Jfyeueux Le meeting du 2 Mai. Arrondissement d'Ypres. Procession du Saint Sang VARIÉTÉS. BIBLIOTHÈQIES us de 0 r? i -si La Lutte proteste contre notre der nier article au sujet du meeting fla- mand. Nous avions dit que la consceur continue a prétendre que la politique sera exclue du meeting. Or, dit-elle, La Lutte n'a formulé aucune appreciation a ce sujet. Kile s'est bornée a insérer les communi ques envoyés par le iVederduitsche bond etc. Soit. Mais La Lutte veut-elle dire par la que la politique ne sera pas exclue Elle a inséré Ie communiqué parceque pareil meeting lui parait devoir servir lea intéréts de la cause flamande. Nous 11 "en [croyons rien. La mani festation pourra servir peut-être les visées de certains flamiugants et sur- tout celles de La Lutte, qui fait flèche de tout bois, dès qu'il s'agit des inté réts du radicalisme. Nous donnons acte a La Lutte de ce quelle ne prend pas la responsa- bilité du communiqué. Répartition entre les divers cantons de milice du contingent de la levèe de 1897. 43* Canton Ypres 32 hommes 44" id Poperinghe 34 45e id Proven 21 46° id Elverdinghe 26 47* id Langemarck 29 48' id Gheluvelt 27 49' id Neuve-Eglise 23 30' id Warnêion 29 51' id Wervicq 32 a Bruges, Trains spéciaux d'Ypres h Bruges et retour. Départ d'Ypres h 6.57. Retour de Bruges h 18.00. Pnx en 3* classe tr. 2.10 DO, DO, L ENFANT DO Hélas trop souvent le bébé ne veut pas dormir Do, do, l'enfant do On beree dou- cement, puis violemment, afin de letouidir plus complètement. Do, do, l'enfant do On chante s'il s'agit d'un mioche on fulmine, on menace si la dormeur récalcitrant est déjii plus ügé. Rien n'y fait. Do, do, l'enfant do le jour, la nuit, et, pour accompagner la monotone berceuse, l'éternel va et vient de la bercelonette Un médecin francais vient d'étudier les causes et le traitementde l'irisomriie ehiz les enfants, II indique des moyens simples et pratiques de la guérir. Nous croyons rendre service aux mamans en les faisant connaitre; en même temps nous ferons les affaires des bébés, bien mieux encore. Do, do, 1 enfant do Chantez, nous n'y voyons pas d'inconvénient. G'est joli, poétique. C'esl inoffensif sur- tout et c'est utile, sans nul doute. Mais ne bercez pas, même doucement. Vous étour- dissez le bébé, et vous vous livrez, pieds et poings liés, aux caprices de votre enfant. Le bercement, voyez-vous, c'est l'ivresse puérile, exigeante et dominatrice comme l'autre. L'enfant cherche dansce balancement rhytinique un plaisir certain, mais un plaisir antibygiénique qu'il faudra prolonger et re- nouveler d'autant plus que le bébé sera moins sain, plus maladif. La raaman qui berce un enfant malade est rivéeau berceau, comme un format au boulet et chacune des oscillations de la bercelon- nette reteniit sur le cerveau du petit être d'une manière lacbeuse, assurément. N'essayez point de la menace, chez les enfants plus agés. Vous les agiterez plus encore, vous provoquerez des terreurs nocturnes qui peuvent être excessivement dangereuses. Dès lors, que faut i 1 faire? Recourir au fameux sirop des dentellières, au sirop de pavots qui assomme l'erifant et fait tant de victirnes encore Non, il ne peut s'agir de cela, une telle pratique,si elle.n'«vait pas l'excuse de l'igno- rance, serail condamnable au même titre que l'empoisonnement, dans l.i plupait des cas. Norm ale ment, dit le Dr Cornby, l'enfarq dort plus facilement, plus profoudément, plus longuement que l'adulte. Le sommeil dans tout ce quil a de bun, de doux, de ré parateur est un des privilèges les plus envia bles du jeune age. Si le sommeil, si naturel au bébé, ne vient pas, c'est que le bébé est malade, c'est que son délicat organisme est troublé de fapon queleonque. C'est k rechercber ces troubles, tt les supprimer si possible qu'il faut s'employer si l'orr veut le