v 8 f o^Mle Etrennes Pontificates iSÊÈM Samedi 28 Janvier f809. 10 centimes le Année. !V° 841B dans la ville et Varron dissement d' Ypres AVI S A la Chambre VILLE D'YPRES CONSEiL COMMUNAL L'uninominal devant Ie pays On s'aboime rue au Beurre, 36, it Ypres, et A tous les bureaux de poste du royaume. Nos lecteurs savent déjA que association des journalistes ca- tholiques a accepté la mission d'or- ganiser une souscription, en vue de venir en aide au Souverain Pontile, dans les oeuvres qui lui tiennent particulièreinent a coeur, au milieu des temps difficiles que nous traversons. Cette sousöription répond un voeu de S, S, LéonXBlet a re9u les précieux encouragements de Son Em. le Cardinal-Yrchevêque de Malines et de NlY. SS. les Evê- ques de Belgique, Pour laciiiter ies souscriptions dans la viiie et 1'arrondissement d'Ypres, nous ouvrons une iiste spéciale dans les colonnes de notre journal. Les souscriptions peuvent être remises aux cures des paroisses ou au bureau au journal. Le cbanoine Ds Brouwer, euré doyen fr. 50 M Delameilleure, vicasre 10 Socquet Terrière 10 E. B. C. 5 Uti p/êire du doyeoné d'Ypres 100 M. ei Mme Birbuyck 100 Melle P.tuline Mulle 100 M. et Mme PH. Vaoder. Bergbe lüü M. le Représentant ot iVlme lweins d'Etckhoutte 50 Drie arme juuisgenooten van Yper 2,20 Le grand concert de charité organisé par la commission administrative de i'écol de musique, aura lieu le Dimanche de la Mi- carême, 12 Mars 1899. Un comité da dames s'est formé pour recueillir les souscriptions domicile, pat tir de Mardi 31 Janvier 1899. La commission ose espérer qua les habi tants de la ville feront boo accueil it ces dames et féliciieront ainsi la tècbe qu'elles se sont ioiposées dans le but de soulager la misère. Caries de familie (persouries habitant sous le mème toil): 5 francs. Carte personnelle: 2 francs. Nous apprenons avec plaisir que la socié- té rOrphéon oftrira k ses membres hono raire» et leurs families une grande fê'e mu sicale, le Dimanche 5 Février, k la Salie Iweins. Nous formons des voeux pour la bonne réussite de ce concert qui aura le charme tout particulier d'être donné avec le bienveillant concours de plusieurs de nos artistes et ama teurs Yprois. Après la discussion de la déclaration gou vernementale au sujet de la crise ministériei- le,la Chambre a enta celle du projet de loi Heyoen et consorts rel live au droit accordé aux médecins du plat pays de fournir des médicaments aux malades. La proposition a élé votée par 60 voix contre 17 et 13 abstentions. La Chambre a procédé ensuite kl'examen du projet de loi Delbeke relativement k la situation des exemptés et des dispensés par la loi de 1848 sur la garde civique. A noter un amendement de MM. Colaert et consorts qui demandent la dispense pour lesmemhresdes corps desSapeurs, Pompiers, peudant la dmée de leur service. Cet amendement développé par notre honorable Représentant et appuyé par MM. Woeste et Bertrand, a été combattu par le gouvernement. Nous espérofls que, maigré cette opposition, il sera voté par la Chambre. Compte rendu de la séance du 20 Janvier 1899 La séance s ouvre k 5 h. 35. Tous les cooseillers sont présents k l'ex- ceptioti de M. De Caestecker, eurpêcbé. M. le Bourgmestre préside. Le procés verbal de la séance du 27 Dé- cembre est approuvé sans observations;celui de la séance du 7 Janvier est soumis k ['in spection des membres. M. le Président k M. D'Huvettere Sous peu il sera fait une proposition concernant la concordance de l'heure de l'horloge de la ville avec celle de la gare. J'espère quelle vous donuera satisfaction. M. D'Huvettere Ainsi qu'k M Bootte... nous étioris deux k le demander. Vente de terrain Une demande d'achat de terrain est ren- voyée au Collége pourtxamen plus appro- fondi. Entretemps on commence l'examen a de commodo et incommodo Messageries II est donné autorisation ajjx f>ères Van I Elslande de Passclrendaele.de cöntinuer leur serviee de messageries de Pesschendaele j sur Ypres par Zoonebeke et k Nor bert j Therry d'Ypres it Poperinghe par Renin- gheist el Dickebusch. 