Mercredi 4 Septembre 1895. 10 centimes le N„. 30 Année. IN 3077 Garde Catholique. Grande Fanfare. Droits den tree et mouvement commercial. Hableries geuzo-socialistes. Les listes électoral es a Ypres. Aveu. I|m varn S) On s'abonne rue <iu Beurre, 36, a Ypres, et k tous les bureaux de poste du royaume. 1 .1 E Eft \V K EM. Vertrekuren. VAN YPER NAAR 1JPER-VEURNE. VEURNE-IJPER. Li réuaion générale mcnsuelle, fixée au Dimanche 8 Septembre, est remise au Lundi 9 Septembre b 8 htures du soir,au Volkshuis. G'est Dimanehe prochain, 8 courant, que la Grande Fanfare se rend b Ostende, pour y donner un concert b la Grand'Place. Le tableau du mouvement commercial de ]a Relgique, pubiié au Moniteur Beige poui les années 1893, 1894 et 1893 est fort in- structif' cette fois, en ce sens que les nou- veaux droits ayant été appliqués depuis quelques semaines, nous remarquons que l'importation des denrées ahmentaires sur lesquelles ces droits ont été établis, loin d'avoir diminué, a plulót augmenté. Ainsi pour le beurre par exemple, nous voyons qu'au mois de Juillet 1893 on a i a- porté504,198 kilos, en Juillet 1894: 410,964 ct en 1895: 84-5.385 kilos. La difference en plus est énorme pour l'année 1895. En ce qui regarde les grains de froment etc. pour le mois de Juillet il y a augmen tation également, mais par contre l'importa- tiondes farines a légèrement diminué; on ne peut cependant rienen préjuger pour le ré- sultal de l'année entière.car nous voyons que le mois de Juillet 1894 avait un cbiffre d'im- portation inférieur b celui de 1893 landis que pour l'année ent ère il y a eu aug mentation. Si nous devions conlinuer b prendre note de tous les autres articles de consommation nous pourrions Iaire des remarques sem- blables en ce qui regarde les bestiaux, les viandes fiaicbes et lumées entr'auires, sur iesquels des droits ont été établis il y a quelques années. A en croire les articles publiés b cette époque par les organes de l'opposition, la viande n'eüt plus été b la portée ni de l'ouvrier ni du petit bourgeois iis avaient i éussi b faire accroire ces bourdes b une foule braves gens qui ont déjit oublié maintenant que ces droits existent. Aujourd'hui encore, La Lulte, qui prend saus doute ses lecteurs pour des imbéciles, faff un iableau effrayant des impöts dont ie gouvernement a cbargé le budget des famil ies. Ecoutez Vos chevaux sont imposés de 60 frs par an, par suite des droits sur l'avoine». Or, le pi ix de l'avoine n'a pas varié. Voire ménage est imposé b76 fr. par an la suite des droits sur la viande qui existent depuis des années déjb sur le beurre, le f'omage, la farine, le chocolat etc. etc. N'est-ce pas, chers lecteurs, que c'est ter rible La Lutte ne parle plus de la bière, cette fois-ci, par oubli sans duute Eb bien 1° Nous déffons le brave organe de la sociale de prouver qu'en ce moment- ei le prix moyen de la viande, du beurre, du fromage, de la farine c'est-b-dire du pain et même du cboculat, uit augmenté sur celui des autres années. Nous prétendons b présent, comme nous l'avons fait a diverses reprises, lors de la j discussion du projet de loi sur les droits, qne ceux-ci n'ont aucuno influence sur la consommation propremenl dite et n'ont eu pour effet que d'aider nos cultivateurs indi genes au détriment de l'étranger. Le tableau en question, nous montre clai- rement, que contrairement b ce qu'unnon- Qaient les libéraux, l'importation pour ces arti des n'a nullement diminué, mais que par suite des droits d'entrée, dont ces produits sontfrappés, les nötres sont vendus bun prix plus rémunérateur, sans que la consom mation proprement dite s'en ressente sensi- blement. La Lutte, fidéle a ses habitudes de blaguo- zwanzerie, fait intervenir le port de Heyst et le Congo dans lo monstre chinois précédent quelle agile devartl ses bénévoles lecteurs. Ellö nous a accusé un jour de cracker dans la garonne; mais elle oublie facilement, parait-il, le piètre résultat de ses gasconna- des b propos des élections de Thuin et d'Ostende. Elle monte sur son tréteau do pitre pour déclarer aux habitants d'Ypres qu'ils sont obligés, pour éviter toutesles calamnités qui menacent notre ville infortunée, si les catbo- liques gardent le gouvernement du pays, d'envoyer au conseil communal des amis du peuple, des hommes de leur milieu G'est ce que les électeurs yprois feront, excellente oonsceur, en y envoyant dabord les membres de la majorité actuelle et six catholiques nonveaux. Si d'ailleurs, La Lutte,par amis du peuple, entendait les progressistes et les socialistes, les yprois pourraient facilement juger de ce que seraient des amis du peuple de ce genre en voyant ce qui se passe en France b Roubatx, b Perpignan, b Marseille et