faire dormir. Cela semble extrêmement difficile pre mière vue, et cela parait nécessiter l'inter- vention d'un médecin. Erreur, 80 fois sur cent, quand un enfant est malade, il s'agit de troubles digestifs 80 fois sur 100 quand un enfant ne dort pas, eest paree quil digère mal. Le berceau et le strop de pavots ne peuvent rien y faire, un peu dhygiène guérira et dounera du même coup le sommeil. Pour les nourrissons, pour les tout petits, réglementation des repas, qu'il faut espacer de 2 heures 3 heures au moins. Du lait exclusivement, le plus longtemps possible. A défaut du lait maternel, it défaut d'une nourrice, du lait stérilisé, e'est-ii-dire du lait préparé au bain-marie, dans des con ditions de propreté rigoureust;... Repos complet pendant la nuit, diète de 10 heures du soir ii 3 heures du matin, rnalgré les cris et les ph urs des premiers jours. Si l'enfant estsevré, s'il mange ii la table commune, s'il partage avec ses patents les mêmes meis, nallez point chercher d'autres causes ii linsomnie qui le tourmente et vous toui mente aussi. Remettez l'enfant au lait et k l'eau, supprimez la bière, la viande, les gateaux et les sucreries surtoutencore une fois, l'enfant dormira. Au besoin, pendant les premiers jours, on pouira joindre a cela des bains tiédes assez prolongés (10 ii IS minutes) donnés le soir avant le coucher de l'enfant. Cest tout c'est it dire que ces principes peuvent suffire dans la majorité des cas Lk oil ils échoueront, l'iniervention du médecin est indispensable. Tout ceci parait bien dogmatique et bien spécial. L'insommie des enfants, cela ne peut guère intéressen les grands, si ce nest quand les placements du bébé les reveillent h leur tour. Qu'ils daignent songer cecique cette msommie est, ainsi que la paleur, la f,èvre 1 agitation, la maigreur, l'expression d'un trouble morbide, presque toujouis, lrouble qui passe inaperpu, que 1 on traite Jé-ère- ment, par les chants, les cris, les menaces les secousses du berceau, et leuis Onjrjion' se modifieront. uP'mons L'enfant, je parle du tout petit bébé, est encore notre époque un paria, un martyr de la routine et des préjugés. Malheureusement, il ne sait passé plain- dre, et s'il proteste parfois, c'est par ces cris nocturnes que l'on cherche tant h étouffer. On le gorge de lait aigri, administré au moyen de biberons ii longue portée. Pour va rier son régime on le drogue h lous propos et on lui confectionne des boulliés qu'un aaulte ne pourait digérer. Par surcroit, on Ie soumet au régime de la balar.goire perpé- tuelle. Le bébé ne dort pas, dépérit, torture ii son tour, son père, sa mère; et, rnalgré l'tffroya- able mortalité de l'enfance par troubles digestifs finit par former une de ces uni lés piteuses, débiles de nos jeunes généra- tions. Cela est malingre, chétif et on se plaint que la race dégénéré Le contraire sera it étonnant. Faites dormir tout le petit monde des bé bés, vous ferez nne race forte et vigoureuse. Jeunes mères, fortifiez vos bébés avec aliment Delacre eflets surprenants Partout Huwelijksaankondigingen. Chocolat Delacre garanti pur. publique et populaire de la ville d'Ypres. De Deyne (v.) et Butaye (a Ypres. Guide illustré du touriste h Ypres et aux en virons. Liège, Bénard s. d.; in-t2°. Funck Brentano (FranU.) Les origi- nes de la guerre de cent aus Philippe le Bel en Flandre. Paris, Hachette et Ciu 1897; in 8°. Ingold (a. m. p.) B issuet et le Jansé nisme. Paiis, Hachette et Cie, 1897 in-8°. Picard, etc. Pandectes bulges. Tome 36. Brux., Larcier, 1897 in-4°. Bibliotheca belgica. Livi008137-141. 