aa»»— CHRQNIQUE LOCALE A propos d'une nomination C'est épatant Chronique musicale Actes Officiels ^ete scolaire a Comines nombre d'élèves diminue d'année en année. II n'y a plus k 1'Ecole Communale que 187 élèves pour six instituteurs, outre le Direc teur. Six classes suffisent done amplement e'est du reste conforme aux règlemems. Adopté k l'unanimité. Le budget des écoles primaires est ap- prouvé. Le budget pour l'école payaute des filles comporte uue sornme de 7,015 fr. pour 62 élèves, soit 112 fr. parélève. M. Fraeijs trouve singulier que la ville doive payer autant pour l'instruction d'en- fants de parenis fortunés; ce qui est plus anormal encore e'est que les enfants riches regoivent gratuitement leurs fourniturt s clas- siques. Le minerval devait être augmenié, si la ville veut faire gratuitement ces fourniiures. M. Colaert. Le minerval a été augmemé déjk. M. le Président. A raon regret, je ue puis vous suivre. Nous avons augmenté déjk le minerval. C'est vrai, la déperise est fort grande, en égard au petit nombre d'élèves, mais nous trouvonsque le minerval 5 fr. par mois est suffisamment élevé Si vous le trouvez tróp bas, faites une proposition. M. Fraeijs. J'examinerai la chose; nous veiTons de quelle fagon nous trouverons le moyen de rémédier k la situation et je ferai plus tard une proposition en conséquence. Le budget est approuvé k l'unanimité, moins M. Fraeijs, qui s'abstient. Les autres budgets scolaires, k part ceux de l'école moyenne et des écoles gardiennes, sont approuvés. L'empierrement du chemin vicinal n' 14, dit Augustinestraat, sur les territoms d\pies, de Brieleri et, de Vlamertinghe est approuvé. La part de la ville est de 840 francs environ, soit 140 mètres ksix francs. (adopté) M le Président. II est certain que les chemins reservés aux vélocipédistes ne sont pas destinés au passage de chevaux et de bestiaux, M. Colaert. II y a un trottoir pour les piétons, un sentier pour les vélocipédistes, la chaussée pour les voitureset le tout pour les bêtes... (bilarité) M. le Président. Nous remettronscette affaire k une prochaine séance pour prépa- rer un projet de règlement. M Colaert, Sons peu d'ailleurs, un rè glement général sera fait par une loi. Rue des trèfles L'achat d'une inaison k cöté du cabaret de duive en vue de raligrtemeut, est dus dont le contact donne des nausées et qui inspirenl du dégout k leurs propres a 1 hés Velocipèd es M. la Président. donne lecture d'une lettre du gouvernement par laquelle les Ad ministration Communale sont engagées k défendre les courses sur la voie publique pour le motif que celles-ci présentent de grands dangers pour le public et pour les vélocipédistes mêmes.... M. Boone. Sicette interdiction est faite, les courses sontrendues impossibles.. M. le Président. l'AdministrationCom munale a toujours en le droit de défendre cela. Des courses pareilles doivent être don- nées sur des places particulières le long de la voie publique elles présentent tróp de danger. M. Boone. Quand il y a du danger on n'a qu'k faire arrêterles vélocipédistes. M. Colaert. Comment arrêter les vélo cipédistes Si vous avez le malheur de les faire tomber, vous aurez uue condamnation par dessus le marché. M. D buvettere. L'idée du gouverne ment est fort naturelle les Administrations Communales sont obligées de prendre les roesures nécessaires pour prévenir le dan ger autant qu il est en leur pouvoir et de faire respecter ie règlement partout, entr'au- tres en ce qui regarde les bestiaux. 11 serait bon d'empêcher que des vaches et des che vaux ne courent dans les sentiers réservés aux vélocipédistes. Les vaches surtout ren- dent ces sentiers impratieables et il arrive souvent qu elles y laissent des successions pour la liquidation desquelles pas nest be soin du ministère d'uri notaire (bruyante hilarité). ISous, vélocipédistes, nous avons un sen tier pour nous, du moins sur le papier, mais il serait k souhaiter que la poiice pr it mieux soin dempêcher que ce chemin ne soit rendu impraticable. approuvé. Jardin de Ia raaison de Santé Les administrateurs des Hospices deman- dent l'autorisation de construire une sortie pour leur établissement rue longue d Thou- rout, le long de la promenade publique, au dessus du Wieltje gracht conduisant au nouveau jardin. Comme il n'est pas annexé de plan k la demande en question, le conseil ne peul