m AFFAMES DES INDES Ville d'Ypres. MINISTRES 70 SStWf/y Mercredi 14 Juillet 1897. 10 centimes le N°. 32e Année. N° 3262. qR^A jV/> Pour les En Hollande. Le grève agraire en Hongrie. Les affaires d'Orient. mmzm Kfc». Sgfefi mm i On s'abonne rue au lïeurre, 36, a Ypres, et A tous les bureaux de poste du royaume. Le JOURNAL D'YPRES parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'aboimementpayable par anticipation est do 5 fr. 50 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abom ornents son! d'un an et se régularisent fin Décembre. Les articles et communications doivent êtrs adresses franc de port k l'adrusse ci-dessus. Les annonces eoütent 15 centimesla ligne. Lös réclames dans le corps du journal coütent 30 ceniimee la ligne.— Les insertions judiciaires1 franc la ligne Lesnuméros sup.'lé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique exeepté les 2 Flandres) s'adresser a ]'Age?icr. Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse. Listes précédentes 2661 fr. 58 Anonyme 10 10 Quelques enfants 5 Une trés pauvre femme Ofr. 10 Plusieurs anonymes 16 Produit d'une vente 20 Deux anonymes 10 M. et Mme Verlende-Vanhee 20 Anonyme 3 5 1897. Vu la délibération du Conseil Communal, en date de ce jour, Arrëte ainsi qu'ii suit le programme de la Fête Communale; Samedi, 31 Juillet, A 6 heures du soir (18 h.), le Carillon annoncera l'ouverture de la Fête. A 8 heures (20 h.j, CONCERT, sur la Grand'Place, par l'Harmonie Communale. Dimanehe, 1 Aoüt, Concours de Chant pour Pinsons. A 10 heures, sortie de la Procession de Notre Dame de Tuine. A midi (12 h.j, ouverture de l'Exposition des Beaux-Arts, organisée, avec l'intervention de la ville, par le Cercle Artistique Strijd naar Lauweren dans les locaux des Halles. A 12 1/4 h., CONCERT, sur la Grand' Place, par la Grande Fanfare. A i h. derelevée (i3 h.), Grand Concours International de Tir a l'Arc, organise, sous les auspices de la ville, par la Société Royale de St Sébastien. A 8 h. du soir (20 h.), GRAND CONCERT, par la Fanfare Royale «LES FÊLÏSSIERS tie Siinclie. Lundi, 2 Aoüt, A 10 h., Distribution de Prix, aux élèves de l'École moyenne de l'État pour garcons. A midi (12 h.), CONCERT, par la Fanfare Royale, LES PÉLISSIERS de Binche. A 3 h. de relevée (i5h.), Courses et Concours de Chiens, rue du Verger. A 8 h. du soir (20 h.) CONCERT, sur la Grand'Place. Mardi, 3 Aoüt, A midi (12 h.) et a 8 h. du soir (20 h.), CONCERT, sur la Grand'Place. A 3 h. (15 h.), sur le Marché au Be'tail, CARROUSEL POUR VELOCIPEDES, Mercredi, 4 Aoüt, A midi (12 h.) et a 8 h. du soir (20 h.), CONCERT, sur la Grand'Place. Jeudi, 5 Aoüt, A midi (12 h.), CONCERT, sur la Grand' Place. A h. de releve'e (16 h.), Jeux populaires, au Zaalhof. A 8 h. du soir (20 h.) CONCERT sur la Grand'Place. Dimanehe, 8 Aoüt, A midi, (12 h.), Arrivés MM. lm de la Justice et des Travaux Publics. VISITE DE LA VILLE. A 1 h. de relevée (i3 h.), Concours de Tir a l'Arbalète au But, organise par la Société Guillaume l'ell avec le concours de la ville. A 8 h. du soir (20 h.), CONCERT, sur la Grand'Place. A 9 h. du soir (21 h.), Retraite aux Flambeaux. Dimanehe, 15 Aoüt, A 2 h. de relevée (14 h.), Concours dc Pêche a la Ligne, organise', avec l'interven tion de la ville,par le Cercle «La Faugère.» FÊTE MUSICALE et ASCENSION de BALLONS. Les Dimanches suivants, fêtes aux Hameaux et Sections. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Pendant la durée de la Kermesse, le Musée, les Salles de l'hótel de Vitte et des Halles, décorées par MM. Guffens. Swerts, Pauwels et Delbeke, seront aecessibles au public. Le public aura libre aecós au Bassin de Natation, depuis le Dimanehe ier, jusqu'au Dimanehe 15 Aoüt inclusivement. Des circulaires et programmes spéciaux annonceront ultérieurement les détails des fêtas et concours. Fait en séance, a Ypres, le 10 Juillet 1897. Par ordonnance Les Bourgmestre et Échevins, Le Secrétaire, Bon Surmont de Volsberghe. M. Gorrissen, La reme-régente s'occupe de former le nouveau ministère. Jusqu'ici elle a repu en audience, au chateau de Loo,MM. vanNaemen van Eemmes, président de la première cbambre, Gleichman, président de la seconde chambre, ei le jonkheer Schorer, Ace prési dent du Conseil d'Elat. Le bruit court que la souveraine a aussi mandé M. Tak van Poortvliet, dont elle désirait prendre l'avis. 11 est. probable qua les négociations pour la formation du ministère seront longues et laborieuses. Aucun parti n'ayant la majorité dans la nouvelle Chambre, l'avènement d'un cabinet d'affaires semble la solution la plus pratique. Certains journaux libéraux préco- nisent une entente enire libéraux progres sisten et antirévolutionnaires de gauche, soit entre les groupes Borgesius et Kuijper sur une programme de réformes