^6&-Wf/y^ Merc edi 7 Oécembre 1898. 10 centimes le IN0. 33° Annèe. IV0 3398 V I iv qB-G^A A/r- Salle I we ins Ch.Gounod. Les fortifications d'An vers Faux politiques Le ealme du Progrès On s'abonne rue au Beurre, 36, a Ypros, Le JOURNAL D'YPRïSS parait le Mercrerh et le Bamadi. Le prix de l'abonnementpayable par anticipation est de 5 rr. öO c. par an pour tout le pays: pour l'étranger, le port en sue Les abonnements sont d'un an et se régularisent tin Décembre. Les articles et communications doivent étro adrossés fraac de por et k tous Iss bureaus de poste du royaurae. Les annonces coütent 15 centimesla ligrie. Les réclames dans ie corps du journal coütent a l'adresse ei-dessus. •10 centimes la ligne. Les insertions judiciairas mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et deBelgique (excepté les 2 Flaüdrbsj s'adresser 4 \Euvas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place do U Bourse. 1 franc la Itgne. Les nuraéros supplé- 'Agence. Sitnodi prochaiu aura lieu la Salie Iweins la première Soiree Tabagie do la saison d'hiver. Nous engageons uos lecteurs y assister, car ce sera une fête musicale des plus réussies. 01 pourra en juger d'ail leurs par le programme qua nous publions ci après 1. LES GNOMES, morceau ca- ractéristique pour fanfare 2. MASCARADE, airs de ballet en suite d'orchestre arran- gés pour piano a 4 mains exécutée par M. M. E. Wenes et J. Derudder. A) Cortegemarche B) Arleqiiin et Colombine, divertissement C) La familie Polichi- nelle, menuet 3. Fantaisie pour violon sur l'opéra LUCIE DE LAM- MERM00R, par M. Lucien Verhaeghen agé de 8 ans, arr... 4. LA CREATION, oratoria, Récitatif et air de Ra phael, chanté par M. J. Derudder 5. LES GARDES DE LA REINE, valse avec solo de cornet, pour symphonie 6. BELLONA, polka de con cert pour piston solo, exécutée par M. Ernest Wenes 7. MASCARADE, (suite du n° '2) D) Les mandolinistes, sérénade E) Final Alia Polacca, défilé 8. INVOCATION DE FAUST, pour baryton chanté par M. J. jH Dondeyne pour symphonie kluchtlied gezongen dooi den Heer Goethals, ge toonzet door den Heer Eilenberg. franchise en plus,'de devoir être une formes la scandaleuse affaire de faux ün nouveau genre de repetition de l'histoire des tortifica- cornmis par des libéeraux d'HobokennAxmi11 1 id tueuse. La grave affaire de faux dont nous par- Notre opposition n a certes rien de j lions samedi et dont nous connaissons les T j6S Jouinaux libéraux, notamment La rsonnel. Mais a la conviction de l'ho- détails, depuis nombre de fours, concerne uttc- ont demandé, il y a quelque temps, que des modifications fussent introduces dans le service de la police de nuit. Satisfaction vient de leur être donnée, non pas par l'administration communale, P. Lacome. J. Haydn. Godfrey. C. Faust. Rossini. LORIDAN. II est pen d'hommes que nous esti- mons a 1 egal de l'honorable M. Van den Peereboom. Et cependant aujour- d'hui nous nous voyons dans l obliga- bon de combattre tin de ses projets. En effet,.si le ministre des cbemins de fer, antenr de tant d'innovations et dameliorations vraiment, democrat!- cI"es, a tont notre appui, nous ne pouvons suivre le ministre interimaire de la guerre quand il veut entrainer le pays dans une dépense considerable qui a toutes les appareuces, saul' la personnel. Mais a la conviction de l'ho norable ministre de la guerre, croy- ant, a la nécessité du remaniement ra- dical du système défensif d'Anvers, nous opposons la volonté indéniable de 1'immense majorité du pays, re- belle plus que jamais a des entrepri- ses de ce genre. 11 e t parfois beau, grand et noble, de braver les impopularifes, de sacri- fier même l'intérêt électorai a une idee qu'ou eruit appelée a sauvegarder un grand intérêt national. Mais dans l'occurence, il serait aussi dangereux qu'inefficace et inutile de se laisser entrainer dans cette voie, car on ne parvieudrait pas a vaincre la resis tance de l'opinion publique. C'est no tre profonde conviction si les man- dataires dn penple souveraiu ne résistaient pas a cette nouvelle poussée militariote, iiscourraient grand risque d'en patir crucllement 1c jour de l'é- chéance electorale. Ceux qui sont en contact avec la masse, bourgeoise et prolétarienne, s'en rendent parfaite- ment compte. Qu'on compléte le système actuel de la position d'Anvers, qu'on le ren- force dans ses parlies reconnues trop faibles, on ne pourra guère s'y oppo- ser. Mais qu'on anéantisse, dans ses lignes essentielies, ce qui a coüté tant, de millions, pour se rallier a un dis- positif qui non seulement demandera de riouveaux et énormes sacrifices pé- cuniaires, mais exigcra uue colö'ssale augmentation du contingent de l'ar- mée, pour défendre un front de com bat d'une étendue sans exemple, voita une mesure conlre laquelle nous pro- testous nous ne cesserons de le faire, Par cette attitude, nous croyons servir autant les intéréts de ia defense nationale que ceux du parli catholi- que. Pour le premier point nous pou vons nous abriter derrière l'opinion de l'auteur même des fortifications d'Anvers, le lieutenant-general Brial mout; pour le second, il suffit d'avoir des yeux pour voir, des