VJ^W' o^SlqJUc Mercredi 30 Mars 1898. 10 centimes le IV0. 339 Année. IV0 3327. mMm Angleterre. Le message du Président Mac-Kinley. La loi provinciale. M. Colaert et le Progrès, Q On s'abonne rue du Beurre, 36, a Ypres, et k tous les bureaux de poste du royaume. Lo JOURNAL. D'YPRKS parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonnement, payable par anticipation est de 5 fr. 60 c. par an pour tout le pays; pour l'étrauger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre. Les articles et communications doivent être adrossós franc de port k i'adressa ci-dessus. Les annonces coütent 15 centimes la ligne. Les réclames dans le corps du journal coütent 30 centimes la tigne. Les insertions judiciaires1 franc la ligno Lesnuméros supplé- mertaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique excepté les 2 Flandres) s'adresser k VXgence Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et k Paris, 8, Place de la Bourse. Somrnes-nous a ia veille d'une guerre ou même de deux guerres Lesjournaux de ce matin sont fort belliqueux. Et Samedi, la Bourse était trés inquiète. C'était surtouta cause desnouvelles de Madrid et de Was hington. On crainf beaucoup que les Etats Unis insistent pour intervenir dans les affaires de Cuba, première- ment en y en voyant des secours aux affamés de cette malheureuse ile, et ensuite en demandant de raeheter l'ïle elle-même. Or, donner des se cours aux affamés de Pile, c'est pro- longer la résistance de ces rebelles. Quant a céder i'iie contre les dollars des Américains, il n'y a pas a songer. Les fiers bidaigos d'Espagne n'ycon- sentiront jamais. Entretemps l'Espa- gneenvoiesa flottille de torpilleurs a Porto-Rico, tandis que lesEtats-Unis cherchent a droite et a gauche de renforcer leur faible flotte. Si la guer re éclate entre les deux puissances, on croit. ici qu'au commencement la lutte sera favorable a t'Esparme Les nouvelles de ia Chine causent, aussi une grande inquiétude ici. La concession de Port-Arthur et de Ta Lien-Wan a la Russie, annexée il y a trois jours vient de recevoir une ré- ponse de Ia part de 1'AngIeterre. La flotte anglaise dans les eaux chinoi- ses a regu l'ordre de partir Mercredi de Hong-Kong oour un rendez-vors au nord. Ceite flotte se compose de trois vaisseaux de première classe de trois croiseurs blindés, de six croi- seurs ordinaires, et cinq autres bati- ments, jaugeant ensemble 85,190 ton nes. La flotte japonaise ne jauge que 81,197 tonnesla flotte russe est forte de 75,318 tonnescelle de la France, dans les eaux chinoises, ne jauge que 19,977. Les rares vaisseauxallemands dans les mêmes parages sont peu nombreux. Washington, 26 Mars, Le rapport sur l'explosioi du Maine a été communiqué au Congrès en mème temps qu'un message du pré sident. Le message débute par le narré des circonstances dans lesquelles le Maine fut en voyé a laHavaneet par des détails sur ['explosion. II dit ensuite La terrible calamité a frappé nos nationaux d'un coup douloureux pendant une courte pé riode, une indescriptible agitation a prévalu et chez un peuple ayant rnoins de controle sur tui même et moins de justice que le nótre, cette agitation aurait pu conduite a des actes, triste consequence d'un ressen timent aveugle. Mais eet esprit ne tarda pas a faire place a la raison plus calme. On at tends des preuves matérielies pour établir les responsabilités La procédure navale habituelle dans tous les pays maritimes en cas de désastre fut suivie i eet égard et une Cour navale d'enquête composée d'officiers düment qualifiés par leur rang et leur expérience pratique, fut organisée. On y adjoignit un groupe de plongeurs et tous partirent pour faire une enquête compléte. Les opé- rations ont été accornplies avec le plus grand soin et, la plus grande prudence. Tandis que l'enquête se poursui- vait en touie indépendance, aucune sourced'informationsn'était négligée. On laissa toutes facultés aux auto rités espagnoles pour faire en même temps ieurs investigations. Le rapport de ia Cour soumis au Congrès est accompagné d'une grande quantité de preuves. Aucun indication pou- vant permettrede fairecraindre une explosion ri'existait sur aucun point du navire. Le 15 Février, a 8 heures du soir, tout éiait en ordrea 9 heures ie na vire était soudainement détruit par deux explosions a court intervalle. La première souleva I'avant du navire; la seconde moins sourde et plus prolongée. Les deux faits ont été attribués par la Cour a l'explosion de deux ou plusieurs magasins de I'avant. Les déclarations des plongueurs établis- sent que Carrière du navire était in tact et qu'il asombré dans eet état, tandis que queiques minutes apiès l'explosion