mW AVIS mmmm g^QUElr SaiTiPdi 31 Pócembre 1898. 10 centimes le Q^Cx A /V£> *W0i> Fête Communale de 1899 FESTIVAL Pays-Bas Allemagne Italië Sénat VÏLLE D'YPRES CONSEIL COMMUNAL Ann FE. 'M Q" On s abonne rue au Beurre, 36, k Ypres, et. k tous les bureaus de poste du royaunre. Le JOURNAL D YPRES paraït le Mereredi et le Saraedi. Le prix de l'abonnementpayable par anticipation ast de 5 fr. 50 c. par- an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent tin Décembre. Les articles et communications doivent ëtre adrossés franc do port a l adresso ci-dessus. Les annonces content 15 centimes la ligne. - Les réclames dans le corps da journal coütent 30 centimes la ligne. Les insertions judiciairesi franc la ligne. Les numéros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique (oxceptó les 2 Flandres) s'adresser A l'Agence Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse. M. le Bourgmestre de la ville d'Ypres recevra le jour de l'au, de I 10 1/2 hen res a midi. Vïlle d'Ypres GRAND «ffert aux Sociétés cl'llarmonie de Fanfares et de Chant a'ensemble du pays et de l'étranger. Ypres, le 24 Décembre 1898 Messieurs. Nous avoris l'honneurde vous faireconnai- tre qu'k l'occasion de !a Fê'e Communale, un Grand Festival International aura lieu en cent ville, le D1MANCHE, 13 AOUT 1899. Nous venons vous inviier tout particu- lièrement k y prendre part. Nous pouvons vous affirmer, Messieurs, que rien ne sera négligé pour rendre votre séjour dans uotre ville aussi agréable que possible. De nombreuses primes en espèces, d'une valeur totale de 3000 trancs, seront répar- ties, par la voie du sort, entre les sociétés participantes. Le piogramme de cette Fête vous sera procbainement adressé. Nous espérons, Messieurs, que vous vous décider ?z, dès k présent, k cboisir noire ville comme bui de l'unedevos excursions de l'anrée 1899 et, en aitendant, nous vous ptions d'agiéer l'expression de nos serili- ments distingués. LA COMMISSION SPÉCIALE Président: Iweins d'Eeekhouite, Repré sentant, Conseiller CommunalVice Pi ést - dentA. Gaimant, Artiste amateur; Mem bres: J. Antony, négociant Ch. Baus, Commandant des pompiers; J. Bouquet, Greffier-adjoint du tiibunal; R Colaert, Repiéseniani, Ecbevin J. Fol-De Breyne, fabricant E. Fraeijs, Conseiller provincial et communal Louis La Grange, uégociant A. Ligy, Artiste amateur Secrétaire N. Boudry, Chef de bureau au Secrétariat Communal. Au cours de ladiscussion du budget, la seconde Chambre des Pays-Bas a opéré par voie d'amendement des re ductions assez importantes, principa- lement sur les budgets de la guerre et des travaux publics. (Waterstaat)- Les economies réalisées de ce chef sur le budget de la guerre s'élèventa environ 500,000 florins. Le ministre a même dü, a propos du chapitre des forleresses, poser la question de con- fiance pour en lever le vote d'un cre dit. Le bruit de la demission du gene ral Eland a ensuite circulé daus la presse, mais la nouvelle a été aussitót démentie. En Allemagne, on parle beaucoup, a mots couverts, de dissentiments gra ves entre le chancelier prince de ffo- henlohe et l'emperetir Guillaume. Le désacord remonte déja a la ques tion de la procédure devant les tribu- naux militaires dans laquelle, on sen souvient, le prince de Hohenlohe sut résister énergiq nement aux exigences excessivesdu parti militaire prussien. Le Lialent.endu se serait accentué a propos de ^incident de Lippe et de I attitude prise par le prince de Ho henlohe dans la discussion prépara toire du projet de loi sur la liberté du travail. Sur ces entrefaites a surgi l'affaire Delbrück. On assure que M. de Roller était complètement d accord avec l'Empereur en sévissant contre le pro- fesseur de l'Université et qu'il a agi dans cette question sans avoir ni con- suité ni prévenu le prince de Hohen- lahe. Celui-ci qui vient de rentrer a Ber lin, n'aurait pas caché sa désupproba- tion a ce propos, comme en général a propos des mesu es prises par M. de Roller dans la province aoriexée du Schleswig, au sujet desqueiles ii n'a pas été consulté. Si la crise u'est pas déja ouverte, ce serait grace au désir exprimé par Guil laume II a M. de Hohcnlohe de levoir retarder sa démissiou jusqu'après le" reglement de la situation parlemen taire actuelle. Rome, 29 Décembre. Le roi a signé un décret graciant plusieurs personnes condamnées par lestribunaux civils et militaires pour les troubles du printemps dernier, et dont. la peine ne dépasse pas deux ans de prison. Les condamnés dont, la peine est plus forte bénéfleient d'une réduction de deux ans. En ce qui concerne les femmes et les mineurs de moins de 18 ans, ainsi que les vieillards agés de plus de 70 ans, il est fait remise de la peine, ou réduction de trois ans, suivant ['im portance de Ia condamnation. Quelques catégories de récidivistes ou d'autres condamnés sont exclues du décret de grace. Le nombre des personnes mises en liberté du fait du décret, royal est de 700 pour les condamnés des tribu- naux militaires et de 2,000 pour ceux des tribunaux ordinaires. Les membres du Cercle commercial et industriel d'Ypres insistent vivement auprès du Sénat pour obtenir l'aehèvement du canal d'Ypres k Gomines et la construction du chemin de ter k grande section d'Ypres h Dixmude. M. le baron Surmont de Volsberghe ap- pelle 1'altention des ministres de l'agricuIture et des chemiris de ter sur cette pétition et la recommaride k leur bienveillance. de musique ne soit pas installée selort Ie programme du gouvernement. Compte rendu de la séance du 27 Décembre 1898 La séance s'ouvre k 5 h. 10 min. en pré- sence de tous les conseillers présidés par M. le Bourgmestre. Aucun procés verbal n'est déposé. Ge sera pour la procbaine séance. INoms de rues Le cooseil communal décide de conserver k ia rue située entre la rue de Dixmude et le Kalfvaart le nom de rue de la plume. Ecole de musique Ls budget comporte 5700 fr. en recettes dépenses. „II est créé une place de répéti- leur de violon k 300 fr. par an. Bureau de Bienfaisance Les comptes et le budget sont déposés et envoyés k une commission spéciale. Budget de la ville M. le Président donne quelques explica tions sur le Budget. Le collége proposera tout k l'heure que chaque enfant né k Ypres de parents Yprois recevra k sa naissance un livret d'un tranc k la caisse d'épargne. Quand l'enfant va k I'école k 1'age de 6 ans, il sera ajouté un franc; de même k l'age de la première communion. Gela ferait pour la ville une dépense de 1250 fr. Cette somme est inscrite au budget. M. l'Échevin Golaert développera cette pro position. Le traitement de M. Em, De Sagher, arebiviste est porté k 2000 fr. et le surveil lant des travaux de la ville obtient également une augmentation de lOOfr. A l'article de I'école de musique' M. l'Échevin Colaert dit, eri réporise k une ques tion de M D'Huvettere, quo lui et sescollè- gues de la députation Yproise aux Chambres législatives, feroat tous leurs rfforts pour obtenir un subside de l'Éiat, bieu que I'école M. D'Huvettere demande encore que l'tior- loge de la ville marque la même heure que celle de la gare. II est si désagréable de manquer le trairi, surlout par la fauie de la différence d'heures des horloges. M. Ie Président. Pour rémédier k cette situation, il faudrail faire cömmuniquèr les horloges entre elles par un fil électrique. Nous examinerons d'abord la chose, puis nous tacberons de vous donner satisfaction. M. Iweins d'Eeckhoutte se plaint de ce que plusieurs plantations le long des rem- parts et des routes soient si endummagées. II cite entr'auires les environs de l'ancienne caserne espagnole et la cbaussée de Gomines oü 20 k 30 arbres sont morts. M. le Président. Le seul rnoyeri d'ob- tenir que les arbres et les pjarites soient respectées, c'est d'enseigner aux enfants, dans les écoles, le respect de la propriété. Cependant je dois reconnaltre que ce ne sont pas toujours des enfants qui font ces dégats aux plantes et aux arbres. Ge sont parfois des adultes également. M. Colaert. Naguère il y en a qui out été condamnés de ce chef et l'agent Pierre Demerlie a regu même du gouvernement provincial une récompense de 150 fr. pour sa vigilance. Nous l'engagerons de nouveau k veiller k la chose. M. Iweins d'Eeckboutte. Je demande que, quand on verse du macadam aux rem- parts, on l'écrase avec un rouleau. Sans cela les gens marchent sur les gazons afin de ne pas déchirer leurs chaussures. M. le Président. Nous avons un meil- leur moyen encore, c'est de les raoudre fin avant de les verser, c'est ce que nous ferons k l'averar. M. Golaert. Je crois pouvoir annoncer au Gonseil que Ie Collége Échevinal a décidé d'entourer d'arbres le Zaalbof el d'en planter aussi devant la demeure de M. Deleersnyder, k 1 Esplanade. M. Iweins d'Eeckhoutle se plaint de la msuvaise situation de plusieurs trottoirs, entr'autres celui de la porte de Menin se dirigeant ,'ers la Citadelle et la Potyze. M. le Président. Le trottoir de la Cita delle est au Gouvernement. M. Iweins d'Eeckhoutte. Ne pourrait- on enlever la boue et les feuilles mortes? M. le Président. C'est le travail des cantonniers. Vous devriez réclamer k l'ad- ministration des Ponts et Chaussées. M. Decaestecker. Le trottoir k la porte de Lille est-il également au Gouvernement M. le Président. Oui, sans doute. M. Boone. L'année derriière il fut dernandé que b'S concerts pendant les fêtes fussent fixés k une autre heure que préeédem-

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1898 | | pagina 1