"<°üqüI ïi m (mmm I Mercredi 29 Septembre 1897. 10 centimes le N°. 32e Année. N° 3283. y Listes électorales. Le texte du traité de paix entre la Grèce et la Turquie. L'Ëmpereur d'Allemagne et Bismarck. Le duel Badeni. Pour bunion. il Expositions agricoles a Tervueren. WieaBSl^SSBh gap ^411 On s'ahonne rue du Beurre, 38., a Ypres, et Le JODRNAL D'YPFJES parait Je Mercredi et le Samedi. Le prix de rabonnementpayable par anticipation est de S fr. 59 e. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent flu Décembre. Los articles et communications doivent être adrosses franc de port a l'adresse ci-dessus. tons les bureaux tie pos to du rovaurae. i Les annonces content 15 centimes la tigne. bas réclaruos dans io corps uu journal coütent 30'centimes la ligne.Les insertions ludtciaires. t frame a ligap Les.nungénos supydé- Imentaires coütent to francs les cent exernplaires. I Pour les annonces de France et de Belgique excepté lass viaadres) s'adressar Vkgence IEavas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse. .A. vis. Le dernier délai pour reclamer de cant ['autorité communale expirant le 31 Octobre prochain, le's électeurs qui n'auraient pas été inscrits on qui ne figureraient pas sur les listes électora les avec le nombre des votes auquel iIs out droit, sont invités a s'adresser sans retard au Bureau de l'association CATHOLIQUE ET CONSTITUTION NELLYS, ail CtV- cle Catholique, rue de Menin. Athènes, 27 Septembre. M. Onou, doyen du corps diploma tique, a rernis, cette après-midi, a M. Skouloudis le texte du traité par une note déclarant que les puissances con- sidèrent l'objet de la mediation comme terminé. et invitant le gouvernement a procéder a la nomination de pléni- potentiaires, chargés de négocier le traité définitif. Les annexes attachées au traité dé- clarent que les Thessaliens peuvent rentrer après entente préalable entre les autorités turques et les délégués grecs les puissances promettent leur mediation en cas de difficultés. La liberté de la navigation et l'am- nistie sout accordées aux sujets otto mans ayantservi dans l'armée grecque; cette dernière déclaration a été faite sous réserve de modifications par des instructions ultérieures. La Chambre sera convoquéc pour Jeudi. BERLIN, 27 Septembre. —L'Empe reur a envoyé le 25 Septembre au prince de Bismarck le télégramme suivant De tout coeur j'adresse a Yotre Al tesse mes meilleures félicitations a 1 occasion du lancement du croiseur euirassé Furst BismarcK. Je me réjouis de savoir que par eet événement le nom de Votre Allesse est pour toujours relié étroitement avec flotte. Votre Altesse sera dautant plus fiére, que e est le premier grand j croiseur cuirassé qui ait été construit en Allemagne. L'amiral ïirpitz remettra en mou nom a Votre Altesse le modèle du na- vire. Le prince de Bismarck a télégraphié le mêmejour Je prie Votre Majesté d'accepter avec bienveillance mes remercicments res- pectueux pour la distinction dont j'ai été honoré aujourd'hui par le baptème du croiseur. En même temps je remercie res- pectueusement Votre Majesté pour le télegramme que je viens de recevoir et dont le contenu augmentera beau- coup l'honneur qui est accordé a mon nom dans la flotte de Votre Majesté. Nous avons annoncé, en le blamant, que le comte Badeni,premier ministre de l'empereur Francois-Joseph, avait donné le détestable exemple de se bat- tre en duel, a la suite d'une injure qui lui avait été adressée. Ce qui est également regrettable et scandaleux, ce sont les dépêches de sympathie qui sont parvenues au mi nistre blessé. Une des premières dépêches a été eelle de l'Ëmpereur, ce qui a néces- sairement faitprétendre que Francois- Joseph avait autorisé la rencontre. Elle l'a été si peu, et elle 11e pouvait pas lêtre, que le tcomte Badeni se trouve être démissionnaire, pour la forme, a l'etfet de permettre les pour- suites d'ores et déja intenlées contre lui et le député Wolf, pour violation de la loi contre le duelelles suivront leurs cours, a moins que l'Ëmpereur, ce qui est probable, n'use de son droit de grace avant même qu'il y ait eu jugement, et arrète les poursuites. La droite du Reichsrath prépare, dit-on, une adresse au comte Badeni, et l'organe catholique, le Faterland, émet l'avis que ce duel entrainera des conséquences politiques. Ce même journal préteud que dans la nuit de Vendredi a Samedi, le comte Badeni s'était rendu a Pesth prés de l'Empe- reur, mais que ce dernier u était pas parvenu a le calmer. D'aucuus supposent que le comte Badeni se sentant aller a la dérive d'une situation impossible,aura voulu en sortir par un coup.... de pistolet. La Neue freie Presse ellc-même blame vertement le premier ministre: Appelé a