o^fLÜé <^ouy^ S0IRÉE TABAGIE Signé: quesnay de beaurepaire. Mercredi 11 Janvier 1899 10 centimes le S°. 84° Année. N° 8408 m m Au Volkshuis Salle Iweins France Un incident Allemagne Un bon exemple V On s'abonne rue au Beurre, 3f>, k Ypres, et k tous les bureaux de pos te du royaurae. Nous apprenons que la Turngilde St Michiel se prépare k donner une fête gym- nastique au Volkshuis le Dimanche 15 Janvier prochain. On peut se procurer des cartes d'entrée au prix del fr. chez l'éditeur du journal rue au Beurre, 36. Programme de la du 14 Janvier 1899 S k 8 t/2 heures, avec le bienveillant concours de Messieurs j IMen», 1' baryton du Tbéatre Royal de Liége, Louis Vanhoutte, pianiste, prix d'honrieur de l'Instilut Lemmens k Ma- i lines et A.Ibei*t Van Egroo, violo - niste. 1. Les cloches de Corneville, fantaisie pour fanfare, R. Planquette. j 2. Andante, Allegro, Adagio et Menuetto, pour piano et violon, par MM. A. Van Egroo et Ern. Wenes, sonate de J. S. Bach. 3. Arfoso.del'opéra Le roi de Lahore, par Mr Piens, MASSENET. 4. Humoreske,morceaupour piano, par Mr L. Van houtte, Grieg. 5. Grand Concerto, pour vio lon avec accompagne ment de piano, par MM. A. Van Egroo et E. Wenes, H. VlEUXTEMPS. j I La demission de ML Quesnay de Beaurepaire Ln demission sensationnelle de M. Quesnay de Beaurepaire, président de eharnbre a la Cour de Cassation, est, com me l'ou pense bien, I'événement du jour a Paris. Naturellement, les journaux épilo- guent sur cet incident et ont essayé d en percer le mystère. L'Agence Havas a annoncé d'abord cette détermination dans les termes qui suivent Nous recevons la lettre suivante Monsieur le Directeur, Je vous serai obligé d'insérer dans votre bulletin du jour, la simple note portée au dos de ma carte ci-joinle. Agréez, Monsieur, avec mes remer- ciements, l'assurance de ma connidé- ration trés distinguée. A la suite d'un désaccord surve- nu relativement a l'enquête ouverte a la Cour de cassation, M. le président Quesnay de Beaurepaire a envoyé sa démissiou a M. le ministre de la justice L'ex-président de Cbambre a donné des détails plus complets a l'Echo de Paids et au Temps. La démissiou du président de Beaurepaire a été uu coup ina! lendu pour M. Lebretsuivant uu exemple désormais célèbre, le miuistre était en voyage. L'Agence Fournier annontjait hier soir que M. Lcew, président de ia Chambre crimiuelle, donnait sa dé- mission également. Ou lit dans le Temps Malgré la sévère consigne donnée a la portc de M. de Beaurepaire, nous avons pu pénétrer jusqu'auprès du président démissionnaire. li nous retjoif dans son cabinet de travail, enveloppé dans sa robe de chambre, uu chaud foulard autour du cou. Vous voyez, nous dit-il, je suis toujours légèrement indisposé, mais je n'en suis pas moins disposé a con- tinner virilement la lutte. Nous parions a M. de Beaurepaire de sa déclaration publiée ce matin dans l'Echo de Paris, lui demandant si elle retrace exactemeut ses senti ments. Textuellement, nous répondit-il, et cette déclaratiou va être suivie des renseignemeuts les plus complets sur FafTaire. Des communications seront faites a l'Echo de Paris qui a été mou organe dès le premier jour. Vous savez bien quelles sont mes sympathies pour la presse Je suis un vieux littérateur j'avoue qu'en ce moment surtout, je tiens au journal que j'ai choisi, paree qu'il est lu, je crois, par uos chers officiers, que j'ai tant a coeur de venger et de défendre. Ce qu'ils ont dü souffrir depuis deux mois! et pourtaut pas un d'eux, du sous-lieutenant au général, na ouvert la bouche. Je les aimai's, maintenant je les ad mire et vous voyez a lemotiou qui m'anime en parlant d'eux, qu'ils peu- veut compter sur tooi. Je veux que {'opinion soit bien éclairée sur ['affai re et je ne crois pas en cela manquer a aucun devoir puisque M. Ie Miuistre aurait assurément donné la connais- sance des pièces a la Cbambre. Aussivais-je remettre pour demain matin a l'Echo de Paris le texte de ma deposition d'evaut le premier prési dent, celui de ma déclaration supplé- mentaire qui touche spécialement a M. Loewet une réponse que je crois decisive a la note officieuse du 6 Jan vier, laquelle tendait a la justification compléte de M. le conseiller Bard. Les