Etrennes Pontificates o^glan^ Samedi 11 Février 1899 10 centimes Ie N°. 34s Annfe. N° 3417 dans la ville et arron dissement d' Ypres A VIS REVUE POLITIQUE Situation grave pour le cabinet Depuy La succession au tróne de Saxe-Cobourg-Gotha Le faux complot contre Guillaume II La séparation de la Chambre Hongroise Les réformes en Macédoine Les nouveaux armements des États-Unis 11. Ritchie et les derniers incidents du port d'An vers Assassinat a Lille Projet de loi sur la pêche Un hommage suggestif a M. de Smet de Naeyer On s'abonne rue au Beurre, 36, a Ypres, et k tous les bureaux de poste du royaume. Le JOURNAL D'YPRES parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonnementpayable par anticipation est de 5 fr. 60 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre. Les articles et communications doivent être adrossés franc de port A l'adresse ci-dessus. Les annonces coütent 15 centimes la ligne. Les réclames dans le corps du journal coütent 30 centimeg la ligne. Les insertions judiciaire-s1 franc la ligne. Les numéros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique (exceptó les 2 Flandres) s'adresser A l'Agence \Eavas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse. Listes précédeotes fr. 1426.20 De congreganisten van 't Pen- siouaaat der Rousbrugge- Damen 26 27 Ter eere van 0. L. V. van Lourdes, een kind van Maria 1 00 Eerw. Heer Soete, bestierder van't St Josephsgesticht 6.00 Pour les étrennes du Souverain Pontife.anonyme de St Pierre 12 00 Voor geestelijk en tijdelijk welzijn van een Poperingschen kei 5.00 Voor den Paus 2.00 Le grand concert de charité organisé par la commission administrative de l'école de musique, aura lieu le Dimanche de la Mi carême, 12 Mars 1899. Un comité de dames s'est formé pour recueillir les souscriptions h domicile. La commission ose espérer que les habita- tants de la ville feront bon accueil k ces dames el faciliteront ainsi la tache qu'elles se soot imposée dans le but de soulager la misère. Cartes de familie (personnes habitant sous le tuême toit)6 francs. Carte personnelle 2 francs. La situation s'est considérablement aggravée pour le gouvernement de- puis hier. II parait certain que le pro jet de M. Dupuy sera combattu aveo une énergie a laquelle on ne s'atten- dait pas il y a quelques heures. Tandis qu'hier l'opinion courante était que les principaux orateurs répu- blicains s'abstiendraient, il parait certain maintenant que la plupart tiendront a manifester a la tribune leur opinion. La tache de M. Charles Dupuy, qui assumera du cóté du gouvernement presqne toute la responsabilité de la discussion, devient par suite bieu plus difficile et il ne serait pas surprenant que M. Dupuy serait battu par une majorité républicaine. Berlin, 9 février. Les journaux berliuois sont unanimes a déclarer que seul le due de Connaught est le successeur legal du prince Albert, qui vient de mourir. En effet, en 1863, après la mort de son père, le prince de Galles renon- cait au tróne de Cobourg-et-Gotha en faveur de ses frères cadets, abdication qui fut acceptée par leur tuteur, le roi Léopold ler de Belgique. Le Caire, 9 février. Les quatre sujets italiens soupconnés d'être les auteurs d un complot, a Alexandrie, contre l'empereur d'Allemagne au cours de son voyage en Palestine, vont être envoyés en Italië. lis seront jugés a Ancóne. On se souvient qu'il a été établi que ce complot n'a jamais existé que dans quelques imaginations poli- cières. Budapest, 9 février. Après avoir vote hier I'ajournement de la Cham bre au 16 courant, la plupart des députés sont rentrés chez eux en pro vince. Plusieurs députés, parmi lesquels MM. Szilagyi et Horansky, souffrent de 1'influenza. Les négociations en vue du compro mis en seront naturellement retar- dées. Constantinople, 9 février. Le Sultan fera publier dans les premiers jours les projets de réforine relatifs a l'administration de la Macédoine. New-York, 9 février. Le comité des affaires navales de la Chambre des représentants s'est prononcé en fa veur de la construction de trois au tres cuirassés de 12,000 tonnes chacun. Londres, 9 février. M. Ritchie, ministre du commerce, a parlé mer credi soir dans un banquet d'arma- teurs, des récents événements qui se sont passés au port d'Anvers a la suite de la défense faite aux ouvriers an glais