3 fr. in-12°. Mémoires de la Société royale des sciences de Liège, 2* série. Tome 19. Bi ux Hayez 1897; in 8°. Gilliodts-Van Severen (l.) C uffi nes des pays et comlé de Flandre. Coutumes de la ville et cbatellenie de Fumes. Tome 2. Brux., Goemaere, 1896 in 4°. Révocation de la commission administra tive des hospices civils d'Ixelles. Ixelles, Eggericx, s. d.; br. in-8°. J. Hans A quoi peut servir une société de géologiedans le domaine des applications pratiques. Brux., Polleuris et C< ulerick 897in-8". Dr K. de Gheldere Dietsce rime Geestelijke gedichten uitdeXUP, XlVe en XV"' eeuw... Brugge, De Plancke, 1896 in-8\ Revue sociale catholique. 1" année. n- 1-6. Brux.,société beige de libr.1896 97; 6 livt°u' in-8". (Communiqué.) Avez vous des Illustrations, Revues, Mo- niteurs, livres de luxe ou ordinaires faire relier, adressez vous chez Callewakrt De Meulenaere, rue au Beurre, 36. Modicité de prix. Solidité. Elégance. BURGERSTAND VAN YPER. LE NOUVEAU LONDON n\'£oV-$seT'*4 /'fih La Cuisine et la Patisserie bourgeoises, Par Jean de Gouy. Le plus pratiqUe Le plus écononijque des LIVRES DE CUISINE, 1200 recettes dont ö0 specialités beiges. En venle au bureau du Journal d'Ypr ores. Lundi, 3 Mai. D' Fafneii. Jules Kerrinckx, schoenmaker, te Yper Sidonie Lelieur, dienstmeid, te Reninghelst Alphonse Debuf, timmerman en Zulima n thoor, strijkster, beide te Yper. e" Liste des ouvrages entrés pendant le mois d'Avril. (Les ouvrages marqués d'un proviennent d'achats, les autres de dons.) Demandez chez M. JANSSENS-MOnpv* rue an beurre, les cigares de José Tinchant v Gonzalès Q" successeurs de Tinchant fr 15-17 rue Breydel, An vers. La plurmortanfe abrique de Belg,que, 1500 ouvriers 0 recommandees Veni Vidl Vici, La Flor riP h Tosé Honi soit qui mal y pense Exf^ nom bien complet Jose Tinchant y gonzflés I (29 Van den 23" tot don 30" April 1897 Gehoortkn. Mannelijk geslacht 2. Vrouwelijk 7 Huwelijken. Morel Leo, daglooneren Lai'orce Charlotte kantwerkster. - Leplae Charles, slachter en Crabbe Sylvie, zonder beroep. Tacoen Jan muziekleeraar en Gillis Héleno, zonder beroon' - Schottey Edmond, brouwer en Lowio Hélène zonder beroep. Sterfgevallen. Ilesmaretz Louise, 35 jaar, zonder beroep on gehuwd, Dixmudestraat. Lacante Julien 7 i scholier, Scbuttelaarstraat. - Depuydt Edouard 28 jaar, dagloor.er, echtgenoot van Bossaert Sylvie, Meenenstraat. Vantoortelboom, Amé- lie, 70 jaar, naaister, echtgencote van Roscamn Charles, de Stuorsstraat. Domaziere Jozef 59 jaar, zonder reroep,echtgenoot van Dubacker Marie, S'Jan buiten. - Vandamme Cesar. 67 j zonder beroep, weduivaar van Huughe Colleta' Mondstraat. Kinders beneden de 7 jaar Mannelijk 0 Vrouwelijk 1 Inn allantu Si-iixiïllom ne manourz pas de visiter VRótel des Ventes, 71. Boulevard Anspach. O11 y trouve un choix considerable de meubles, tapis, objets d'art etc. neufs et d'oeca- sionavec pnx marqué sur chaque objet. Entree libre. 30 N F offregratuitement de faire Ui? iU Uil OIL Uil connaitro a tous ceux oui sont attends dune maladie de la peau, dartres eczémas, boutons, dómengeaisons, broncliites chromques, maladies de la poitrino. de l'esto- inffm m° vessie, de rhuraatismes, un moyen •o i ,Se glitnr P.r°mptement ainsi qu'il a cte 1 adicalernentlui-memoaprès avoir sounert p?.ssay,? 0,1 vaiu tous les retnédes préconisés. Lette otire, dont on appréciera le but humani taire, ostla consequence d'un voeu. Ecrire parlettre ou carlo postale a M.Vincent L'F,-ace victor Hugo, a Grenoble, qui répondra gratis et franco par courrier et enverra les indications demandées. (g( (A base vègótale) fü/t dit>pr- y-, raitre lea cheveux gria t-n Vi I)ou do jours fortifle la cliove- X» lure, en arrcte la chute. II ne tèche pas la peau. "d au goulot En flacons de J fr. 50 et 2 fr. 50 Taioturo anglaiie spéciale pour barbes 2 fr. le flacon. En vente a Y pres chez V" Ommeslagh-Podevyn a Poperinghe chez Theetea-Lefever. 27 DF.POT DAU9 el toutes les Maladies dos Lille'1 ^^res c'lez Donek frères rue de

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1897 | | pagina 2