prendre de décision. Les deux derniers points inscrits k l'ordre du jour sont remis k la prochaine séance et la séance publique est levée k 6 heures 50. Comité secret Le conseil propose, pour la place d'offi- eier au corps des Pompiers, vacante par suite du départ de M. Cériez, MiM. Maurice Vergracht, Léon Donck et Albert Boone. La Lulte, qui ne fait pas de persou na lités, elle le dit du moins met en cause M. Maurice Vergracht au sujet de sa nomination eomme officier au corps des sapeurs-pom- piers. M. Vergracht n'est pas nommémais, proposé comme premier candidat par le con seil communal, k l'unanimité des membres, il sera sans doute nommé par le Roi, qui fait les nominations de l'espèce. Cela fait rager La Lutte qui se livre k des plaisanteries d'un goüt fort douteux. Le Progrès, qui annonce, lui aussi, la no mination, ajoute Proficiat M. Maurice, et a bientót A bientótQu'est-ce que cela veut dire Le Progrês emboitera t-il le pas k La Lutte soit, nous n'y voyons aucun iriconvé- nient, et M.Vergracht méprisera, sans doute, autant les quolibets du Progrès que ceux de La Lutte. II se dira, comme nous, que si le corps des officiers le propose, que le conseil communal iagrée etquele Roi le nomme, c'est qne tout le monde lui trouve les quali- tés et les titres suffissants pour remplir dig- nementies fonctions qu'il est appelé k exer- cer. Cela fait rager les journaux libéraux. Mais leur rage n'enlèye rien aux mérites de M. Vergracht. Ils en ont vu et verront d'autres avec le temps, et, forcément ou volontairement, ils portcront leur deuil. Ce n'est en effet un se cret pour personne que les gens honnêtes et sensés se séparerit de plus en plus d'un parti qui n'a plus de libéral que le nom et qui va k tous les excès. Est-ce lk de la trahison 1 Nullement. On ne peut pas forcer un honnête homme, qui du reste ne s'est jamais commis avec les têtes fêlées du parti libéral,k frayer avec des radicaux dont il ne veut ni adopter les idéés ni suivre les soltises. II doit lui être permis de ne pas se compromettre avec des indivi- Le i rogrès écrit sans sourciller: Le Journal d'Ypres est décontenancé d'un ton qui fait pitié, il avoue qu'il iui est dif- fioile de soutenir avec la presse libérale une polémique sérieuse sur les travaux publics projetés ou en cours d'exécution.» Quel triomphe, n'est. ce pas Nous avons dit et nous disons encore qu'il est impossible de raisonner avec des gens qui n' ont aucuoe notion des choses les plus élémentaires et qui, k bout d'argument, vous répondent bêtement, an pied du mur: J'ai tout de rnême raison. Tel De Strijd tel aussi le Progrès Et s'ils croient triompher.laissons les jouir j de leur triomphe. Cela leur fera peut être j tourner la tête, mais il y aura toujours assaz de maisons de santé k Ypres... Quand le Progrès est pris en flagrant délit de contradiction, il prend une de ses opi nions pour lui et attribue l'autre k un corres- pondant. d'occasion. Mais quand vous écrivez, confrère, dites done si c'est vous qui parlez ou votre cor- respondant qui parle. Concours pour étalons etjuments de gros trait race beige. Reunion d'Ypres. A. Concours pour poulains entiers (7 con currents) 1* prime k L. Pauwelyn, deZonne- beke, avec Hercule 2e auxenfarits Bousson, de Hooghiede, avec Succès. B. Goncours pour étalons prenant trois ans (7 concurrents) l0 prime k la veuve Fr. Üescamps, de Langemarck, avec Samson 2e,auxenfants Bousson, précités, avec Clairon. C. Concours pour étaloris de 4 ans au moins 1« prime k C. Claeys, de Gbeluwe, avec Ostrogoth (4 ans) 2"kCn. Verraes, de Wytschaete, avec Jupiter (4 ans) D. Primes de concours de 500 fr. pour les étalons qui ont remporté antérieurement une prime de 600 francs k la v« Descamps, précilée, uvecHcrcule (5 ans)kCh, Verraes, précidée avec Samson (7 ans), E. Renouvellement des termes des primes de conservation de 5000 fr. allouées pour étalons qui ont obtenu précédemment une prime de 600 fr. et auxquels le jury attache une valeur exceptionnelle 3« terme, k A. Van Neste, de Langemarck, avec Néron (8 ans). F. Concours de juments de 4 ans au moins (14 concurrents) le prime k X Dick, de Hoo ghiede, avec Dea (3 ans) 2e k B. Sierens, de Gits, avec Fanny (3 ans)3' k G. Roelens de Giths, avec Alice (7 ans); 4e k la ve B. Maes, de Moorslede, avec Elisa (4 ans). Nous rappelons k nos lecteurs que c'est demain, Dimanche 20 Novembre, que la so- ciété chorale L' Orphéon se fera enten dre k i'égiise de Saint-Martin, pendant la messe de 11 1/2 heures. Elle exéeutera 4° Hymne StCécile, de Wouters. 