AFFAMBS DES INDES. 0ac,A/vr Samedi 19 Juin 1897. 10 centimes le Nc 32e Année. N° 3255. Pour les Les évènements d'Orient. Les élections en Hollande. La question des eaux et la Lutte, La Ville. On s'abonne rue au Beurre, 36, A Ypres, et k tous les bureaux de poste du royaume. Le JOURNAL D'YPRKS parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonnementpayable par anticipation est de 5 fr. 50 c. pax- an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre. Les articles et communications doivent être adrosses franc de port a l'adresse ci-dessus. Lisle précédente 1759 fr. 85 Anonyme 2 Anonyme 5 Pour obtenir de meilieures années agricoles. Poperinghe 20 M. et Mad. Paul Lauwers 50 M. et Mad. R. V. H. 50 Le Temps dokiile d'intéressants rënsergne- ments sur les négociations qui se poursuivent h Constantinople pour rnettre fin au conflit gréco-turc. La discussion porte actuellement sur la rectification de la frontière thessalienne. Cette rectification soulève une infimté de questions qui rendent les négociations trés longues. Pendant que les ambassadeurs discutent j avec les représentants du Sultan,les cabinets européens règleut directemenl entre eux la question ci éioise et ce sont les propos! lions dont la France a pris 1 initiative qui constituent la base de la discussion. Le tutur gouverneur de la Crète ne sera ni Grec ni Ottoman. II sera choisi parmi les personnes notables des petits Ëtats euro péens neutres, et la candidature la plus sérieuse est actuellement celle de M. Numa Droz, ancien président de la Confédération helvéiique. La gendarmerie crétoise serait constiluée par des éléments indigènes encadrés par des officiers suisses. Enfin on songe h prélever sur l'indemnité de guerre que la Grèce devra payer h la Turquie.les 3 ou 4 millions nécessaires peur faire fonctionner la nouvelle organisation créloise. Lamia, -15 Juin. Les Turcs ont placé ce soir des canons sur la chafne de l'Oihrys, au-dessus de la zone neutre.en les dissimulant sous des branches. Ils ont également mis de rartillerie dans le couvent incendié d'Anaselitza. L'activité déployée par les Turcs depuis deux jours inspire ici de la défiance. Une colonne d'éclaireurs a élé vue, k la nuit tombante, au village de Vryssi. La pluie tombe sans dis- conlinuer. Les élections générales d'hier pour la Se conde Ctimbre sont un formidable coup pour le libéralisme. Jusqu'ici une seule exception prés, en 1888 les grandes vil les avaienl assuré régulièrement la majorité aux libéraux, au premier tour du scrulin. Gette fois les libéraux craignaient tellement qu'ils se sont associés aux radicaux et no- nobstant cela, ils y viennent partout en bai- lottage. Dans les neuf circonscriptions d'Amster- dam, pas un seul libéral ou radical n'a été élu ils se trouvent tous en ballottage dans deux seulement il y a ballottage entre radi caux et libéraux. A Rotterdam, dans les cinq circonscrip tions, ballottage entre libéraux radicaux et partis chrétiens. A La Haye, un siège a été gagné par les antirévolutionnaires deux ballottages entre libéraux et chrétiens. A Utrecht, ballottage pour les deux sièges. A Groningue, le mbistre Van Houten est en ballottage contre un radical. Le siège de Leiden a été gagné par les partis chrétiens. Les libéraux sont partout en recul. A Amsterdam et Rotterdam, les socialistes n'ont obtenu que des cbiffres ridicules. Dans trois circonscriptions frisonnes seulement leur meneur, l'avocat Troelstra, vient en ballottage avec un libéral avec un radical, avec un anti révolutionnaire. Le docteur Scbaepman, l'avocat Bahlmann et les autres chefs du parti catholique sont élus le docteur Knyper aussi. Le docteur Gbeichman, libéral, est en ballottage, h Am sterdam, contre un juif radical. Avant que les b llottages aient eu lieu, il est impossible de donner des chriffres d'ira- portance. Gependant la chance qu'un gou vernement chrétien remplace le cabinet ac- tuel est trés agrandie. Voici, d'ailleurs, le résultat définitif de cette première journée. Sont élus 22 catho- liques, 13 antirévolutionnaires, 13 libéraux, •1 radical. II y a 51 ballottages entre 15 ca- tholiques, 33 antirévolutionnaires, 43 libé raux, 7 radicaux et 4 socialistes. Nos journaux libéraux et socialistes ue parient plus de la question des eaux. Pourquoi G'était cependant un terrain fécond, puisque la Lutte, entre autres, y a trouvé des sujets d'articles aussi nom- breux qu'insipides. Depuis deux mois,, elle est muette comme un poisson. Plus un seul article, plus même uil entre-filet Quel est ce mystère Nous nous étions permis, il y a quelques mois, d'afïirmer que tout le système de M. FranQois vena it d echouer a Laeken, et que la dépense énorme que ledilité de cette commune s'était imposée pour donner de leau a Les annonces coütent 15 centimes la ligne. Les réclames dans ia corps du journal coütent 30 centimes la