i I M 5SÉ CHRQNME LOG ALE r Mercredi 28 Décembre 1898. 10 centimes Ie 33s \mm. IV0 3404 1 qR&A hlg- Grande Fanfare SAINT-SIÈGE FRANCE Les Arméniens en Turquie ESPAGNE Le Congrès daensiste Le vicinal d'Ypres a Dixmude Quel est ce mystère O Oa s ah me rue au Bearre, 36, k Ypres, et k tous les bureaux de poste du royauroe. La seconde öoirée-Tabagie k la Salie Iwiinsest fixée au Samedi 14 Janvier 1899. Nous aurons le piaisir d'y en tendre plusieurs artistes de la ville et de l'étranger. Le Temp* a re^u de son correspondaiU le téjég.ramme suivant A prés la solenni té officielle, Léon XIII,s 'est entretenu familièreinent avec quelques cardinaux, a declare de non veau qu'il avait l'intention d'instituer uiie congregation de cardinaux spé ciale et autonome pour les affaires a'Orient. Ce service serait ainsi déta- ché de la Propagande oü, dans ces demiors temps, l'influence aliemande se faisait trop sentir. Lenergie avec laquelle le Pa|>e a profeste dans son discours contre la menace récente du garde des sceaux italien, de nou velles rigueurs contre le clergé, a produit une certaine im pression dans le monde politique. G est a propos de ['exequatur et du placet, que le garde des sceaux a ma nifesté a la Cliambre sa ferme inten tion d'agir avec sévérité contre les membres du clergé trop peu respec- lueux de la loi. Les journaux offleieux cherchent a atténuer Ia portee des pa roles du ministre Finochiaro Aprile et affirment que ton te pensee de perse cution religieuse est loin de l'esprit du gouvernement. Paris, 26 Décembre Dimanche out eu lieu des elections legislatives pour la circouscription de lourcoing. M. Drou, républicain-démocrale, 10,960 voix, a été élu contre M. Ma- ziirel, républicain, et M. Barbai y, so- eialiste. 11 s'agissait de remplacer i\L Muzurel invalide. Les garQons épiciers de Paris, r^nis jeudi en assemblee générale °ot voté la grève. Les volailleux gnr qous employés a la ven te des v°lailles leur promettent leur con curs ainsi que plusieurs autres cor porations. Cette grève est particulièrement fa- cheuse a la veille des f'êtes de Noël et du Jour de l'An. Les atrocités des prisons turques La Petite Rèpublique publie la dé pêche suivante de Constantinople Le comité arménien publie un rapport sur ia fin des Arméniens arrêtés a la suite des derniers troubles de Constan tinople. Ce document contient des dé tails horribles. Plus d'une centaine de ces malheu- reux out suceombé aux affreuses tor tures qui leur avaient été iufligées. 260 soat morls de faim et de souffran- ees subies dans les horribles souter raius des prisons turques, plus de 1,000 out été noyés pendant la nuit daus la mer de Marmara, 3,000 out été déportés en Arabie, 1,000 ont été condamaés aux travaux forces et en fin 68 ont été pendus daus les cours des prisons. A peine le Memorial diplomatique vient-il Cannoneer que Don Carlos, gravement malade d'asthme et de bronchite, est albéau palais Loredan a Venise et que, selon 1'avis de la faeuité, son état serait fort grave, que le correspondant vénitien du Times se déclare autorisé par le pré- lendant a démentir a la fois les ru- meurs relativement a sa maladie et a son intention d'abdiuuer en faveur de Don Jaime, son fils. Madrid, 26 décembre. Le bulletin de santé de M Sagasta, publié hier soir, a neuf heures. uit que les médecins out constaté une aggravation dans l'état du malade. A dix beures, M. Sagasta parvint a dcrmir un peu, mais la fievre restait intense et la température du corps dépassait 39 degrés. Vers la fin de la nuit, après application de vésicatoi- res, un mieux relatif se produisit. La journée de lundi Les daensistes ont donné hier-midi un meeting public au local Alhambra. rue Haute a Anvers. Enormément de monde attiré par des affiches dont le ton violent est la caractéristique. Après un discours du forgeron Lambrecht, M. l'abbé Daens prend la parole et dans on long discours fait le procés x la majorité parlementaire et a M. Woeste qui, d'après l'ex-dépu- té d'Alost, font pièce a toutes les réformes salutaires que le peuple desire. L'orateur dit qu'en tant, que prêtre il ne veut pas se révolter contre l'au- torité ecclésiastique mais il reven- dique son entière liberté comme citoyen et comme homrne politique. M. Daens réclame Ia R. P., le suffrage universel pur et simple, l'abolition de la loterie militaire, l'instruction