sociales.D'auires organes conseillent Ia nomination d'un mi nistère exclusivement libéral, qui serait sou- tenu par les radicaux, les socialistes et les Chretiens historiques. On ignore absolument quel sera l'homme politique chargé de composer le ministère. Le dernier noin mis en avantest celui de M. Pierson, l'ancien ministre des finances. En dépit des nouvelles rassurantes ré- pandues par les journaux ministériels hon- grois au sujet de la grève agricole dans ia ricbe région de l'Altoeld, ïl ne parait pas que la situation s'y soit améliorée. Ge n'est pas la première fois que les paysans de cette contrée menacent de se souleveril y a quel- ques aunées déjk, de trés graves désordres s'y produisirent. Les autorités, dès les premiers mouve- merits de résistence des agriculteurs, ont expédié dans les districts agités de la gen darmerie et du militaire, on a opéré de nombreuses arrestations parmi les préteu- dus agitateurs socialistesen revanche, aucune mesure n'a été prise pour remédier aux griefs mêmes des paysans. II est arrivé ce qu'on pouvait prévoir après une apparente accalmie produite par les premières mesures de rigueur, l'agita- tion a repris de plus belle et elle va croissant. Grace aux réserves d'hommes que le gou vernement tien! a la disposition des proprié- taires et des fermiers, grace aussi k l'esprit de conciliation dont, en plus d'un endroit, ceux ci font preuve et qui se traduit par des concessions aux ouvriers, les moissons ont pu s'cffdetuer dans beaucoup de districts, sans trop de retard et surtout de désordres. Ailleurs la grève sévit dans tout3 son inten- sitëA Szasz-Feisce Szent Gyaergy, par exerriple, les masses duvrières refusent ab solument le travail. A Bacs-Almas, environ .0,000 moissonneurs sont en grève. Dans un grand nombre d'autres localités, ils refusent de se mettre au travail si on ne leur accorde pas une rémunération p'us équiiable. A Zzabadka et a Szecsoe, oil on a arrêié des agitateurs, l'irritation va en augméntant. Des centaines d'ouvriers se promènent avec des fourcties et des faulx. Leur attitude est menacanie. A Bacs-Rikiti, k la suite du refus opposé par les autorités k la tenue de den: réutnons publiquss, le mlconteniemen était si grand parmi les ouvriers qua l'on dü, en toute hate, faire venir 70 -zend aars. Ailleurs encore, comme k Nagy SzL-s, U travail des ouvriers, embaucnésdu deiiors. ne peut se faire qua sous la protection de Ie troupe. Le mouvement gréviste s'est mêrtta étendt k des comitats qui passaient jusqu'ici poui être complètement réfractaires ii l'agitatiot socialiste, comme k Jaszi-Nagy-Eun-Solnok Le sang, parait-il, a conlé k Kapovar, oir i'après un laconique télégramme, les gendar! mes auraient été obligés de tirer sur lei ouvriers araenés de la Haute-Hongrie, et oi il y auraït eu deux morts et plusieurs blessës Partout les ouvriers se plaignest de li journéa de travail trop longue el du salairr trop miuirae. Enfin i'Europe se montre a dC s'écrier M. Joseph Prudhomme ap ès ..voir it la dépêche que l'empereur d'Autriohe vien d'adresser au sultan, en réponse au télé gramme que celui-ci lui avait fait parvenir. C'est un fait curieux, et, ssmbie-i-il, d'un caraclère insolite, que cette démarche du gouvernement turc qui, passaat par-des- sus la tête des négociateurs chargés de diseuier les conditions de la prix entre la iurquie et la Grèce, s'adresse direciemont aux puissances pour leur déclarer qu'il lui est impossible de poursuivre les négocbnions sur les bases qu'elles-mêmés out rni- nées Déjk Ia Russia, comme on i'a vu, se pré- occupant de Failure inquiétante que p enait la enarebe des cboses, est intervenuo par une note dont l'objet est de faire comprendre k la Turquie que les grandes puissances, y compris l'Allemagiie, sont parfaitemem d'ac- cord pour ne lui point céder sur ia question de la Tbessalie, et quelles'expose k de gra ves périls en retardant la conclusion de la paix. La réponse de l'empereur Fratigois- Josepb, affirmant, après la note russs, que le concert des grandes puissances» est ferme et urii dans ses résolutions 11e peut manquer de prod ui re sur l'esprit. du sultan une impression saluiaire. Gette impression sera confirmée, si ie Gommandeur des Croyants veut bien rap- procher des communications de ia Russie et de l'Autricbe-Hongrie, Ja réponse faite l'autre jour par le marquis de Salisbury k i'inter- pellatiou d'un tr.embre de la Chambre des lordsil y verra que le premier ministre d'Angleterre s'est appliqué k faire compreh- dre aux puissances qu'elles n'obtiendiaient rien de ia Porte oltomane, si elles ne trou- vaient le moyen de la placer, comme en m r"rCk T u I¥d a g Le Collége des Bourgmestre et Échevins,

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1897 | | pagina 1