I'avant éiaitcomplètement détruit. Suivent une série de détails tech niques de compréhension difficile et peu intéressante. Les conclusions de la Cour sont que Ia perte du Maine n'est pas due a la négligence des officiers ou de l'équi- page. II a été détruit par l'explosion d'une mine sous-marine, laquelle a elle-même amené l'explosion partielle de deux ou plusieurs magasins de I'avant. Aucune preuve fixant la res- ponsabilité sur une ou plusieurs per- sonnes n'a pu èfre obtenue. Le président a décidé que les résul- tats de l'enquête et l'opinion du gou vernement seraient communiqués au gouvernement espagnol. Je ne me permets pas, dit le prési dent, de rnettre en doute que le senti ment de justice de la nation espagnole lui dicte l'attitude qu'exigent l'hon- neur et les relations amicales des deux gouvernements. Ce sera le devoir du pouvoir exé- cutif d'aviser le Congrès des résultats obtenus. Le renvoi a la Commission des af faires étrangères a été décidé sans discussion et eile s'est ajournée. Le projet consacre définitivement la loi provisoire et déeide que les élections auront lieu désormais par canton de justice de paix. 11 augmente la durée des mandats des con- seiilers, rend définitif Ie nombre des con- seillers attribués k chaque canton et, k cóté des candidats titulaires, décrète qu'il y aura des candidats suppléants. Voyons maintenant les explications don- nées et les modifications proposées par la section centrale yote plural a, 30 ans. Pas d'observations. La durée du mandat. Un mernbre protester Sans raison,on veut diminuer le nombre des consultations élec- torales. Réponse du rapporteur Le but du projet est non pas de diminuer dans le pays Tesprit politique, mais déviter la fièvre électorale résultant d'élections se succédant sans interruption. II est certainement suffisant que, tous les deux ans. le corps électoral soit consulié pour le reuouvellement de la moitii des représentants, consultation pour laquelle l'activilé poiilique des parlisse déploie dans toute son intensité, et il est inutile de maiu- tenir l'agitation qui en résuite en ordonnant dans l'intervalle de ces deux années quantité d'autres róunions. La section approuve. Le nombre des conseillers. Le projet propose de rendre définitif le nombre des conseillers attribués chaque canton. La section se prononce pour le maintien de la loi actuelle, qui soumet k révision tous les dix ans le tableau de répartition. La majorité, déclare le rapporteur, a été d'avis que l'on ne peut consacrer une dispro- portionnalité entre les cantons coraposés d'agglomérations urbainesdont la population se développe et les cantons de campagne, dont la population est souvent stationnaire que si les conseils, par l'augmentation du nombre de leurs membres, ont une tendance devenir des parlements, il en est déjk ainsi aciuellementqu'il y a d'ailleurs moyen, en augmentant le chifïre du diviseur par pro vince, de respecter la règle de l'égalité tout en restreignant le nombre des conseillers. Les Candidats suppléants. La section admet leur utilité. Son rappor teur dit Que les élections partielles offrent des inconvénients sérieux, il est difficile de le contester. Généralement, elles sont sans in- lérêt et le corps électoral est inutilement dérangé. D'aulre part, plus longs sont les mandats, plus les élections partielles ont chance de se multiplieril faut done prendre des mesures pour que les sièges restent au parti qui les a obtenus. Or, aux élections partielles, on voit le plus souvent les meil- leurs candidats du parti vaincu aux élections générales opposés k des candidats nouveaux n'ayant pas ia notoriété de ceux précédem- ment désignés par le corps électoral. Dans nombre de cantons, la lutte se restreint ainsi entre personnes au lieu de se manifester en tre les partis, et, dans les provinces oü la majorité du conseil dépend de peu de voix, queiques élections partielles pourraient infir- mer les résultats des élections générales. Ges inconvénients disparaissent par 1 institution des candidats suppléants. Les Incompatibilités. Le gouvernement proposait la suppres sion des incompatibilités en vigueur pour les avocats, les avoués et les notaires. La section s'y oppose en ce qui concerne les avocats. k propos du flamand. Sous ce titre, La Lutte défend M. Colaert contre le Progrès qui avait prétendu sotte- ment que notre député a pris tout a coup fait et cause pour ceux qui veulent I'ignorance de la langueJranqaise.. Le Progrès eut mieux fait de se taire, dit La Lutte. Nous sommes du même avis. Est-il permis de Bouteuir raisoanablemeat ^XXXvV^'-V

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1898 | | pagina 1