ligne. Les insertions judiciairesi franc la ligna Lesnuméros supplé- mentaires coütent tO francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique excepté les 2 ^landres) s'adresser k l'Agence Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse. ses habitants, avait été faite en pure per te. La-dessus colère de la Lutte et de M. Vermeulen, qui se croyait visé paree que nous parlions de M. Fran cois que l'ex-conseiller voulait nous imposer. Heureusement que nos édiles n'ont pas eu recours au spécialiste chcr au cceurdeM. Vermeulen, et a son clé- testable système Nous étions au courant du résultat négatif de M. Francois; mais, avec la patience qui nous caractérise, nous avons voulu attendre les évènements avant de revenir sur le système em ployé a Laeken. Aujourd'hui que tous les journaux constatent les déceptions éprouvéespar l'administration de cette commune, il doit nous être permis tout au moins de reproduire la der- nière nouvelle que nous trouvons dans un journal de la capitale Le collége échevinal de Laeken vient de prendre une grave résolution. Les travaux de la distribution d'eau, ap^ès avoir coüté plus d'un million, viennent d'êlre brusque- ment abandonriés. La nature du terrain a mis les entrepre neurs dans l'impossibilité compléte de con- linuer l'établissemerit des galeries. De plus, les jaugeages effectués par M. Sterckx, di recteur des travaux de la commune, jsu- geages qui accusaisnt au mois de Mai un rendement journalier de 450 m. cubes, n'en accusent plus aujourd'hui que 320. Le Collége échevinal vient d'adresser aux membres du Conseil communal un rapport longuement motivé sur la situation. Dans ce rapport, les édiles laekenois re- jettent sur l'ingénieur,auteur du projet,la res- ponsabilité des graves déceptions éprouvées par l'administration communale. Les son- dages préliminaires accusaient de l'argile, et depuis le commencement des travaux, on se trouve en plein sable boulant. En égard h l'importance des sacrifices fails jusqu'h présent par la commune, le Collége est d'avis qu'il faul considérer com. me absolument inadmissible l'idée de ne pas poursuivre l'achèvement de la distribution d'eau. Le Conseil communal sera convoqué h bref délai h l'effet de délibirer sur la ques tion de savoir s'il sera possible, en abaissant le radier de la galerie Nord et de la galerie Est h une cour h determiner, d'avoii la certi tude de pouvoir creuser ces gakiies dans l'argile sur tout leur développement. Dans la négative, y aurait-il avantage h exécuter en tranchée ouverte la galerie Est? Pour le cas oü la solution donnée h cette seconde question serait encore négative, c'est-è-dire s'il était reennnu qu'il faut néces- sairement continuer simuhanément ou alter- nativement les galeries en souterrain, k la cöte actuelle et dans les terrains peu con- sistants, n'y aurait-il pas lieu de recourir, pour le creusement des galeries, h des pro cédés sürs et pratiques qui éviteraient, dans l'avenir, h la commune les mécomptesquelle a subis jusqu'h présent La Collége propose au Conseil de nommer une nouvelle Commission technique qui serait chargée de l'éclairer sur ces diverses ques tions. Et dire, que M. Vermeulen a tout fait pour faire entrer notre adminis tration communale dans la voie oü celle de Laeken va perdre plus d'un million Nous allions dire oü elle va se noyer. Mais il n'y a pas même assez d'eau pour eela Qu'en pense la Lutte Qu'en dira M. Vermeulen Mardi dernier a eu lieu k 11 heures, le mariage de Mademoiselle Marie Boone, fille de Monsieur Cyrille Boone, le sympathique Conseiller Communal de notre ville et nièce du R. Curé-Doyen de St-Martin, avec Mon sieur Paul De Clercq, fils de Monsieur A'lolphe De Clercq, Mernbre de la Chambre des Représentants h Bruges. A l'entrée et h la sortie du cortège nom- breux des parents et amis des deux families de l'église St-Pierre, oir la cérémonie nup tiale avsit lieu, l'organiste M. Baratto a exéeuté avec talent deux marches solennelles de Gounod et de Mendelsohn. Pendant la messe de mariage, M. Joseph Derudder chanta avec beaucoup de gout deux mottets, dont un Ave Maria, composé par C. de Saint Saëns, le maitre Fraripais, et M. Alb. Van Egroo jou t une mélodie pour violon et orgue de M Goetinck, de Bruges, ancien Directeur de l'orchestre du Kursaal de Blankenberghe et professeur de violon k l'éeole de musique d'Ypres. C'est une oeuvre exquise, admirablement contrepointée et dont les imitations démon- trent le grand talent, comme harmoniste, de l'auteur. La réputation comme instrumentiste et chef d'orchestre de M. Goetinck était faite depuis longtemps. L'exécution du splendide morceau a révélé ceux qui l'ignoraient, son talent comme compositeur. Nous présentons nos sincères félicitations aux jeunes mariés et h leurs families.

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1897 | | pagina 1