oreilles pour entendre. LaPatrie L'Escaut d'Anvers signale en ces détails, depuis nombre de jours, concerne les listes électorales d'Hoboken et les róles de contributions qui leur servent de base. Voici ce dont il s'agit Aux termes de la loi électorale, les élec- teurs de certaine categorie qui sout impo- sés au role de la contribution personnelle de l'année antérieure et de l'année présente pour 10 francs, ont droit a un suffrage en plus. Plus de 140 électeurs, bien que n'y ayant aucun droit, se sont vus sur les listes élec torales d'Hoboken, qui doivent servir en 1899 pour les élections communales, grati- fier d'un voix en plus. Voici l'audacieux et criminel moyen qu'on a inventé pour arriver a ce résultat Au róle original dressé par le receveur des contributions de Wilryck, les 140 élec teurs ci-dessus figurent pour une contribu tion personnelle inférieure a cfix francs. De ce role original, une copie a été transmise par le receveur au commissaire d arrondissement d'Anvers et a l'admini stration communale d'Hoboken, mais la, les 140 postes ont été falsifies et figurent avec une contribution supérieure a 10 francs. Ce sont ces roles falsifies et dénaturés d'après lequels le college échevinal de la commune a dressé les listes électorales. La combinaison était audacieuse et tout devait faire prévoir que-ces faux n'auraient pas été découverts. En effet, ces róles in- diquaientune contribution personnelle su périeure a 10 francs et pour 1897 et 1898; et ce n'est qu'en confrontant les chiffres de 1897 avec ceux de 1896, qu'on s'est apergu que soudainement 140 libéraux notoires avaient vu leur cotisation personnelle, qui était moindre de 10 francs, s'élever au-des- sus de ce chiffre. Après une enquête administrative préala- ble, le receveur des contributions de Wil ryck a été suspendu. de ses fonctions, Ven- dredi dernier, pour manquement grave a ses devoirs, et le procureur général Van Schoor, saisi de l'affairepar M. le ministre des finances, a chargé le parquet d'Anvers de 1 instruction de cette scandaleuse affaire. C est au parquet a rechercher les auteurs et inspirateurs des faux commis, mais quant a ces derniers, il est de toute evidence que des libéraux d'Hoboken, bien an courant des manipulations des listes électorales, ont seuls pu dresser et confectionner la liste des 140 électeurs auxquels on devait don- ner un suffrage en plus. A Wilryck on ne pouvait rien savoir de tout cela. Nous n'en dironspas plus; c'estala justice de trou- ver tous les coupables, auteurs et compli ces, et cela, pensons-nous, ne sera guère difficile. mais par certains amis de La Lutte. On avait demandé des veilleurs de nuit. Nous avons quelque chose de pareil, depuis dimanche soirquelques individus ont en effet instauré le service des éveilleurs de nuit. Voici en quoi consiste ce nouveau rouage Pendant que vous dormez paisiblement, sans songer aux voleurs, des araes charita- bles viennent, line ou deux fois la nuit, tireravotre sonnette. Ne croyez pas que ce soit poui 1 arracher ou pour jouer un mau- vais tour a un calotin. C'est pour vous dife que les voleurs rodent autour de votre mai- son et que vous avez a veiller. Vous avez peut-être un malade cliez vous? Peu importeNécessité de service. Pourquoi dormir quand votre maison est menacée Quelques habitants de la rue de Lille l'ont trouvée mauvaise. La police elle-même n'a pas compris l'intention de ces éveilleurs et elle a eu l'impertincnce d'en attraper deux et de leur dresser proces-verbal. Moi, j'aurais envoyé la police a la lune. C'était du reste un peu fête partout et maint caba ret célébrait son Kandeeldag comme on dit en flamand. De quoi cette fichue police se mêle Après tout, les coupables si coupables il y a sont des gamins de quarante ans. Qui n'a arraché une sonnette dans son enfance Maxima debetur puero indulgent ia. Qu'on ne les pende pas toujours Eveilïer les gens n'est pas aussi grave que d'aller illu- strer leurs portes. Le Progrès dira, dans six mois, que nous avons accusé le parti liberal en bloc d'arra cher des sonnettes ou d'être le parti des éveilleurs. Dieu nous en garde Le Progrès nous reproche notre irea propos de nos articles sur la nomination de M. Vergracht. II maintient, dit-il, tout ce qu'il a dit. Avec calme Vous allez enjuger escobarderies, men inges, gros motslangage poissarddijfa- mateur doublé d'un lache, eet. etc. Voila comment le confrère doctrinaire nous ré- pond. Et il nous reproche notre ire Dans son calme, le Progrès conclut Ce serait vous faire trop d'hohneur que de nous occuper encore de cette tourbe dmposteurs. Et tout cela paree que nous aurions ac cusé en bloc le parti libéral d'avoir mis le feu a 1'cAadéinie, etc. Jamais nous n'avons accusé le parti libé ral de ce crime ou d'un crime quelconque. e Progrès le sait bien. Nous ne l'avons pas laagwgga £v i i L'.'- -':£p 'i??i B-siv-ffi-_ ■■*■- iSx*''t? licit |«w' gjp i t| Br^:- irtTwmrr.^ï-TÖ %»rar -;J PlnllK^tïf'iS liTRël>i 9. OUVERTURE DE SÉMIRAMIS, 10. HET FESTIVAL VAN tlOOS rif Ir) ÜfpiKP Vf 1 1 '(^Illü^ïlicl till SlNGELLET.

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1898 | | pagina 1