2 Paraphrase du Super flumina, de Gou- A 9 heures du matin, une messe d'action de graces fut chantée en I'égiise de Comines. Messieurs les Inspecteurs principal et can tonal y assistaient en même temps que la plupart de:; instituteurs du ressort et un grand nombre d'amis de Comines et des environs. Après Ia messe le jubilaire fut regu a l'école paries élèves, qui fêtaient leur bien- aimé maitre par des chants, des compliments et des poésies, qui font honneur tant aux élèves qu'aux zélés collaborateurs de M. Denys. Des discours furent prononcés par M. Beaumont, au nom des instituteurs de Co mines; par M. Morel, au nom du Cercle pé- dagogique, dont M. Denys est le dévoué président et par M. le curé Lepère. M. Denys répondit aux différents orateurs par des paroles qui réflètent son amour pour les enfants et son ame poétique. Nous joignons nos felicitations a tous ceux qui lui ont été adressées ce jour par ses uombreux amis et nous disons de tout coeur «Ad multos annos Un arrêté royal du 14 Novembre déter- mirie la composition du coaseil supérieur de l'agriculture pour l'année 1898 1899. Les délégués de la société provinciale d'agricul- ture de la Flandre Occidentale sont MM. Fr. D'Horidt, directeur du laboratoire com munal d'arialyses, kCourtrai, et M. le baron Surmontde Volsberghe, sénateur et bourg- mestre k Ypres. LA VIE DE L'ENFANT nod. Mardi dernier, 15 Novembre, la ville de Comines-Belgique fêtait le 25» anniversaire ae la nomination comme instituteur en chef de Monsieur Pierre-Paul Denys, le distingué bommedecole et litterateur, que tout le monde connait. La fete, tout en ayant le caractère plutót j d une iete de familie, n'en mérite pas moins que nous en disions quelques mots. BURGERSTAND VAN YPER Van den 11 tot den 18 November 1898 Presque toutes les maladies des enfants ont leur origine dans l'imparfaite assi milation de la nourriture, oar la vie de 1 enfant ne dépend que de ('alimentation. Si par suite d'une irrégularité de la digestion, d'une faiblesse héréditaire, ou même d'une trés rapide croissance, l'en- fant exige plus de nourriture qu'il n'en trouve dans les aliments ordinaires, il a certainement besoin de l'Emulsion Scott dans laquelle se trouvent combinées les substances les plus puissantes comme alimentation, presentees sous une forme qui facilite leur absorption et leur assi milation. En outre de la plus pure huile de foie de morue, l'Emulsion Scott contient les Hypophosphi- tes deChau.x et de Soude qui sont indispen sable.? aux en fants dont la croissance est rapide. Au lieu de crain- j M re l'Emulsion xeêa.'iMf$cott comme ^une médecine, les enfants la prennent par goüt, comme une friandise, ce qui est un r. grand point. C est un remede precieux pour donner de la vitalite aux enfants, les rendre gras, potelés et forts. Nous vous prions de bien vouloir lire la lettre suivante qui corrobore absolu- ment ce que nous venons de dire. Sinttteit I'antin (Seine), 13 Mars 1897. Monsieur,ma finetie ëtali atteinted'une broncnite ciul éiait passée k l'élat cliro- nlque. Las de tout faire sans obtenlr un résultat queiconque je résolus d'essayer votre Emulsion Scott, voyant que ma fllle prenait votre preparation avec plai- sir, je lul en (is continuer nisage. Main- tenant elle est complètement guérie, ne tousse absolument plus et a retrouvé un appêtit qui, mallieureusement, lui fal- salt défaut depuls fort longtemps. (Sigué): Mussaut, coiffeur, ll, rue Magenta. L'Emulsion Scott se trouve dans toutes les bonnes pharmacies. Dépótf général Gh. Delacre etGi0,pharmaciens,Bruxelles, Geboorten Mannelijk geslacht 3 Vrouwelijk 1 huwelijken Loncke Gaston, polieieagent en Vandenabeele Emma, zonder beroep. Delaere Henri da°'- -°HnnehoIf Z,Dr1btrghe Mapie' huishoudster. Hollebekc Henri, kuiper en Boddaerf fVline kantwerkster. - Cleenwerck Leopold da< 00- ner en Blaecke Celine, kantwerkster.Chris- sterfgevallen Devos Adeline, 33 jaar, zonder beroen echt- genoote van Jadoul Jan, st Jacobsbubèn. - Uesquiere Sophie, 83 jaar, zonder beroeo onge huwd, St-Jans Hospitaalstraat De)0^P.°nge Kmders beneden de 7 jaar Mannelijk Vrouwelijk

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1898 | | pagina 2