Chronique religieuse L'exposition Horticole de Vlamertinghe Examen BIBLIOTHÈQÜËS La Fête des Louches w a Comines cor au conservatoire de Paris, sa forma tion. Nous avons eu par conséquent trois artis tes Yprois dans l'art musical aux siècles passés Jean Bonmarché, qui fut maitre de chapelle de Philippe IIJacques de Kerle, qui Ie fut de celle de l'empereur d'Allemagne; et Vandenbroeck, dont je viens de parler. Chose singulière, leurs noms sont k peine connus, et ne sont pas cités parmi les hom ines célèbres de notre ville dans le passé II me reste k parler également de Félis, qui rendit tant de services k l'art musical beige, soitcomme compositeur, comme pro- fesseur ou historiën. Ce grand homme, dans les ouvrages du- quel j'ai puisé la plupart des renseignements biographiques qui ont fait le fond de raes chroniques musicales.naquit It Mods en 1784, mais malgré qu'il soit né au siècle passé, ses travaux artistiques et scientifiques le relient plus tót ft la génération actuelle, d'autant plus que, comme professeur d'harmonie et Direc teur au conservatoire de Bruxelles, il a été en quelque sorte le créateur de l'école beige qui commence Èt briller d'un si vif éclat. La musique frani^aise depuis Louis XIV. Nous avons vu que la musique franpaise n'existait pour ainsi dire pas, avant l'arrivée de Lully en France. Sous Charles IX. qui ne précède pas d'un siècle l'époque oü le compositeur Florentin brillait en France, notre Roland de Lattre fit exécuter it la cour de Franceses psaurr.es de la Pénitence, au milieu de l'admiralion générale, sans qu'il put y rencontrer un ar tiste francais rival, chose qu'il trouvait en Italië avec Palestina. J'ai lu l'autre jour une anecdote assez cu- rieuse gi non e vere bene trovato sur l'arrivée de Lully en France. Lully naquit it Florence en 1633, fils d'un gentilhomme, ce qui parait prouvé, malgré que ses ennemis aient prétendu plus tard qu'il était le fils d'un meunier. Le chevalier de Guise qui voyageait en Italië, frappé de la vivacité de eet enfant, l'amena en France it l age de 12 it 13 ans. II le plaga chez la Duchesse de Mohtpensier, qu'on appelait la grande Demoiselle. Mais bien qu'il fut de naissance noble, il ri'y entra que comme marmiton. 11 y avait alors it Paris un homme, patis sier de son métier et cumulant la vente des eaux de senteur et parfums, dont la boutique était fort achaiandée par les seigneurs de la Cour; il crut devoir adopter leur beau lan- gage, se crut poète et ne paria bientöt plus qu'en vers. Au commencement, cette toquade amusa beaucoup les courtisans, mais comme la qualité de ses marchandises se ressentit petit k petit de sa négligence it les soigner, la clientèle diminua peu k peu, et notre homme tomba dans une situation proche de la mi sère. Ses plus grandes ressources consistaient dorénavaat k rédiger des placets ou des pé- titions. Unjour k la nuit tombante, un jeune gar- Con, porteur d'un violon, vint lui deman ier de rédiger, en vers, une suplique k Made moiselle de Montpensier pour qu'il fut admis au nombre de ses pages. Le pktissier affublé d'un tablier au milieu duquel se voyait un grand trou, chercha en vain plume et encre dans son logis. II n'y en avait plus. II sortit de sa maison et alia frap- per k la porte de son voisin, pour en deman- der une. Ce dernier était déjk couché; se levant il ouvrit la fenêtre pour demander de quoi il s'agissait. En ce moment la lune, un instant voilée par un gros nuage, se mit k briller. Ce fait exalta le génie poétique de noti e pa tissier qui déclama d'un ton emphatique k son voisin Pierre Ju clair de la lune Mon ami Pierrot, Prête-moi ta plume Pour écrire un mot. Le voisin, frappé du ridicule de la situa tion, répondit en regardant ironiquement le tablier du quémandeur Je ne prête pas ma plume A un patissier Qui porte la lune Dans son tablier. Le jeune patissier regarde d'abord avec un étonnement comique son tablier, pen dantque le voisin ferme sa fenêtre, mais son camarade prend son violon et se metk chan ter un air doux, en s'accompagnant de son instrument, sur les paroles que vient d'im- proviser le patissier. Cet air