AVIS. CONCERT AFFAMES DES INDES. %/QUE.-- Sarnedi 24 Juillet 1897. 10 centimes le N°. 32* Année. N° 3265. Dimanche 25 Juillet, Pour les La question scolaire au Canada. Les négociations pour la paix. En Crète. On s'abonne rue au Beurre, 38, a Ypres, et Le JOtTHBJAL. D'YPKKS parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de 1'abonnement, payable par anticipation est do 5 fr. 50 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et so régularisent fln Décembre. Los articles et communications doivent êtra adrosses franc do port A l'adresse ci-dessus. k tons les bureaux de poste du royaume. Lo3 annonces coütent 15 centimes la ligne. Leg réclames dans le corps da journal coütent centimes la Iigne. Les insertions judiciaires, 1 franc ladigne Lesnuméros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique excepté les 2 Flandres) g'adresser a 1 'Agence Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Plaoe de la Bourse. Un événement aussi doulou reux qu'imprévu vient de ré- pandre le deuil sur notre ville et sur la paroisse de St-Marlin en particulier. Jeudi soir est décédé en la cure de Passchendaele, notre vénéré curé-doyeuM.Alphonse Boone, a la suite d'une conges tion célébrale. M. Boone s'était rendu le ma tin a pied en pèlerinageaNotre- Dame de Westroosebeke, acle de devotion qu'ilavait coutume d'accomplir tous les aiis. 11 y avait aussi assislé a la consécration par Mgr l'Evêque de Bruges des cliapelles statio- nalesdel'Ommeyan<jf,quelezéié curd de la paroisse M. l'abbé Samper vient de restaurer a neuf. Retournant après-midi par Passchendaele oil il comp- tait prendre le train pour Ypres, il se mit a dire son office et pria ses compagnons de route de le dévancen. Ceux-ci ne le voyant pas arriver derrière eux, et re tournant sur leurs pas, trou- vèrent M. le doyen étendu sans connaissancele longdu chemin. Transporlé chez M. le cure De- keerle de Passchendaele, oü tous les soins lui furent donnés, le chcr moribond ne put rece- voir que lextrême-onction et expira vers les sept heures du soir sans avoir repris connais- sance. Un banquet aura lieu, aux Halles, bimanche 8 Aoüt 1897, a 2 1/2 h. de relevée, a l'occasion de la visite offi- ciellede MM. les Ministres de la Justice et de l'Agriculture et des Travaux Publics. Une liste de souscription est déposée 1 Hotel de ville d'Ypres. Le prix est fixé a C francs, vin non Co®pris. La liste sera close le Samedi, 31 uillet, a 4 heures de relevée. (lettenouvelle s'est répandue comme un coup de foudre hier matin en ville. La mort de M. le doyen Boone est pour elle une pcrte immense. Les pauvres et tous les affligés trouvaient en son excellent coeur refuge et consolation son ardente piété, son zèle pastoral infatigable fai- saient 1 edification de tons ses paroissiens. Par les qualités so lides de son intelligence, ses connaissances, son jugement éclairé, il était le guide, lecon- seiller toujours sürdu clergé de son doyenné aussi bien que de ses paroissiens. Fidéle inébran- lablement a tous les devoirs de sa charge, il savait par le tact qu'il meltait a les reruplir, par l'aménité et l'affabilité de son caractère, se concilier l'estime et les sympathies de ceux-la mêmedontil lui fallait a l'occa sion contredire les opinions et combattre les tendances M. le doyen Boone meurt en- touré d'une hauie et juste con- sidération, et laisse parmi ses paroissiens les plus profonds regrets. Le défunt n'avait point encore atteint sa cinquante-et- unième année. Veuille son honorable familie, dont il était l'honneur et la joie, agréer 1 expression de notre res- pectueuse. condoléance! Nousapprenons que les luné- railles auront lieu le Mercredi 28 Juillet, a 10 1/2 h. du matin. 8 1/2 heures du soir, sur la GRAND'PLACE par L'HAfiMONIEjCOMMUNALE. PROGRAMME 1. Marche. 2. Sous la feuillée, ouver ture de concours J. F. Strauwen. 3. Les ISoces de Jeannetle, bouquet de mélodies Mussf:. 4. Premier réveil du coeur, gavotte Eilenberg. 5. Dans les bois, fantaisie Wiolot. 