par l'agent maritime delaGrande- Bretagne de recevoir a leur bord des racoleurs de toute espèce qui foison- nent au port. L'interdiction de l'agent maritime avait donné lieu a des manifestations malveillantes de ces industriels lésés a legard des compngnies anglaises. M. Ritchie a annoncé qu'il avait fait au gouvernement beige de sérieuses re presentations a eet égard. Manifestations antireligieuses Un assassinat odieux a été commis au pensionnat Saint Pierre Lille, tenu par les frères de la Doctrine chrétienne un enfant de 12 ans, Gaston Foveau, 5t été étranglé. L'assassin serait un frère de eet établisse ment. En effet, Ton a découvert, prés du cada- vre, une lettre ainsi conpue; n'accusez pis la communauté, il n'y a qu'un seul coupa- ble Les écritures ont été confrontées. Gbaque frère écrivait quelques lignes; un seul s'y refusa. Nous eoipruntons au Gil Biasjournal an- ticlérical, le récit des manifestations de Mercredi «Pendant toute la soirée.des manifestations se sont produites contre les Frères des Ecoles chrétiennes, a l'occasion du meurtre du jeune Foveau, comme si les défaillances d'un seul pouvaient entrainer les responsabilités de tons. Des bandes ont parcouru la ville, composées de personnes de basse condition, dont le nom- bre grossissait de plus en plus, et l'on peut évaluer a 3000 le nombre des manifestants qui se sont présentés devant le patronage Saint- Pierre de la rue de la Monnaie, criant et vocifé- rant: Conspuezles Frères1. Qu'on les pende! Vive Deibier! etc. Au pensionnatdesJésuites dela rue Solférino, de n om breux projectiles ont été jetés dansles carreaux. On a jeté des pierres chez les Domiuicains a deux reprises, on a aussi manifesté devant les bureaux de la Croix du Nord, dont les étu- diants de l'Etatont briséles vitres;?.ux bureaux de la Dépêche, et devant diversesécoleschré tiennes, etc. Des prêtres et des calholiques brutalisés ont eu peine h échapper aux fureurspuis on a menacé les Facultés catholiquesmais la police a enfin dispersé les manifestants. A Paris, Sébastien Faure annonce avec fracas un meeting pour samedi, et les journaux anti- cléricaux étalent en manchette les Crimes des Frères Voici les principales dispositions de ce projet qui donneront satisfaction sans doute nos pêcheurs a la ltgne 1° Le permis de pêche, institué l'imita- tion de ce qui existe dans le grand duché de Luxembourg et la Prusse rhénane. Le taux du permis est de un et deux francs. Pour un franc, on pourra pêcher, tous les Dimanches et jours de fêtes légales, dans les cours d'eau navigables et flotables pour deux francs, on pourra pêcher tous les jours de l'année. Les recettes provenant du permis servi- ront organiser une protection efficace de Ia pêche. 2" Interdiction de transporter, colporter, vendre du poisson immaturé, e'est-è-dire n'ayant pas les dimensions légales, qu'elle qu'en soit la provenance. Actuellement, on peut vendre du poisson immaturé quand il est prouvé, par certificat, qu'il provient d'un étang ou réservoir privé. Des abus sont fréquents, en ce sens que des braconniers se procurent aisément des certificats de l'espèce. 3° Autorisation de la pêche ia ligne, les Dimanches et jours de fêtes légales, même pendant l'époquedu frai. Actuellement l'interdiction est compléte d'Avril h Juin. D'autres mesures accessoires seront pri ses, par arrêtés royaux. Ainsi, un grand nombre de pêches louées» seront rendues banales pour les pêches la ligne. Toute autre pêche que la pêche h la ligne sera défendue le Dimanche dans les cours d'eau navigables ou flottables. Les pêcheurs ne seront plus obligés de tenirla ligne it la main. La pêcheh la ligne en barquette, au milieu de l'eau, sera taxée h 10 francs par an. Le droit des propriétai- res d'étangs et de réservoirs reste entier. Enfin, tout permis de pêche sera retiré aux personnes ayant, commis un certain nombre de délits, aux braconniers» d'eau douce. Après les hommages rendus M. de Smet de Naeyer par nos amis et même par certains journaux libé- raux, en voici un qui nous semble particulièrement intéressant, li éma- ne du conseii communal iibéral d'Os- tende qui l'a voté a l'unauimité Monsieur le Ministre d'Etat, Au moment oü vous descendez du pouvoir, nous venons vous présenter l'expression de 8 8

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 1