Samedi 1 Octobre 1898 33" Année, 10 centimes ie N VILLE D'YPRES CONSEIL CO MM UN AL On s'abonne rue au Beurre, 36, Ypres, et k tons les bureaux de poste du royaurae. Les annonces coütent 15 centimes la ligne. Lea réclames dans la corps da journal coütent 30 centimes la ligne.Les insertions judiciairea1 franc la ligne. Les numóros supplé- raentaires content 10 francs les cent eiemplairea. Pour les annonces de France et de Belgique (excapté les 2 Flandres) s'adresser 4 VAgence 1 Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et 4 Paris, 8, Place de la Bourse. Le JOURNAL D YPRES parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonnement, payable par anticipation est de 5 fr. 60 c. par au pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fln Décembre. Les articles et communications doivent êtra adrossés franc de port l'adresse ci-dessus. de la séance da 24 Septembre 4898. La séance publique commence 4 5 h. 35 m. Tous les conseillers sont présents, excepté M. Iweins d'Eeckhoutte, qui s'est fait excuser. M. le Baron Surmont de Volsberghe, Bourg- mestre, préside. Le procés-verbal de la séance du 2 Juillet est approuvé et celui de la séance du 9 du même mois, déposé a l'inspection des membres, sur le bureau. M. Ie Président. J'ai requ la visite de MM. le Major et les Officiers du 2me bataillon du 3,m! régiment de ligne, qui sont venus me faire leurs adieux et m'exprimer leurs regrets de devoir quitter notre ville en même temps ils ont re- mercié l'Administration communale ainsi que les habitants pour la bonne entente qui a con- stamment regné entre civils et militaires. J'ai remercié ces messieurs pour leur hono rable démarche, en leur donnant l'assurance que les Yprois garderont un excellent souvenir du séjour, parmi nous, du 2m* bataillon. (Adhésion générale.) Caisse communale La situation des finances communales est trouvée en règle. Archives M. le Président. Vous avez re^u tous un ouvrage concernant les archives de la ville. Ce travail donne la preuve des capacités de notre archiviste, témoigne qu'il s'occupe avec zèle de ses fonctions, et tache de faire de la bonne be sogne. Ce n'est pas un archiviste pour l'hon- neur, c'est un travailleur. Son traitement plus que restreint... M. Boone. C'est vrai, il est trop restreint. M. le Président. ...devrait être majoré et mis en rapport avec l'importance du service qu'il dirige. (Adhésion générale.) Je propose de remercier M. l'archiviste. (Adopté.) M. le Bourgmestre remet 5 M. Boone le di plome et la médaille de 1® classe, lui accordés par leRoi pour les services qu'il a rendus pen dant 25 ans en qualité de membrede la fabrique d'église de St. Pierre. II félicite M. Boone. Vente de terrains M. le Président demande d'urgence la mise 4 1 'ordre du jour d'une vente de terrain. M. Hippolyte Vandermarliere désire acheter une partie de terrain au boulevard Malou. Seu- lement il veut laisser une parcelle de terrain de quelques metres carrés pourcompte de la ville. Celle-ci nesaurait qu'en faire. La ville ne con sent pas heette transaction. M. D'huvettere. M. Hipp. Vandermarliere a assez avec 33 mèlres de long. M le Président. Oui, mais la ville ne veut pas perdre ce bout de terrain. On décide de s'aboucher avec M. Vander marliere pour applanir cette difticulté. Droits d'abattoir Par arrêté ministériel le droit d'abatage peut être maintenu pourcinq ans, ainsi qu'il est flxé actuellement. Vente de noix La vente de noix a rapporté cette année 580 fr. soit 83 fr. demoinsque l'année dernière. M. Boone. J'ai remarqué ces jours der- niers que l'abatage des noix n'est pas fait con- venablement. Non seulement on abat les bran ches mortes, mais on abime complètement les arbres. M. le Président. Nous examinerons la chose et prendrons les mesures nécessaires pourobvier 4 eet inconvenient. M. D'Huvettere. Ne pourrait on déblayer la porte de Thourout des briquaillons qui s'y trouvent. M. Vandenboogaerde. Et les arbres qui se trouvent contre le mur du nouveau bhtiment de la maison de santé, nedisparaitront-ils pas M. le Président. Ce sera fait en temps el iieu.(M. Fraeijs quitte la séance) Crédits Divers crédits sont votés. Etang de Dickebusch M. Begerem demande a M. ie Président s'il est vrai qu'on n'obtiendra bientót plus que pendant quelques heures de l'eau. Plusieurs journaux annoncent ce fait. M. le Président. Je me suis rendu cette semaine a l'étang. II y a encore 2 m. 15 d'eau une eau si limpide qu'on voit le fond. En ce qui regarde les journaux dont vous parlez, il faut trés peu s'inquiéter de ce qu'ils écriveut. Pourtant, une chose est certaine, c'est que si nous trouvons encore des habitants qui ouvrent tout large le robinet de ia conduite des eaux chez eux pendant la nuit, nous leur couperons tout net la communication. M. Vandenboogaerde se plaint de la si tuation du canal d'Ypres a Boesinghe. 