veiller a ['application des lois, s'il ne possède pas des nerfs assez forts pour afl'rónter avec c dme les 'explosions de passions sauvages pro- voquées par lui, il n'atirait pas dü dé- chaïner le combatmieux eüt valu pour lui se retirer que de comme!re un délit puni par la loi, quelqué ho- norables que fussent. les motifs qui l'y ont déterminé. Quoique soumis aux directions epis copates, le Uien du Peuple organe de la démocratie chrétienne liégeoise fut toujours considéré par les néo- démocrates flamands commc un jour nal sympathique a leurs tendances. Les conseils que leur donnc notre confrère liégeois sont d'autant plus opportuns. Aussi, aimous-nous a re- produire l'article suivaut, extrait du Uien du Peuple Done, plus de ces attaques obliques con tre l'autorité religieuse, injustes contre les catholiques pris en bloc, inquaiifiables contre les démocrates chrëtiens de Gand etd'ailleurs, attaques qui ont trop souvent caraciérisé faction séparatiste de M. Planquaert et da ses amis La cause du relèvement populaire doit être au-dessus de toutes les susceptibilités d'amour-propre elle ne peut être défertdue efficacement que si d'un bout de la Belgique k 1 autre, les ouvriers chrétiens torment une armee forte, unie, disciplinée, animée du sentiment de la fraternité vis-V vis des autres frères catholiques, du sentiment de respect vis-k-vis du représentant de Dieu sur la terre, qui a été appelé le«Pape des ouvriers,» et vis-k vis de ses délégués parmi nous, les Evêques. Or, Léon XIII veut l'union. II veut le re lèvement du peuple, il a béni ia démocratie chrétienne, mais ii répudie les luttes fratri cides. Et que nos ouvriers ne se laissent pas ber- ner par les duperies de la presse socialists. Celle-ci teint maintenant de prendre sous son patronage ceux qu'elle appelle les Martyrs de la démocratie chrétienne. Pure parade Quand ces martyrs se trouveront en face des meneurs iutellectuels ou subalternes du socialisme, ceux ci ne reculeront devant aucun moyen pour les combattre. Que nos ouvriers wallons se souviennent de la calomnie idiote des deux francs cinquante dont les orateurs socia- listes se servirent pour crouler, lors des dernières campagnes électorales, M. l'abbé Pottier Quand, dans les meetings, M. l'abbé Pottier attaquait les meneurs de la Sociale avec cette force de. logique, eet empire sur les masses, cette coraprébension de ia ques tion sociale qui faisuient de notre éminent ami un si rude adversaire, les socialistes emplo.yaj.ent les moyens les plus ignobles pour le combattre boucan, violences, chai ses lancées contre la tribune, accusations de tartuferie calumnies habilement semées dans le peuple, etc. Quand,la périodeeiécibïaie flnie.M. l'abbé Pottier était de nouveau en butte k des at taques parfois inqualifiables de ia .presse anti-démocratique, le Peuple se drapait en des airs de bon apótre, et plaignait ces pauvres prêtres persécutés pour la eau^R'de ia démocratie. Nous prévenons rios ouvriers qu'a la suite du vote de D;matiche, ces manoeuvres vont recommenber. A la suite de la presse socialiste, on leur dira dans les ateliers que la Ligue démocra tique est désormais baillonnée et que la Cbristene Volkspartij abrite des martyrs». Qu'tls ne s'y laissent pas prendre Le jour oü les pseudo-martyrsdu Syndicat Plancqiiaert et Ci0 attaqueront une forteresse socialiste avec l'empörtement qu'ils ontquel- quefois déployé contre des frères catholiques, la presse socialiste cessera de plaindre leur martyre et d'admirer leur Démocratie Elle les exécutera, purement et sitnple- ment, euxet leur Démocratie. I i ï.4 t V 1 ii ijji 1 j fft 'M I' lil 1 5 v 1' V'llii i-ll L'exposition de pomologie, de culture maraichère et de l'horticulture,qui est ouver- te depuis Samedi k Tervueren, dépasse en intérêt toutes les expositions antérieures. La section de pomologie, notamment, a le don d'exciter l'admiration de tous les visi teurs. A signaler parmi les organisateurs MM. le comte 0. dc Kerckove de Denterghem le comte E. de Hemricourt de Grunne, pré sident de ia société royale de Flore de Middeleer, président de la société royale Linnée.nne A. Peelers, vice président de la Linné!,nne le comte Djjfiionctn-u de Bergen- dal Labayt, etc. A signal r pr; mi 1 s Gpncm i "o;s qni se sont le pius distioiiuós p i cub.ure ma raichère La Société di s j iifdiiaeis vain Vilmoric, de P - i Tootnas, vueien, qui tons trois, on: envoyé lections trés compiê'.es.dï 'ons les maraichers. G'est 1 Union horticvle de Boitsfort qui remparte la palme pour les plantes bulbeu. dé Lou- de Ter- dts col- proouits jSÈStóW^^jpl WÜSB j 'il I, i i: f; I' 1 i-j r* i j 1 t

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1897 | | pagina 1