autres villes administrées par des gaillards pareils, quilivrent littéralementles financespubliques au pillage. Pour ne citer que Marseille, oü récemment encore, le Conseil municipal vient de se voter b lui même une indemnité de 70.000 fr. b repartir entre ses membres et une somma de 1000 fr. seulement en faveur de families nécessiteuses de Carmaux. Dteu nous préserve d'administrateurs économes de eet acabit. j Nous apprenons que dans tout le pays les reclamations sont beaucoup I moins nombrcuses que sous l'an- eienne loi. G'est cependant Ypres qui aura la palme. Preuve évidente que nos édiles veulent être et sont en effet justes et impartiaux. Quelle différenee entre l'adminis- tration actuelle et sa devanciè're Et dire que ie corps électoral est trois fois plusnombreux qu'autrefois Sous fadministration libérale, la régie était, a l'égard des eafholique personne n'est sensé êlre électeurs. Aujourd'hui, le principe est le méme vis a-vis de tout ie monde: Con est élecleur, d moins que le contraire ne soit établi. Les journaux libéraux auronl-ils ia loyauté de re'ndrc hommage au Collége écbevinal Nous apprenons que les listes élec- torales communales pour 1896 sont imprimées. Celles qui sont en vigueur pour l'élection de Novembre prochain n'ont donné lieu qu'a deux réclamations, émanantde l'Association Gatholique. L'Association libérale, convaincue que les listes étaierff dressées d'une faoon légale et absolumentimpartiale, a renoncé aux quelques réclamations, non fondées, qu'ellc avait comrneneé par faire. Ilabemus confilentem reum. Le Progrès avoue que c'est M. Brunfaut qui a posé, l'autrc jour, a un prestidigitateur, la question de savoir si Surmont est un jésuite, La question, ajoute le Progrès, était de circonstance après la discus sion qui aeu lieu au Conseil Communal au sujet de la distribution d'eau. Non, ConfrèreM. le Bourgmestre aurait eu dix fois tort ce qui n'est pas et M. Brunfaut aurait eucent fois i'aison ce qui est beaucoup moins vrai encore celui-ci n'en aurait pas moins commis une incon- venance et une maladresse en posant sa question, publiquement, dans un café, a un prestidigitateur Et quand il serait vrai qu'a la ques tion posée par l'homme aux tours (a savoir si M. Brunfaut connaissait AL Surmont), M. Brunfaut aurait tépondu je le connais pour nous deux, Gesprit que le Progrès peut rencontrer dans cette riposte nous n'en voyons aucun ne pourrait en aucune facon excuser labalourdise de M. Brunfaut. Nous n'avons pas, quoi qu'en dise le Progrès, relaté le fait imputé par ce journal a Al. Brunfaut comme un fait de la plus haute importance. Gommis par un particulier quel- conque, il eut eu peu d'importance, bien que restant toujours inconve- nant. Lo JOURNAL D'YPRES parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonneraentpayable par anticipation est de 5 fr. 50 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre. Les articles et communications doivont étra adrosses franc de port a l'adresse ci-dessus. Poperinghe, 5,20 6.53 8.52 9,03 9.43 11,45- 2.43 - 3,43 6,24 7,07 - 8,10 —9,41. Houthem, 5,13 8,00 10,59 5,02 7,38. Comen, 5,13 —7,42 8,00 9,41 9,46 10,59 2,29 —2,35 5,02 7,38 - 8,40 Comen-Armentiers, 5,13 —7,42— 10,59 2,35 - 5,02 8,40. Rousselaere, 6,45 7,44 10,20 12,03 - 2,38-3,47-6,26 —7,37. Langhemarck- Oostende, 4,00 [Cortemark) 6,54 9,50 11,57 3,39 6,03 Kortrijh5,13 8,00 9,41 10,59 2,29 - 5,02. 7,38, Kortrijh- Brussel, 5,13 8,00 9,41 10,59 2,29- 5,02 - 7,38. Kortrijh-Gent, 5,13 8,00 - 10.59 2,29 5,02-7,38. Van Poperinghe naar Hazebrouch, 7,11 9,19 12,03 - 4,01 6,33 8,27 TRAM. 4,40 - 7,28 9,46 - 1,00— 3,50 - 6,30 4,45 - 7,32 9,50 1,05 3,55 6,22 POST - DIENSTEN. Yper - Dixmuide, 5,45 2,15 (Zon.) Yper - Meessen, 11,45 (ten 12,30 Zaturdag Zilveren Hoofd). Yper - Meessen -Ploegsteert5,10 nam.(Zilve ren Hoofd). Yper- Nieuxokerke, 5,45 12,15 (Bronzen Hoofd). Meesen-Waasten 4.35 10.15 4.20. Waasten-Meessen 8.45 12.05 9.40. BIJZONDERE RIJTUIGEN den Zateidag alleenliik. Yper-Waasten, 12,00 (3 Koningen). Wed. Sengier-Nuytten.) Yper-Kemmel, 1,00 (Zilveren Hoofd). (Alois Doctiy-Vermeerscb.) Yper-Belle, 4,00 (Getemde Leeuwen). (Fidéle Gourdent.) Yper-Passchendaele al Zonnebehe, 12,30 drie Koningen). Yper-Passchendaele al Roosebeke, 1.00, (id.) (Gebroeders Van Elslande). Les annonces coütent 15 centimes la ligne. Les.réclames dans le corps du journa p our 30 centimes la ligne. Les insertions judiciaires1 franc la ligne Lesnuméros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique excepté les 2 Flandres) s'adresser YAgence Eavas Bruxeltes, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8. Place de la Bourse.

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1895 | | pagina 1