0aaA Ny- Mercredi 8 Septembre 1897. 10 eenlinies le N°. 32e Année. N° 3277. O Désaveu net. VENDUS. La ligue démocratique beige et le parti démocratique chrétien flamand. rémwm On s'abonne rue au Beurre, 36, k Ypres, et a tous les bureaux de poste du royaume. Le JOURNAL D'TPRKS parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonnement, payable par anticipation est de 5 fr. 50 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre. Les articles et communications doivent être adrosses franc de port A l'adresse ci-dessus. Les annonces coütent 15 centimesla ligne. Les réclames dans le corps du journal coütent 30 centimes la ligne. Les insertions judiciaires1 franc la ligne Les numóros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique excepté les 2 ("landros) s'adresser l'A<jrence Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse. Demain, Jeudi, a 10 1/2 heures, installation de M. le Chanoine De Brouwer comme Curé-doyen de St- Martin. Nous apprenons que le Tribunal et TAdministration communale out de cide de se présenter en corps a la re ception qui sera faite par M. le Doyen, au doyenné, après la cérémonie reli- gieuse. Nous lie pouvons que féliciter ces deux corps de revenir aux anciennes traditions chrétiennes. Voici la désapprobation que le Bieti du Peuple, de Liège, donne aux dernières dé- monstrations de nos soi-disant démo- crates chrétiens. La voici cc A l'occasion de la peine ecclésiastique, dont a été frappé un prêtre des Flandres, divers sentiments se sont fait jour. Si Ton demande quelle doit êire la conduite des catboliques dans de semblables occasions La réponse est aisée il taut re- gretter que le piêtre ait posé l'acte par lequel il a encoura ceite peine il faut respecter l'autorité ecclésiastique qui l'a infligée, uniquement en vue du bien et dans l'espoir deguérison il taut souhaiter que le prêtre se soumette humblement et en profite pour se conformer dorériavant aux prescriptions de l'autorité légitime, Voilé la réponse compléte, nous sem- ble-t-il, Nousavons trop de respect elh l'égard de l'autorité ecclésiastique et h l'égard du caractère sacerdotal pour examiner la con duite du prêtre. Gelanenous appartient pas. Mais nous regrettons vivement que cer tains cercles envoient des adresses de sym pathie en censurant l'autorité épiscopale. Cela est absolument contraire au respect que doit tout catholique h l'autorité de ceux que l'Esprit-Saint a constitués pour régir l'Eglise fout catholique, tout prêtre plus forte raison, doit: respect, obéissance, soumission fidiale son évêque respectif. Appartient-il aux fidèles de délimiter le pouvoir de leurs supérieurs et de leur assi gnor les matières auxquelles s'étend leur juridiction Evidemment non. Les évêques souls sont juges compétents en cettematière. 8 Même si une bénédiction épiscopale ontre dans la maison, en cassant les carreaux, selon l'expression imagée de L. Veuillot, il faut la recevoir d'un cceur soum s et joyeux. 8 Nous le répétons par conséquant, noris désavouons complètement ces manifestations de sympathie et nous les déclarons indignes de la démocratie chrétienne. S il faut en croire le Voltaire, de Paris, le Bien Public de Gand, comme d'aulresjournaux catholiquesdu pays, est vendu a l'Allemagne. Puisque nous avons reproduit Par tiele de notre confrère gantois, et que nous pouvons done, a juste titre, être accusé de participer aussi au fond des reptiles, nous publions la réponse du Bien Public au sot article du Voltaire: II parait que nous sommes vendus h l'Al lemagne, et que nous sommes gallophobes. Gela paree que nous ne nous sommes point pamés d'admiration devant l'alliance franco- russe. Gestie Voltaire de Paris, qui a fait cette découverte et qui l'annonce en ces termes II existe, it Gand, un journal intitulé le Bien Public qui, comme la plupart des feuil- les réactionnaires brabanponnes, est tout acquis, et de fapon plus ou moins intéressée, la politique allemande. Si ces gallophobes se contentaient de nous nijurier, ce ne se- rait ricn, mais leur zèle les fait absolument ridicules, ce qui est plus grave... pour eux. Certts, nous avons ici d'autres chats h fouei- ter, et les petites vilenies de la feuille clén- cale de Gand ne signifient pas grand' chose, mais nous les signalons paree qu'un confrère religieux qui nose pas, it Paris, dire sa pensée, s'abrite bravement derrière le jour nal beige. Ainsi, quand le monde entier s'extasie sur le merveilleux relèvernem de notre cher pays et reconnait qu'il est l'ceuvre admirable de la République, un journal franc-ais, pa- raissant Paris, peut ramasser et faire siens ces mensonges et ces ealomnies d'une obs cure feuille germuno beige L'article est intitulé Reptiles cléricaux. Le reptile e'est nous, qui émargeons, chacuu sait cela, au budget de l'ambasade alleman