socialistes au Gonseil municipal de Berlin Le Couseil municipal de Berliu a réélu président M. Langerhaus, Dans {'allocution qu'il a adressée au Cou seil, celui-ci a déclaré qu'il repoussë- rait éuergiquement les attentats' con- tre les libertés municipides. II a déclaré de plus qu'il ne savait pas quand {.election du bourgmestre rece- vrait la sanction de i'Empereur. Le carnaval k Bruges Le conseil communal de Bruges vient de voter, par 13 voix contre 6, la suppression du troisième jour du carnaval, premier Dimanche du carême. M. Stock, l'auteur de Ia proposition la développée avec éloquence en in- voquant des considérations d'ordre moral et même d'ordre matériel qui méritent d'attirer ('attention de l'opi- nion pubiique. C'est en se basant sur des motifs analogues que les édiles Yprois ont modifié le règlement sur les orgues ei les bals publics; et ni i'industrie ui ie commerce n'en ont soufferf. Nous ieur soumettons les considéra tions développées par l'horiorable M. Stock, convaincus que tous ceux qui out a ccEtir l'mférêt social et la mora- lité pubiique s'y raillieroiit, Voici comment s'est exprimé lhouorable conseiller brugeois Paria suppression du troisième jour du Carnaval, premier dimanche du Ca rême, je n'empênha pas les amateurs de ce plaisir de s'yadonner. lis disposeront encore de deux jours et ddeux nuils. Qu'on fête le grand Carnaval le dimanche avant le Carême ou le premier dimanche du Carême, cela doit être égal aux personnes friandes de ce divertissement. Un masque n'est pas plus agréable le 19 que le 12 février. En ces dernières années, une intense réaction s'est produite, dans les différents partis polhiques, contre les exagérations du Carnaval. Même h Gand, les socialistes en ont proposé la suppression radicale. Je nc veux pas allerjusqua ik. Ici k Bruges, l'ad- ministration communale catholique a élé att3quée par les socialistes et les démocra- tes paree quelle mainteoait le Carnaval. Inutile de vous assurer que ce n'est pas lk que j'ai cherché mes inspirations. Adversaire de tout socialisme, masqué ou non, je sais cependant recoonaitre ce que les socialistes de toute dénomination poursuiveni de bon. En réprimant, dans une juste m-sure, les excès du Carnaval, on rend au peuple un plus grand service que par bien des dis cours bourrés de promesses fallacieuses que d'avaiic ont est convaincu ne pouvoir rem- plir. Appartenant au peuple, fidéle k sa cause, c'est au nora de ses intéréts bien en tendus que j'ose vous demander le vole de ma proposition. On réclame l'amélioralion du sort des travaiHears Toute une armée de gens bien intenlionnés, appartenant k tóutes les clas ses de a population, y travaille.activement. Toutefois, leurs efforts oombinés n'obtien- dront un succès complet et durable, qu'k condition que les réformes d'ordre matériel marchent d'accord avec le progrè-i moral. Voilk le langage que tiennent tous les amis stncères et désintéressés du peuple. Le con seil communal n'en usera pas autrement. Mais ce ne sont passeulement des consi dérations d'ordre moral que j'irtvoque. Des raoiifsdordre matériel abluent en faveur de ma proposition. i'j M Sw <Sn Si?.- Le JOURNAL D'TPHKS paralt le Mercredi et le Sameds. Le prix de 1'abonnement, payable par anticipation est de 5 fr. 50 c. par an pour tout le pays; pour l'ótranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent tin Déeembre. Les articles et communications doivent être adrossés franc de Dort a l'adresse ci-dessus. Les annonces content t5 centimes la ligne. Les réclames dans ie corps da journal coütent 30 centimes la ligne. Les insertions judiciaires i franc la ligne. Les numéros supplé- mentaires coütent to francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique (excepté les 2 Flandres) s'adresser 4 Xkgence Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place da la Bourse. 1 i 1. Le Moulin de la Forët Noire, morceau pour fanfare, ElLENBERG. 2. Philips van Artevelde, chanté par Mr Piens, GEVAERT. 3. Tarantelle, pour piano, par Mr L. Vanhoutte, HELLER. 4. Chaconne, sonate pour violon seul, parMr A. Van Egroo, J. S. BACH. 5. Arioso de l'opéro Hero- diade, chanté par Mr Piens, Massenet.

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 1