1 Diminution de fermage Les Hospices demandent l'autorisalion de diminuer le bail d'une pature sise k Ypres. M. D'Huvettere fait observer qu'il est opposé en rénéral aux diminutions de fer riages, paree que e'est une source d'abus. Certaines gens haussent continuellement quand il y a adjudication de bail, mais l'an- née suivante ils demandent une diminution. Et les honnêtes fermiers qui ne veulent offrir qu'un prix raisonnable soot dupes de cette manoeuvre. Ici cependant, ce n'est pas le cas. L'autorisation est accordée k l'unanimité. ChaufFaoe de la maison d'aliénés Renvoyé k l'admioistraüon des Hospices pour examen plus approfondi. Hospices civils Les comptes de 1897 se montant k fr. 351,586 49 en recettes ordin; ires et fr. 255.738 61 en recettes extraordinaires sont approuvés k l'unanimité. Bureau de Bienfaisance Les comptes de 1897 sont approuvés k l'unanimité, mais M. le Président fait l'ob- set'vaiion que les budgets et comptes futurs devront re dressés comme il conviènt,c'est- k dire partagés en recettes et dépenses ordi naires et ex raordinaires et sans omettre certains articles. A Particle du budget il ast obs-rvé que le traitement du secrétaire a été porlé 3000 tr. Cette augmentation se jusiifie par ce fait que le service est fortement augmerité la suite de l'accroissement des propriétés du Bureau de Bienfaisance. II n'y aura t'avenir plus d'arrière Üste. Tous les uécessiteux sont inscrits sur la mê me liste et recevront de mêrae selon les be- soins du ménage. Les nécessiteux ont le choix entre ciriq médecins en cas de maladie: MM. Poupart, Lagrange, Van Raes, Dterick el Beesau. Legs de Stuers La convention est approuvée. Budget de l'Egiise St Martin Remis k la prochaine séance. La séance publtque est close k 6 h. 10 m. La presse catholique, comme nos asso ciations, se prononce en général conire l'u- ninominal, e'est k dire contre Ie serutin uni- nominal appliqué h lous les arrondissemeots du pays. A notre avis, pareil régime n'a aueune chance d'aboutir. Et ce n'est vraiment pas malbeureuxcar non settlement il nous semble de nature k porter atteinte aux inté réts du parti catholique, mais il doit néces- sairemenl fausser le régime représentatif et diminuer considé'ablement encore le pres tige du régime parlementaire déjk si amoin dri. Mais ce tie sont pas lk f>s s -ul *s co s dé- rations que l'ori puisse faire val oir contre l'uninominal. II en est u e surtout qui ré suite de, notre régime électoral nouveau. Nous n'avons jamais été grand pariisan du suffrage dont la révision eonstituuon- nelie nous a doté Mais nous devons tenir compte de la situation qui nous est créée. A tort ou k raison, la vie politique est ou- verte au peuple L'ouvrier a sa represen tation, directe ou indirecte, au sein du parlement. Le serutin uuinominal la lui enlèverait. Serait-ce un bien Nous crayons que ce sers.it une injustice et un danger. On n'enlève p is des droits acquis sans froisser le seniimenl public. Le peuple se soulèverait devant la méconoaissance de son droit; et, cette fois, on no pourrait lui rc- procher d'avoir tort. II est vrai que, dans certains centres industriels, le peuple seul serail représen- té. Ce serait-ua mal aussi, II faut que tous les intéréts de la nation soieot re- présentés, aussi exactement que possible, au parlement qui est i'éaaanation de la volonté nationale. Le serutin de liste, aussi bien que ia R. P., donne satisfaction k cette néces- silé. L'uninominal ferait arriver au Parle ment, dans une foule de districts, des hommes qui n'ont d'autre mérite qu'une fortune iramobilière considérable, indus- trielle ou terréenne et, dans la plupart des autres cantons, des prolétaires que la fa veur populaire élève facilement sur le pa- vois. Ce serail l'anéantissement du mérite per sonnel, du talent, des services rendus. Ce serait le règne des unités sans doute ce serait plus encore celui des nullités. Nous examinerons, darts des articles suivants, les autres systèmes. Mais nous nous élevons d'avance et avec énergie con tre celui qui semble Temporter aujourd'hui dans les sphèies gouvernementales, l'uni- nominat, le plus mauvais, le plus désas- treux de tous ceux qui puisseut être propo sés. i - V'^A f&fri v - tovnf. VVL^'L"V jit C-> ffi Les annonces content 15 centimes la ligne. Les réclames dans (o corps da journal coütent 30 centimes la ligne. Les insertions judiciairesi 'ranc ta ligne. Les nuraéros supplé- mentaires content 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique (excepts les 2 Flandres) s'adresser VAgence Le JOURNAL DYPRKS parait le Mercredi et le Samecii. Le prix de l'abonnementpayable par anticipation est de 5 ?r. 50 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger. le port en sus. Les abonnements sont d'un an ot se rógularisent flu Décemore. Les articles et communications doivent être adres-és fraae Jo port A 1'adresse ci-rtessus. Hams Bruxetles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris. Place de la Bourse. H

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 1