obligatoire et la réforme de notre système d'impöts. II fait un appel aux démocrates de tous les partis afin de se réunir dans un suprème effort qui fera tomber la résistance des gourernants el assu- rera le triomphe de la R. P. Après ce triomphe, chaque parti reprendra sa liberté d'action. L'orateur est longuement acclamé. M. Le Bon annonce officiellement l'institution du Denier de l'abbé Daens II déclare que eet organisme n'implique en aucune fagon une protestation contre les autorités reli- gieuses Le meeting est levé et un corlège de partisans et de curieux conduit en chantant l'abbé jusqu'a la 4e sec tion oü un meeting en plein air est improvisé. Aucun incident. Nous copions, dans le Progrès, Par tiele suivant oü tout est a noter et a souligner D'après le compte-rendu de la dernière séance du Conseil communal, le projet d'un chemin de fer vicinal d'Ypres k Dixmude par Langemarck, Poelcapelle, est abandonné, tant mie-ux il aurait simplement détourné nos relations commerciales avec le Furnes- Ambachtau profit de Roulers, comme nous l'avons exposé dans nos arficles précédents. Nous avons toujours en vue le chemin de fer k grande section d'Ypres k Dixmude, que nous ne léchons pas, ayant la conviction qu'un jour satisfaction nous sera donnée. Pour le moment, nous n'avons absolument rien k attendreaussi longtemps que les cléricaux seront au pouvoir, la ville et l'ar- rondissenaent d'Ypres seront sacrifiés mal- gré leur députation foncièrement cléricale, ils n'obtiennent rien, pas même les crédits nécessaires k l'entretien des monuments de la ville d'Ypres aacun travail d'utilité pu- blique n'est accepté le canal Lys-Yperlée reste inachtvé et la ville est menacée dans sa principale ressource, le maintien de l'Ecole d'Equitation. Un rayon d'espoir nous arrive de Bruxel les, l'union tant désirée se fera, ce sera la mort du parti clérical il disparaitra et sera remplacé par des catholiques plus to lérants, par des démocrates chrétiens. Revenons nos moutons et disons, puisque notre administration a approuvé la ligne vi- cinale d'Elverdinghe k Dixmude, qu'il se rait désirable que la route d'Ypres k El- verdirighe soit redressée et élargie, afin qu'il y ait une double voiesi nous ne pouvons pas l'obtenir, la ligne sera conti- nuée jusqu'k Poperinghee'est ce que nous devons éviter, ayant tout intérét k avoir le terminus a, Ypres\ la oü il existe des employés avec leur familie résident et constituent une nouvelle ressource, 1) ne pas dédaigner nos maitres feraient bien de ne pas la perdre de vue. N'est-ce pas que le Progrès est fort, depuis ses moutons jusqu a son termi nus f Rendant compte du concert du 17, le Progrès écrit M. H. Moerman avait dü renoncer k participer au concert aussi activement que ies affiches l'annongaient. M. Van Roy •o avait accepté de le remplacer, et le pu- blic n'y a rien perdu. M. Moerman était-il malade? Non, puis- qu'il a dirigé l'harmonie. Etait-il enrhu- mé 11 nedevait pas chanter, Ses doigts éiaient ils glacés C'est possible, puisqu'il n'a pas tenu le piano. Quoi qu'il en soit, le public n'y a rien perdu, dit le Progrès et il laut croire le confrère qui ne ment jamais. Mais, quel est ce mystère Les mauvaises langues prétendent que M. Moerman n'a yu se résoudre k accom- pagner M. Van Elslande, le brillant flütiste, Directeur de la PhilharmoDie de Poperin ghe. Est-ce que la jalousie existerait aussi chez les artistes C'est qui, dit Minerve k Télémaque, les dieux inférieurs ne supportent pas les dieux supérieurs... De lk discorde même daris l'harmonie. Nous estimons que les Anciens Pompiers ont eu raison de ne pas lacher M. Van Elslande pour M. Moerman. js&t 55* m Le JOURNAL D'YPRES parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonnement, payable par anticipation est de 5 fr. SO a. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre Les articles et communications doivent étre, adressés fraac de port a Padresse ci-dessus. L^as annonces coütent 15 centimesla ligrie. Les réclames dans la corps du jouraal coütent 30 centimes la ligne.— Les insertions .iudiciaires 1 franc la ligna. Les numéros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique (excepté ies 2 Flaadres) s'adresser i VAgence Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse.

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1898 | | pagina 1