agréable et mélancolique est bien- tótrépété en chceur par les voisins, qui sont venus se mettre k leur porte, en entendant tout ce bruit. Cependant voyant qu'il n'y a pas d'avance k attendre, le jeune homme part. A quelques jours de Ik, un page richement costumé, vint trouver le patissier et lui dit que l'air composé la nuit en question, avait fait sa forlune. L'ayant joué et chanté dans les cuisines, toute la valetaille l'avait bien töt su. Delk il était parvenu aux oreilles de la grande Demoiselle, qui, après s'être in- formée de son histoire, avait pris le jeune auteur au nombre de ses pages. Le jeune page, on l'a déjk deviné sans doute, n'était autre que Lully, qui allait créér l'école dramatique musicale franpaise et dont je raconterai en quelques lignes la vie artistique ainsi que celle de son succes- seur Rameau, dans le prochain chaptire. Remi Fasol. (A continuer Eglise St Jacques Ainsi que nous l'avons annoncé Mercredi dernier, l'Octave de Notre Dame du Rosaire sera cloturée solennellement Dimanehe pro chain par un salut,chanté par la société cho rale L'Orphéon sous la direction de M. Jules Tyberghien. Les solos seront chantés par MM. Jules Antony et Gust. Wenes. Entre les divers motets M. Ern. Wenes, ('excellent organiste de St Jacques, exécutera plusieurs ceuvres distinguées, composées par les plus grands maltres anciens. Voici d'ailleurs le programme de la solen- nité religieuse et musicale de Dimanehe 1. Thême prolongépour orgue, 2. OSalutarisHostia, 3. Fughetta, pour orgue, 4. Sanctus, 5. Prélude, pour orgue, 6. Ave Maria, chanté par M. J. Antony,avec accompagne ment de Violon et Violon cello par MM. J. et L. Antony, 7. Moderato, pour orgue, Rinck. 8. Laudate Dominum, Gounod. 9. Marche, pour orgue, Wagner. J. S. Bach. KoëNEN. Teleman. Ch. Gounod. J. Bach. Ch. Gounod. La section de Vlamertinghe, affiliée k la Société d'Horticulture de l'arrondissement d'Ypres, inaugurait Dimanehe dernier sa deuxièrne exposition horticole, qui, disons le desuite, a été coutonnée d'un véritable suc- cès. Vlamertinghe, est en effet une de ces rare? communes oü les amateurs d'horticulture sont en pleine aciivité et oü tous crux qui s'intéressent k ce bel art travaillent avec ar- deur k son perfoctionnement. CYst ainsi, que grace k ('initiative de son Président Mr Fr. Vallaeys, de son Sécrémire M' A. Pro voost et de quelques autres membresdévoués, cette section, instituée dt puis trois ans seu- lement, a pu par un travail assidu am ver k I'organisation d'uee fete florale telle, qu elle aura été enviée par des centres beaucoup j plus importants. i A cette occasion, les Salles de l'Ecole Communale ont été converties en un véritable jardin, garni de toutes parts, de d'élégantes plantes ornementales, au feuillage sombre et sévère constrastant avec les couleurs déli- cates et variées des fleurs coupées qui gar nissaient les parterres, tout en embaumani la salle par leurs parfums exquis. Et tout d'abord, dans la catégorie des amateurs, signalons la nombreuse collection de plantes d'ornement deM' Appels,jardinier chez Mr Vandenberghe k Brielen, cm nous avons remarqué plusieurs spécimens d'un réel mérite tels queCycas Revoluta, Phoenex Tenuis, Rentca Forstériana, Dra- ccena Baptisti, Lindini, Messangeanna etc. Vientensuite Mr L. Daeninck, jardinier chez M' Biebuyk k Ypres, dont le lot se distingue surtout par la grandeur et les dimensions des spécimens exposés. Citons toulefois Phoenix Reclinata d'un trés grand effet déco- ratif ainsi que plusieurs autres: Palimus.Mo- rantacées et Bomelliacées dignes d'intéi êt. Dans Ie concours des plantes d'apparte- ment proprement dites Mr Donche, jardi nier chez Mr le chevalier Gh. Heynderick Vlamertinghe, obtient le premier pnx pour son groupe de plantes appropriées. Plus loin encore Mr Appels se signale par sa col lection de fougères exotiques et Mr Daeninck par son splendide exemplaire de Dracoena Lindeni exposé comme bonne culture. Pour ce qui concerne la catégorie des Horticulteurs, si les exposants ne sont pas nombreux, la beauté des produiis exposés n'y fait que gagner. Nous y avons admiré en