de. Reste voir, maintenaut, si le Voltaire ne va pas mettre M. Méline en demeure d'envoyer en Belgique un corps d'armée, appuyé de cosaques, pour reprendre it la presse beige en général et au Bien Public en particulier it chanter des hymnes d'allé- gresse. Plaisanterie part, s'il est des gens qui cherchent it donner au monde une mauvaise opinion de la France.ce ne sont pas les jour- naux beiges, mais certains journaux oppor- tunistes parisiens, qui, depuis l'alliance, ne rèvent plus que de distribuer plaies et bosses aux étrarigers trop peu enthousiastes. La Ligue. démocratique beige vient de prendre unerésolution a laquelle nous applaudissons des deux mains. Elle tiendra, Dimanche procbain, 19 Septembre,a 2 heures, au local de la Société Concordiaa Bruxelles, une réunion extraordinaire des délégués des sociétés affiliées, dans le but de mettre ces sociétés en demeure de choisir, endéans le mois, entre la Ligae démocratique beige et la fédération qui a pris le nom de Vlaamsch-Chris- tene Volkspartij. Si cette proposition est adoptée, nous croyons que la mesure portera un coup mortel a la secte qui, sous prétexte de démocratie, donne darts une démagogie qui na de semblable que le socialisme lui-même. La décision nous parait opportune au plus haut point. 11 ne faut pas que l'union du grand parti catholique soit entamée pas les agissements d'une poignée d'ambitieuxil ne faiit pas non plus que nosadversaires, et même des catholiques sincères, puissent con- fondre la ligne démocratique, dont nous approuvons le programme et qui a toutes nos sympathies, avec de soi- disant démoerates chrétiens qui ex- citent a la guerre des classes et au mépris des autorités religieuses. Mieux vaut couper cette queue, en supposant même qu'elle porte un bout de soutane. C'est ainsi que l'Eglise a toujours agi envers ceux qui, prêfres ou laïques, ont méconnu sesenseigne- ments et ses prescriptions.Ne ave dixe- ritis, vous ne frayerez pas avec eeux- la. Au point de vue exclusivement po litique même, la décision nous parait nécessaire et opportune. Le parti doc trinaire est réduit a sa plus infime expression, surtout paree que, faute de doctrine, il ne s'est pas séparé im- médiatement des radicaux.il était trop tard dejè quand M. Frère-Orban ex- communiait ceux-ci, en criant: ces gens conduiront le pags aux abimes. 11 est possible que la résolution qui sera prise, cause ciou la, unedéfection; soit. 11 en a toujours été ainsi dans 1 histoire de l'Eglise. Mais le grand nombre même des égarés re- viendront de leurs erreurs, pourvu que la Ligue démocratique agisse avec cette sagesse et cette prudence dont ses chefs ont donné déja tant d'exem- ples. Pourvu, aussi, qu'elle s'inspire des conseils de l'autorité religieuse qui ne manquera pas, dans l'occur- rence de venir a son secours. La en core, les sentiments chrétiens et ca tholiques de la Ligue démocratique sont une garantie. C'est de tout cceur que nous nous rallions a la proposition de la Ligue démocratique, et nous souhaitons sin- cèrement que toutes les sociétés affi liées adoptent la résolution dont voici les termes La Ligue démocratique Beige Considérant qu'il s'est fondé en Belgique une fédération quia prisle nom de Vlaamsch- Christene Volkspartij (Parti démocratique chrétien flamand) et que les statuts de cette fédération ont été publiés par plusieurs jour- naux, notamment par Het Recht du 29 aout 1897 Considérant que la teneur des statuls. ainsi que les noms des membres du bureau ne peuvent laisser subsister aucun douie sur les tendances et le caractère de cette fédé ration Considérant au surplus que les tendances et le caractère des deux fédérations sont op- posés et peuvent se résumer comme suit pour chacune d'elles Pour la Ligne démocratique beige, I. Soumission filiale aux autorités reli gieuses, en m uière religieuse. If. Institution d'organismes écono- miques independents, ayant pour objet !e relèvement moral et raatériel de l'ouvrier et la détense de ses intéréts, conformément aux prescriptions de l'Encyclique Rerum Nova rum et au programme de Malines. III- Revendication d'une autonomie po litique qui, tout en maintenant l'union entre tous les groupes catholiques, permette d'as- surer aux associations affiliées h la Ligue, en même temps qu'une part équitable d'iti- fluence, une représentation proportionnée h leur importance sur la liste commune des candidats catholiques aux diverses élections. Pour le Vlaamsch Christene Volkspartij I. Mépris des personnes et des autori tés religieuses et attaques incessantes con're les catholiques excitations h la guerre des classes. II. Absence d'organismes économiques serieux. III. Parti pris d'hostilité envers tous les groupes formant le parti catholique et

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1897 | | pagina 1