V< h3 rnSÉML-* omommE lom ie Mercredi 4 Janvier 1899. 10 centimes le A0. 34" Année. N° 3406 sT^H HéBfééi ft tms BffE behaesse a ,PK, Grande Fanfare Au Volkshuis Allemagne Portugal France Hollande L'école d'équitation Le canal de la Lys-Yperlée Les terrains de la Gare (p£cxp? ee ^ï'/ffi£ï- w®Js ijyvk^l v-iAi- jj$» jgjÉÉf tgfp ■hikje® - P Th. DAr.HOTK^ On s abonne rue au Pïrrre, 36, k Yprss, et a tous ies bureaus de poste du Le JOURNAL D'TPRKS parait le Mercredi et le -Samedi Le prix de l'abonnementpayable par anticipation est de 5 fr. 50 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent tin Déeembre. Les articles et communications doivent ëtre adressés fraac do port l'adresse ci-dessus. royaume. Les annonces coütent t5 centimes la ligne. Los reclames dans la corps du journal coütent 30 centimes la ligne.Les insertions jndiciairesi franc la ligne. Les numéros suppló- mentaires coütent 40 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique (excepté les 2 Flandros) s'adresser X Kg snee Eavas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 6,.Place.de.la Bourse. La seconde Soirée-Tabagie k la Salle Iweins est fixée au Samedi 14 Janvier 1899 Nous aurons le plaisir d'y en tendre plusieurs artistes de la ville et de l'étranger. Nous apprenons que la Turngilde St Michiel se prépare b donner une fête gym nastique au Volkshuis le Dimanche 15 Janvier prochain. On peut se procurer des cartes d'enir ée au prix de 1 fr. chez l'éditeur du journal rue au Beurre, 36. Les membres honoraires peuvent se re server des places, moyennant 50 cs., en s'adressant au bureau du journal, oü se trouve le plan de la salie. L'empereur Guillaume n'a pu se rendre dimanche a Berlin, pour rece- voir les felicitations des différents corps de l'Etat. Un réfroidissement l'a force de garder le lil. L'Impéra- trice et le prince imperial l'ont rem- placé. Toutefois une trés bonne nuit a dissipé toute fièvre. La nouvelle année apportera de profondes modifications a la-politique extérieure allemande. La plupart des journaux reconnais- sentque l'Antriche se détache de la triple alliance, et, i Is adressent a l'A ut ri ch® des repróches qui, comme dit le Tageblatt, Imteront une désagréga- tion dont la Gazette de Doss prend déja son parti. La correspondance entre ie tsa et l'empereur d'Allemagne tend a un rapprochement qui parait cependant bien compromis par la politique expulsions de sujets russes dont on plaint a Saint-Pétérsbourg. Lisbonne, 2 janvier. Le roi ouvrant les Coriès rappeile que le Portugal a gardé une striate neutralité au cours de la guerre hispano américaiue. II (lil qui! a ac- .eepté l invitation de la conférence du désarmement. 11 fait savoir combien il éprouve de sympathie pour cette idéé généreuse. II annonce que les Cortès seront j sure qu'elles élaient lixées. On est informées en temps opportun des né j arrivé a faire aiusi jusqu'a 1,800 mè- gociations en vuedetablir un accord avec les porteurs de la Dette exté rieure. On présentera des projets de réformes de l'armée, des projets de réformes financières, économiques et administratives et des projets de réorganisation coloniale. ucs se Paris, 3 janvier. On télégraphie de Cayenne au Daily Telegraph, en date du ler jan vier. J'ai eu l'occasiou de m'enfretenir avec le gouverneur de la Guyane franQaise. Ge fonctionnaire ma décla- ré que depuis l'arrêt de la cour de cassation il n'y a eu auGiine espèce d'adoucissement au régime rigoureux sous lequel est placé Dreyfus a File du Diable. De plus, le gouverneur dé ment catégoriquement le bruit qui court en Europe et en Amérique, d'après lequel le gouvernement fran- Qais aurait ordonné le retour du pri sonnier en France. Le 23 déeembre, le capitaine Dreyfus a reQU communication des documents par l'intermédiaire du rni- nistre des colonies. Ses répon.ses et observations arriveren 1 en France' par ia malle,-poste qui quitte Cayenne le 3 janvier pour l'Europe. Fne dépêche de Tunisie annon ce que ie chcmiu de fer de Sfax a Gaf'sa a été terminé samedi matin. Commencé le 3 septembre 1897, ses 244 kilomètres auront flonc été eon- struifs en moius de quinze mois. Cette célérité est d'autant plus remar- quable que, en raison des conditions locales, on n'ypouvait travailier que sur un point il n'a jamais eu qu'un seul chantier ouverf, chantier qui se déplaQait chaque jour pour avancer. Qn y a employé eu le perfectiontiant le système imagine par les Busses dans le Turkestan. Les rails éfaient monlés par travées dans uu atelier a Sfax ces travées étaieiit chargées par un train, ie train les apportait