JOYEUSE ENTREE it GRAND CORTEGE Samedi 21 Septembre 1895. 10 centimes le N°. 30 Année. N 308 2 Jeune Garde Catholique. Beurre et Viande. Question de prononciation. On s'abonne rue au Beurre, 36, a Ypres, et Le JOURNAL D'YPRES parait la Mercredi et la Samedi. Le prix do l'abonnementpayable par anticipation est de 5 fr. 50 c. par an pour tout le pays: pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Daeembre. Les articles et communications doivent êtro adresses franc de port a 1'adresse ci-dessus. k tons les bureaux de poste du royaume. Les annonces coütent 15 centimesla ligne. Les réclames dans le corps du journa pour :iO centimes la ligne. Les insertions judiciaires1 franc la ligne Les numéros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique exceptó les 2 Flandres) s'adresser k l'Agence Eavas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse. Vïlle d'Ypres. de Sa Grandeur Mgr Gustave-Joseph docleur en Théologie, XXII6 Evèque tie lïruges, le Dimanche "29 Septembre 1895, A 2 heures 18 min. de l'après-dinée, Arrïvée de Sa Grandeur la Gare. A 2 heures 30 m. qui conduira Sa Grandeur par les rues des Bouchers, du Temple, au Beurre et Place Vanden Peereboom TEglise St-Martin. Le soir, 6 heures, au. Volkshuis, Magniiique Illumination du Jardin. Concert par la Grande Fanfare. A huit heures, dans la salie des fêies du Volkshuis, Assemblee générale et Allocution par Sa Grandeur Mgr WAFFELAERT. Demain, 22 Septembre, Fête de Saint- Maurice, Grande Eète pour les membres de la Jeune Garde. L'après-dinée a 5 heures en l'Eglise St- Nicolas, un salut solennel sera célébré. Après la cérémonie religieuse, un beau cortège, qui comprendra les principaies so- ciétés catholiques de la ville, se formers, et parcourra les rues de la ville pour se rendre au Volkshuis, oü urie assemblée générale aura lieu. Mensonges des journaux libéraux. Lu Lulte et le Progrès avec une mauvaise foi insigne reviennent de nou- veau sur leurs vieilles calembredaines propos du prétendu renchérissement de la vignde et du beurre, renchérissement qui serait dü d'après eux pour la viande: it l'interdiction d'enlrer dans le pays, dubétail Hollandais, et pour ie beurre: aux droits d'entrée votés sur le beurre éiranger. Encequi regarde la viande, d'après le Progrès, il sen suit que la viande de bou- cherie se pa ie déjü 2,30 jusque 3 fr. le kilo et d'après la Lutte, qu'ü partir de Lundi passé huit jours, il u'y en avait déjü plus la Halle aux viandes; et pour le beurre, d'après le Progrès, que la comparison faitc entre la mercuriale de deux semaines pou.' les armées 1894 et 1895 donne une dimi nution de trois mille kilos dans la vente et une augmentation de 47 c! par kilo, pour cette dernière année. Nous répondrons en peu de mots, mais en citant des fails précis et exacts, ces deux allégations mensongères, pour employer le langage du Progrès. 1° Le Ministre a raison d'interdire l'entrée du bétail Holiandais, atleint d'une maladie coniagieuse, i'efïet d'empêcher cette rnala die de se propager el de contaminer notre bétail, car dans ce cas ce ne serait pas seulement désastreux pour nos cultivateurs, mais c'est alors que le prix de la viande augmenterait et deviendrait inabordable pour le petit bourgeois et l'ouvrier. Nous trouvons même qu'un ministre qui par des mesures préventives de ce genre et sans devoir faire abattre une seule béte, préserve le pays d'une calamnité pareille, mérite bien mieux les éloges du peuple que celui qui, comme a dü agir il y a quelques unnées feu M, le Ministre VandenPeereboom n'a pu parvenir ce résultat, qu'en faisant de véritables hécatombes de bestiaux. Nous nous rappelons cependant que les libéraux d'Ypres lui ont menagé ce sujet une entrée triomphale, que disons-nous, une véritable apothéose. Maintenant pour ce qui est des prix de la viande, ii est trés vrat qu'il y a des pièces qui se vendent a 2,30 jusque 3 fr.; mais ce sont les morceaux délicats destinés aux gens fortui és, qui savent donner ces prix lb, tandis lesautrespièces destinéesauxouvriers, se vendentü présentcomme dans le temps de '1 fr. 20 1 fr. 60 le kilo. Si les rédacteurs des journaux libéraux veuleut s'enconvaincre, qu'ils aillent voir le Samedi l'étalage des bouchers. En ce qui regarde l'objection.qu'ü la Halle aux viandes il n'y avait déjü plus de viande le Lundi de ia semaine dernière, ce nest