11 est presque complètement envasé et il n'y a plus que quelques cenümètre d'eau. Quand on a un chargement en destination d'Ypres, il est impossible de trouver encore un bateau. Les bateliers ne veulent plus venir a Ypres. Je demande que nos Sénaters et Députés in sistent prés du ministre pour qu'il mette tin 4 pareille situation. Le commerce n'est déjh pas tróp brillant chez nous. Nous n'obtenons jamais rien pour notre ville, parceque nous sommes tróp bons. Si les memhres de la législature veulent nous aider, nous obtieudrons linalement satisfac tion. M. Decaestecker. N'y aurait-il pas moyen de fournir de l'eau au canal par la voie du canal de la Lys a l'Yperlée M. le Président. Nous insisterons prés du Ministre pour obtenir aussiiót que possible le draguage du canal. A M. Decaestecker je reponds que son idéé est impraticable, par suite de l'abondance des éclu- ses. Institution de Locre L'achat d'une parcelle de terrain est approuvé 4 I'unanimité, moins une voix, celle de M. D'Huvettere, qui s'abstient. Succession Bouckenaere etc. Le conseil donne son avis favorable aux mem bres de la fabrique d'église de St. Martin pour l'acceptation du legs fait par feu M. Boucke naere. M. le Président s'abstient paree qu'il est d'avis que la fabrique d'église n'a pas besoin de eet avis favorable, vu que le legs doit servir au payement d'un service religieux. Le don de M. Nap. Meersseman, c'est a dir® le don d'une maison devant servir de doyenné, est également approuvé. Fabrique d'Eglise de St-Jacques Les comptes sont renvoyés pour approbation a une prochaine séance. M. Vanderghote demande qu'un passage pour les piétons soit gardé ouvert au quartier du commerce, pendant les manoeuvres des trains. M. Ie Président. Une demande est déjh fait® 4 l'Administration du ehemin de fer. La séance est close 4 6 b. 16 minutes. Célébration du 25me anniver- saire de 1'Association des an ciens Elèves et des ancien» Professeurs du Collége épisco- pal d'Ypres. L'Association des anciens Elèves et des anciens Professeurs du Collége St Vincent de Paul a célébré, le 27 Septembre, le 25e anniversaire de sa fondatiou. La chapelle, la salie de reunion et la salie des fêtes du Collége, avaient revêtu leurs ornements des grands jours. Comme a chacune des reunions de l'Association, son premier hommage fut pour Dieu, l'auteur et le consom- mateur de tout bien, pour Dieu qui a donné au Collége St Vincent vie, croissance et fécondité. Comme tou- jours, le Saint Sacrifice fut offert pour les ames des membres défunts. Après la réunion statutaire de la Commission directrice, s'ouvrit l'as- sembiée générale, plus nombreuse que jamais. M. l'abbé Claeys, princi pal du Collége, et président d'bon- neur de l'Association, ouvrit la séance par la prière. M. le sénateur Struye, président, adressa a Tassemblée des paroles cbaleureuses de bienveuue et de felicitation. Nous sommes beureux de pouvoir publier son discours Messieurs, Je me réjouis aveo vous de nous retrouver ici si nombreux au 25* anniversaire de notre Association. Je n'en suis point surpris, car je sais que bien plus nombreux encore nous sommes, prêts 4 reconnaiire et 4 redire ce que nous devons 4 notre Collége. Au Collége St-Vincent de Paul, toutes nos aptitudes ont été développées on nous a en- seigué toutes les sciences utiles on nous a imprimé, dans le coeur et dans lame, les grands principes qui régissent la vie privée et la vie publique; on nous a formés 4 tous les devoirs, l'on nous a armés pour la bonne et pour la mauvaise fortune. En un mot, on nous a appris 4 être bommes, mais chrétiens avant tout, en tout et par dessus tout. Tout est 14. Et maintenant, messieurs, quand dans cette assemblée je porte les yeux autour de moi, tout d'abord ils s'arrêtent avec respect et avec une affectueuse reconnaissance sur ces têtes si nombreuses qui portent l'auréole sacerdotale. Saluons, en ces anciens professeurs et en ces anciens condisciples, nos plus fidèles amis, les plus sürs amis de nos families chrétiennes, les vrais amis de la population des villes et des campagnes, les grands pro- moteurs et les vaillants serviteurs de nos oeuvres sociales, les gardiens divins du droit et du devoir, de la justice et de la charité (Applaudissements.) Et après vous avoir salués, vous les gar diens d'Israël, acclamons tous ensemble celui que Dieu a placé 4 votre tête, votre Evéque et le nótre, Sa Grandeur Monseigneur Waffe- laert AcclamationsMonseigneur Waffe- laert qui, encore plus que tout autre, se plait 4 se reconnaiire le tils de cette maison (Ap- plaudissements.) Sa Grandeur m'a chargé de vous redire combien il regrette de ne pou voir se trouver en ce moment au milieu de nous, que tous ses voeux sont pour nous et que toute sa sollicitude épiscopale est 4 jamais aequise4son Collége d'Ypres.(Applau dissements prolongés.) Messieurs, dans cette assemblée générale, je crois devoir aussi un salut tout spécial aux anciens de notre Collége que la confiauce du roi et du peuple beige a appelés 4 parti- ciper ®ux pouvoirs organiques de la nation, 4 la législature, au gouvernement et 4 la ma gistrate de tous les degrés. (Applaudisse ments.) Tous sont ici de coeur avec nous. Je salue aussi ceux d'entre nous qui ont lsur place aux divers degrés de toutes les administrations pubiiques, de l'armée et de l'enseignemenicatholique Eux aussi sont les élus du rot et du peuple, ou de l'Eglise; et tous sont dévoués 4 l'ordre et 4 tous les pro- g'ès qui assurent le présent et l'avenir de la Belgique. Je salue, encore ici, tant des nótres qui se distinguent noblement dans toutes les car rières civiles et dans toute3 les professions libérale»; tant des nótres qui sont vaillam- ment engagés dans le commerce, dans l'in- dustrie et dans l'agriculture; tant des nótres, bienfaisants détenteurs de la petite, de la moyenne et de la grande propriété, de la propriétésa uvegarde nécessaire de l'indépen- dance individuelle et indispensable ressort de la prospérité publique. COM PTE Itl XDL

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1898 | | pagina 1