jusqu'a l'exlrémité de la partie con- struite. La uu autre atelier ambulant, qu'on appeiait le wagon-poseur pre- nait ces travées et les posait bout a boutroulaut de Fun a Fautre a me tres de voie en un jour. Le port d Amsterdam. - Le gou vernement hollandais vient de porter devant ia seconde chambre un bill pour l'amélioration du canal d'Ymui den reliant Amsterdam a la mer et pour qu'il soit possible aux grands navires d'atteindre le port de la capi- tale de la Hollande sans être obligés de décharger comme c'es! le cas ac- tuellement. C'esi que FoV igdlioire n'est point efficace. II. fuut encourage!1 l'insti uction par la per suasion, par des rriöyens analogues b ceux que la ville d'Ypres vient Ü'adopter. Et p'uisque nous sommes sur le cbapitre de l'instruciion, ne pourrait-on adopter l'idée de n'accorder le troisième franc qu'aux en- fants qui on! fréquenfë l'école jusqu'b i'age de onze ans Chaque année il y a des distributions de prix aux enfants des écoles communales. Les récompenses consistent en vêtements distribués aux enfants pauvres. Trop sou vent, héias les parents vendent les étoftes ou les effets d'habillement pour en fair un bénéfiee immédiat, b leur piéjudice et au préjudice de leurs enfants. Ces bénéfices ne Lexécufion du projet déposé per- leur profitent guère, surtout quand on con^ mettra le passage d'un navire ayant un bau de 21 metres. Les travaux évalués a 7,500,000 ft. se feront eu dix ans, et la ville interviendra daas les dépenses pour 750,000 fl. A 1'épo que actuelie le gouvernement a déja dépeusé environ 40 millions de flo rins dont 10 millions fournis par la ville d'Amsterdampour la construc tion et le maintien de ce canal. Nous avons siguaié.daus le compte rendu de ia dernière séance du conseil communal, l'excellente mesure, proposée par le collége échevinal et adoplée en principe par ie conseil b l'unamiié des voix, et cqnsistant bciéer, tn faveur de chaque tulatit, «ais- s int b Ypres, de parents yprois, un livrei b la caisse d épargne d'uu trace. Ceue unsure empruutée a o'autiés ad ministrations communales du pays, a éié Lien accui illie par ia population ypi-.nse. Elle coustitue uu moyen des plus eflicacc du tavoriser l'épargue el dé pt ovoquer l'affiaa- iioudrs ouvriers b ia caisse des pensions. La mesure sera d'autant pius efflcace qu b Ypies leptaul verra doubi r sa petite lou- dalion b I age de six ans, poureu qu il tré- quente une école publique uu privée et quelle sera naême tiiplée b onze ans, 1'bge de sa première communion. C'est b la fois encourager jue et ia fréqueiiiation scolaire. Ou a souvent proposé l'ipstiuction obliga toire comme moyen de propager i'enseigne- mezit du peuple. De récemes siatisiiquejs, franpaise et beige, nous font voir qu'en France, pays duistruclion obligatoire, ia h équeniation scoiairc est de ioiu inférieure b celle de F» Bclgique. Et cependant il y a seize ans que pos voi- smsdu nord sout gratifiés d une io; qui obli ge les parents b envoyer leuis .enfauts b l'école sidèrè qu'ils aliènenl ies objets donnés b des prix de ioin inférieurs b leur valeur. Ne serail il pas bon de donner les'récompen ses, en tout ou du moins en partie, 'en ins criptions sur la caisse d'épargtie Nous soumettons l'idée b qui de droit. 11 y a du reste d'autres idéés b réaliser en ce sens. Nous attendons le rapport qui sera présensée sous psu par M. Colaert, Eehevin de i'instrnction publique, au conseil commu nal en vue de réaliser le principe pour la ï'éalis uion duqual una som me de' 1250 fr. 'a ét'é inscrite au budget de la Villa. Nous ferons counaitre alors nos vues en cette malière. Maiè nous tenons dés maintenant b félici- ter bos édiles de l'excellente mesure, qu'ils örit prise. Nous appr/enons, de.bouri''iroucc qu une partie du créditvuté par ies charnbres, en 1897, peur l melioration bes baumems de notie écoie d'équuation, sera employé-1 sous peu Cette décisioti ést de;bou augur C>st lo maintien de l'école de cavalerie b Ypres. Le t'rogrès ciiantera tiiomphe. C'est lui, sans aucun doulc, et non la Deputation, qui a obtenu cette déoisioo. Encore un grief qui va disparaiuv Le gouvernement est décidéb schever ie canal de la Lys b f'Yperlée. Uh lort crédit sera proposé b cot rffet au budget sue ressources extraordinair! s. Vite, vile, Progrès, quelques nouvemx points b votre programme. Il rie restera bierilót plus que le quatriè ae 4° Fabriques induslrielles et non (LégUses. Les articles du Progrès deviennent abso- lument plaisants. Voilb longtemps qu'il cber- 1 op j

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 1