6. Amour et printemps, valse Waldteufei. Listes précédentes Deux anonymes Anonyme 2970 fr. 68 7 2 fr. 25 Avant de quitter le Canada pour aller rendre compte de sa mission au Pape, Mgr Merry del Val, dêlëgué apostolique, a adressé la lettre suivante a Mgr Langevin, archevêque de Saint- Boniface ASa Grandeur Monseigneur AdélardLungevin, archevêque de Saint-Boniface, Manitoba. Ottowa, le3 Juillet 4897. Monseigneur, A la veille de mon départ du Canada pour la ville éternelle, oü j'irai bientot déposer entre les mains augustes de Sa Sainteté le résultat de mes investigations et de mes efforts, je viens adresser une parole Votre Grandeur comme k l'évêque le plus immédia- tement intéressé dans la question qui a fait l'objet principal de ma mission, et par son entremise j'entends m'adresser k tous les catholiques du pays. Avant tout, monseigneur, qu'il me soit permis d'unir aux sentiments respectueux et dévoués que j'offre de grand coeur tous les archüvêques et évêques du dominion, une expression sincère de reconnaissance pour la bienveillance dont LL. GG. ont voulu m'ac- corder des preuves signalées. Mes remerciements sont dus aussi k tous les membres du clergé et aux fidèles des différents diocèses pour l'accueil cordial et touchant qu'iis m'ontconstammenl offert. Je regrelte qu'il ue me soit pas donné d'expri- mer chacun ce que mon coeur sent si pro- fondément. J'ai encore me louer de la grande cour toisie des autorités civiles, et je tiens leur donnet' ici un témoignage de ma gratitude et de mon respect. 11 nous faut espérer que l'oeuvre si sainte de paix et de justice, désirée parle Saint- Siège et par nous tous, sera pleinemenl réalisée. A ce propos, je puis assurer Votre Graudeur que Sa Sainteté se trouvera k même, avant peu, d'émettre une décision et de tra" eer aux catholiques canadiensla ligne de con" duite suivre dans la situation présente. Le Saint-Père a épuisé toutes les sources ((informations et, k moins de vouloir se dé rober la vérité, il est impossible de douter qu'il ne soit parfaitement renaiigné sur iw' faits et leurs crrconstances. Dans l'intervalle, il reste cependant un devoir impérieux pour tous, et dans l'exercice de mes fonctions, j'ai l'obligation de l'incul- quer d'une fapon Jtwmeüe, avec la certitude que les évêqoes et le clergé, dévoués, com me ik le sont au Saint-Siége, veilleront i son aecompliasecient exact de la part des fidèles. Ce devoir est celm de s'abstenir entièrement de tottte agitation, d oublier las divisions et les ressentiaents et de suspendre toute discussion Les cboses étant entrées, pour les catho liques, dans une phase nouvelle par ie seul fait de (intervention directe du Souverain Pontife, c'est k lui qu'il revient aujonrd'hui de déterminer an dernier lieu leurs obliga tions, par rapport au ooté religieux de cctte question, et ilffest pas denotre ressort, ni du ressort de personae, de prévenir soa jugement et son action. II doit être évident pour tout catkolique éclairé qu'on ne peul ni invoquer Bi soutenir I autorite au Pasteur Suprème en entamant cetle des évêques, at que d'un autre cêté on affaiblit si autorité épiscopale en entravant même indirectement le libre exerciee de celle du Chef de I'Eglise. Pour ma tpaet, Monseigneur, j'ai trop vite appris estimer les catholiques du Canada et k admirer leurs vertus pour douter qu'ils ne se réjouissent de pouvoir laisser au vicaire de Jésus-Christ.avec soumission et confiance, le sein de veiller k leurs intéréts religieux, intimement persuadés que sa direction sera la plus sainte et la plus sage. Que Votre Grandeur veuille bien agréer (assurance demon estimeet de mon attache- ment sincère, et quelle me permette de lui exprimer mon désir ardent de voir .prospé- rer, sous Ie regard de Dieu, ce peuple du Manitoba, objetde son zèle, de ses labeurs et de ses prières. De Votre Grandeur, le serviteur trés dévoué en N. S. RAPHAEL MERRY DEL VAL, Délégué apostolique. Constantinople 24 Juillet. II seconfirme que la Porte se rapproche maintenant du traité de frontières proposé par les puissan ces el que la plus grosse difficulté s'oppossnt i la conclusion de la paix est k la veille d'étre levée. On commente beaucaup le fait que Djead pacha, nommé commandant militaire de Crete ne part pas pour occuper ce poste. La Canée, 21 Juillet. Les amiraux éten- dem la peine de la déportation k Benghazi, k tous les prisonniera musulmans détenus kla BBS

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1897 | | pagina 1