat ein delijk van Keyefti terug keert. Eene kommissie van hoog bevoegde lieden was bezig met de mate te nemen van de stoven. Men besluit er uit dat het tribunaal nog zal geinstalleerd worden voor den winter. De menschen wa ren er erg kontent over. In 't middep van de plaatse waren ze aan 't toeleggen van 't Beverdijkje. Vroeger was bet een ri'vier en de schepen kwamen zelf tot rechte voor de kerk om gelost te worden, maar sedert dat ze de vestingen gemaakt had den, ten tijde van Napoleon of van* den Spanjaard, 'k en kan het zoo juiste niet zeggen, hadden ze de twee beken die door de verdronken weiden liepen en die 't Beverdijkje voedden in een gracht genaamd Kasteel gracht gevoerd, en 't water liep naar de vaart al door een zeker Wieltjegracht, zonder door de stad te pas- seeren. 't Beverdijkje sedert dien diende nog slechts om 't water te vangen van de suatien, maar men kost het spoelen met van tijd tot tijd 't water van een zekeren Majoorgracht er door te laten loopen. De nieuwemoden specialisten die nu te Zoetenaaie aan 't werk zijn, hebben dat geperfectionneerd. De suatien zullen niet meer rechtstreeks toegelaten worden in 't Beverdijkje. Ze zijn aan 't toeleggen van de straten die er boven liggen. Later zullen ze die straten wederom uitbreken om aan wederzijde van de boge eene suatie te delven. Het werk wordt verricht onder het toezicht van een zekeren Mijnheer Verdoene, die menschlievend is en geerne doet werken. De menschen vragen zich, af hoe men nu de suatien zal spoelen, maar daarvoor die nen ze niet. verlegen te zijn. Als ze hunne rekeningen zullen ontvangen, voor al de gedane en verdane werken, zullen, ze zoo dunne doen... De boge van 't Beverdijkje is al in beton armé. Men zegt dat. ze later zal moqten dienen om er een metro te laten in loopen. Anderen zeggen dat het zal dienen om de Zoetenaaienaars te verbergen gedurende de bom bardementen als t nog .oorlog wordt. Men heef,t die boge zoo hoog gelegd dat er noch waterbui zen, noch gazebuizen zullen kunnen boven pas- seeren. Maar volgens dat 't schijnt, heeft dat geen importentie. Ze zullen de waterbuizen en de gazebuizen niet meer onder den grond leiden, maar vastleggen aan de telephonestaken. Daar de gaze er nü van -Roeselare zal komen, zal ze zooveel verwarmings kracht bezitten, dat er zelfs voor de nabijhangende wa terbuizen geen gevaar van vervriezen zal zijn. Roeselare is altijd gekend geweest voor zijne goede leverancen. Sissen van 't Hoormverl(. Remploi facultatif d'immeubles Au cours de sa remarquable Conférence du 1 1 Juil- let dernier, publiée dans la Région d'Ypres du 17 courant, Monsieur le Député Glorie, faisant allusion a l'article 26bis de la loi nouvelle sur les Dommages de Guerre, a dit notamment parlant des immeubles Quand un propriétaire d'immeuble sinistré déclare vouloir remployer eet immeuble en Belgique n'importe oü. n'importe quand et sans être sujet a aucun controle, il peut obtenir, outre la valeur réelle 1914, la 1/2 de ce qu'on lui accorderait pour remploi si celui-ci s'effeetuait de suite et sur place. Cette disposition pourrait être un formidable obstacle a la reconstruction de nos villes et de nos communes, si elle n'avait un correctif trés important:

HISTORISCHE KRANTEN

Het Ypersche (1925 - 1929) | 1921 | | pagina 1