effet, la riche collection de plantes orne mentales choisies de M. Van Winsen, horti cultuur k Ypres. Tousles spécimens de ce magnifique lot étaient d'une culture irrépro- chable et représentaient en totalbé, les plantes les plus en vogue pour la culture commerciale. Nous nous bornerons k meti- tionner entre bien d'autres les Azaucazia excelsa, Phoenex Acnucs, Lotania Borlotiica, Rentia, Cocos Weddleyano, Dracoena Varies etc. L'établissement Horticole Dechièvre et G'« exposait de son cóté un beau lot de Dracama et Pteris, toutes plantes de belle venue. Trés remarqué aussi étaient les parterres en fleurs coupées de M. De Meulenaere J., jardinier chez M. le Baron de Vinck, Zillebe- ke et de M. Donche, déjk nommé. Les fruits étaient aussi largement répré- rentés et de nombreux concurrents se sont disputés les prix. Citons toutefois: MM. De Meulenaere et F. Debryckere, jardinier chez M. le Vicomte du Pare, k Vlamertinghe pour les collections générales, ainsi que M. Appels pour son lot de raisins de table. La partie maraichère, qui était exhibée dans la cour de l'école, comptait, malgré l'année relativement mauvaise, plusieurs belles collectioris de léguraes divers, parmi lesquelles nous avons particulièrement k re- later celle do M. P. Debryckere, qui a obtenu le premier prix. En somme,l'exposition horticole de Vlamer- I tinghe a parfaiteroent réussi; elle a bénéficié en outre d'un temps splendide qui a fait ac- croitre encore davantage le nombre des visi teurs. 1- M. G. Gastel, ancien élève Episcopal k Ypres. étudiant k Catholiquo de Louvain, a passé examen de doeieur en droit. du Collége l'Université le premier publique et populaire de la ville d'Ypres LISTE DES OUVRAGES entiés pendant le mois de Septembre 1898 Les ouvraaes marqués d'un proviennent d'achats, les autres de dons.) Jules Flamme. Les régiments de guides depuis leur créalion. Brux., Egge- ricx, 1898 in-8°. Hymans (P.) et Delcroix (Alfr.). Histoire parlementaire de la Belgique. 3e sé rie. T. II. Brux,, Era. Bruylant, 1898; in 8*. Léopold Plettinck. Furnes illustré. Furnes, Desmyiter, s. d.; in 8*. Promenades dans Bruges. Texte de Ch. De Hou. 183 ill. de V. De Deyne. Liége, Bénard in-8°. Compte-rendu sommaire des séances du conseil communal de la ville d'Ypres pendant 1'année 1897.Ypres A.Gastel. 1898 in 8°. Portraits des principaux artistes peintres, graveurs, sculpteurs et architectes de l'école d'Anvers depuis Quinten Massys. 180 planches hélioty- piques par Jos. Maes. Anvers, 1877; in-8". Galerie de Rubens, dite de Luxembourg ouvrage composé de 25 estampes, avec l'explication historique et allé- gorique de chaque sujet. Paris, Le Rot, 1846 in f°. Pandectesbeiges.Tome60. Brux., Larcier, 1898; in 4°. A. Merghelynck, écuyer. Les velléités matrimoniales de l'avant- dernier com- te de Flêtre. (1786). Saint-Denis, H. Bouillant, 1898 brocb. in-8°. H. Temmerman. De moedertaal eenig doel en redematig voertuig der gedachte en opvoeding en onderwijs. Gent, Siffer, 1898 in-8*. Catalogus van de bibliotheek der konink lijke vlaarnsche academie voor taai en letterkunde. Gent, Siffer, 1898; in 8°. (Communiqué). Voir aux annonces les grands Magasins du Printemps de Paris. Li'année en année, la Fête des Louches k Comines prend une extension nouvelle. A en juger par les affiches qui sont placardées sur les murs de la ville, ainsi que par les pro grammes détaillés qu'on a distribués k foisori, la Féte sera particulièrement intéressante cette année. En effet, elle a pris les proportions d'une vraie kermesse de village, elle est annoncés sur les affiches el programmes comme Du- casse du Chateau et Fête historique des Louches. Déjk main tenant la Place du Chateau est en- vahie partoutes sortos de forains, qui jouïs- sent du bénéfice du franc marché, comme au temps des Communes et de la Féodalité. Officiellement la fête ne dure que deux jours le Dimanehe 9, et Lundi 10 Octobre. La 1" journée sera consacrée a des récré- ations et réjouissances populaires, telles que (1) «Louches mot Wallon, qui signifio grosses cuillers.

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1898 | | pagina 2