pas la première fois que ce fait arrive, par les temps de forte chaleur. D'ailleurs la plupart des bouchers d'Ypres qui y avaient uu étal, vendent aux mêmes prix chez eux et le public aime alors mieux se fournir chez eux qua la Halle. Quant aux bouchers de la campagne qui y venaient en bon nombre, leur mar- chandise n'inspire généralement pas la même confiance que ceile de la ville et comme ils ne vendent plus autant qu'autre- fois, ils fréquentent moins notre marcbé. Quant au beurre, la statistique du Pro grès est absolument exacte pour les deux semaines en question, mais oil sa mauvaise foi éclate, ciaire comme le jour, c'est justement paree qu'il prend seulement ses deux semaines et ces deux années. II nous souime de répondre. Notre ré- ponse sera simple et lucide. Nous répon drons au Progrès par le Progrès lui même. Pour celü il nous a suffii de consulter les mercuriales des moisd'Aoütet Septembre publiées dans le Progrès pour les années f890,1891.1892, 1893, 4894 et 1895. Oil pourra voir par ce tableau comparatif qu'il arrive que, d'un samedi h l'autre de la même année, il peut y avoir une difïérence de quantités vendues de plusieurs milliers de Kilos el une difïérence de prix de 30 40 c. On pourra y voir encore que notre année est une des plus favorables non seulement au point de vue des quantités vendues mais aussi de la modicité des prix et ensuite que l'année 1894 que le Pro grès présente hypooritement comme base, était une «année exceptionnelle et qu'il n'y a que l'année '1890 qui puisse lui être comparée, avec cette restriction encore qu'ü la fin du mois de Septembre les prix étaient plus élevés que maintenant et les quantités vendues, inférieures celles de 1895. 2 Aoüt 15.210 2.30 9 15.513 2 25 16 12.399 2.40 23 17 300 2.40 30 16.118 2.30 6 Septembre 14.380 2.40 13 11.533 2.65 20 15.228 2.71 27 3. 5 Octobre 14.763 2.95 1 Aoüt 15.287 2.80 8 15 093 2.70 14 10.046 2.70 22 15.863 2.70 29 13 548 2.90 5 Septembre 14.793 2 90 12 11 948 3. 19 13.398 2.95 26 12.420 3.15 7 Aoüt 13.364 2.70 13 11.380 2.80 20 10.520 2.90 27 12.041 3. 3 Septembre 12.792 3.20 10 13.568 3.25 17 2.97 24 12.288 3. 5 Aoüt 16.878 2.85 12 13.378 2.75 19 9.732 2.95 26 14.363 3.15 2 Septembre 16.602 3.15 9 14.796 2.95 17 14.916 3. 23 13.692 3.06 4 Aoüt 15.242 2.25 11 15.219 2.50 18 17.822 2.38 25 15.862 2.35 1 Septembre 15.823 2.30 8 16.783 2.45 15 16.888 2.39 22 16.108 2.45 29 15.009 2.60 3 Aoüt 13.889 2.56 10 15.378 2.72 17 15.088 2.70 24 14.117 2.70 31 15.018 2.75 7 Septembre 14.645 2.83 .14 14.603 2.85 Voilk done notre réponse, Progrès, et pour employer vos propres termes nous verrons si vous soufflerez mot devant Inci dence des faits. Vous, cependant, si fort en gtrouverez-vous quelgae chose a répondre Non, nous en sommes sürs d'avance, ce fier a bras, habitué seulernen a écrire fun ou l'autre mensonge, conser- vera de Conrad le silence prudent. Mais les Yprois jugeront sévèrementt l'attitude de l'ancien moniteur de l'Höte i de Ville qui n'entame plus n'importe quel sujet, sans tromper ses lecteurs, et les prend pour des imbéciles prêts a avaler toutes les couleuvres qu'il veut bien leur servir. Malheurcusement pour lui, il devient connu Ie beau masque On dirait que tout nest pas roses pour le moment parmi nos gueux. Nous lisons dans le Progrès, qu'une réunion générale du Vrijzinnigen Volksbond aura lieu demain l'effet d'élire un nouveau comité, l'ancien ayantdonnésa démission. Nous sommes curieux de savoir ce qu'il y a 15 dessons,et si certains bruits sont vrais, d'après lesquels le torchon brulerait déjb chez nos bons libéraux propos des candi datures pour l'élection prochaine. Quelle misère, mon Dieu Se disputer si longtemps avant de l'avoir abattu, la peau d'un ours qui a tout-5-fait fair de devoir vivre encore pendant de longues années Misère.... et corde Nous croyons instructif de pro- duire les considérations suivantes sur la prononciation. Elles sont empruntées a une chronique pari- sienne. N'est-ce point Gambetta qui a dit qu'il fail- lait, en politique, sérier les questions En politique, et en art, et en éducation, et en tout. Mon dernier feuilleton m'a attiré une quanlité assez considerable de lettres oü des Tableau. 1890 Dates des Quantités Prix Marchés. vendues. par t kilo. 1891 1892 1893 1894 1895

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1895 | | pagina 1