Etrennes Pontificales GRAND CONCERT Samedi 4 Mars I 899 10 centimes le N°. Année. IV0 3425 mmm m. imm dans la ville et l'arron dissement d' Ypres AVIS Grand Concert de Charité Concert de charité du 12 Mars 1899 Grande Fanfare PROGRAMME Fra nee L'affaire de Lille Affaire Picquart États de l'Église On s'abonne rue au Beurre, 36, a Ypres, et tous les bureaux de poste du royaume. Les annonces coütent 15 centimes ia ligne. Les réclames dans ie corps da journal ooütent 30 centimes la ligne. Les insertions judiciaires1 franc la iigne. Les numéros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique (excepté les 2 Fiandres) s'adresser k VAgence Le JOURNAL DYPRES parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonnementpayable par anticipation est de 5 fr le pays; pour l'ótranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre SO c. p»r an pour tout BixEt. Les articles et communications doivent être adrossés fraae de port a I'adresse ci-dessus. Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place do la Bourse. Listes précédentes Mr et M"' Fraeijs. Ypres Onbekend Saint Père. bênissez nous V. A. M. M. Mortier Decomnck, Yper Ir. 1770 97 50 00 3.00 2 00 2 00 5 00 Le Collége Echevinal a l'houneur de porter a la connaissance du public que le portrait de M. le Bourgmestre de la ville d'Ypres, peint par Made moiselle De Hem, est achevé. II sera expose Dimanche et Lundi prochains, de onze beures a une lieu- re et de deux a quatre hetires, a la Salle bleue de I'Hotel de Ville. Pour le Collége R. COLAERT, Echevin. Samedi 11 Mars, 7 1/2 h. du soir, Ré pétition Générale k la Salle des Halles (En- trée par l'bótel de ville). Les personnes qui désirent y assister peu- vent se procurer des cartes au prix d'un franc k i'Hötel de ville, Salle de milice Ven- dredi 10 el Samedi 11 Mars de 11 heures k midi. Les personnes qui désirent avoir des chaises numérotées peuvent s'a dresser a l'hölel de ville, salle de milice, a partir du Mercredi 8 jus- qu'au Samedi 11 Mars, de II heures a midi. Le prix est de 1 franc par place. sous la direction de M. Jules GOETINCK, avec Ie concours de M'"* Martha LIGNIÈRE, cantatrice, M. H. DOGNIES, tenor, M. Louis VANHOUTTE. pianiste en M. Albert VAN EGROO violoniste. PROGRAMME: i. Ouverture d'Athalie, Mbndblsiohk. j 2. Récit et Air de José du lr acte de I'oper a «I-iès» •P Dogates) Jcui Gobtiicok 3. Concerto en o rninrU' pour vioion uMr Van Egroo. Max. Bruch. 4. a. La Procession M11* Lignióre) Air de l'opéra Les noces de Figaro (idem) Moiari. 5. Peer Gynt, suite d'orchestra Grim. a. Le Matin. b. La mort d'Ases. c. Danse d'Anitra. 0. Scène et duo du 2* acte de l'opéra Inés Julbs Gobiuhcb. 15 MINUTES DE REPOS 7. Ouverture de Phèdre, J. Mambbbt. t. Concerto pour piano (M' Van- houtte) R. Schumahb 9. Polonaise en la pour violon (Mr Van Egroo) WibhiawSkt. 10. a. Intermezzo et valse lente du ballet; Sylvia L- Dblibbs. b. Pizzicati, id. 11. Air des bijoux de Faust (M"» Lignière) Qovkod. 12. Milenka, ballet, J. Blooxx. PIANO PLEYEL 3. Fantaisie sur Carmen, par les MÉdiatobs Ypbois i, 4. Air de Polyeuote parM. De Jonghe CH. Gounod. 5. Chansonnette par M. G. D. VILLE O'YPRES DIMANCHE 12 MARS 1899, k 7 heures du soir, dans la grande Salie des Halles, FÊTE DE CUV RITE au profit des pauvres de symphonic (80 exécutants) de la soirée tabagie du Samedi 4 Mars 1899, avec le bieuveiliant concours de MM. Albert De Jooghe, ténor, 1' prix du conservatoire G. D*"\chanteur de genre, les Médiators Yprois et le cercle symphonique Onder Ons lr PARTIE 1. Hymenée, gavotte par la Grande Fanfare LECAIL. 2. Récitatif et Air de l'opéra Alcests par M. De Jonghe GLUCK. 3. Le Géant Goliath, suit# d'orchestre-ballet N° 1. Rêverie. N°2. Prière cC Ypria. par le cercle symphoni que Ondeb Ons sous la direction de M.Ern. Wenes J. MAURAU. 4. Pas du tout, mélodie par les «MÉdiatobs Ypbois», sous la direction de M. Alb. Van Egroo. 5. Chansonnette par M. G. D. 2m4 PARTIE 1. Les cloches de Corneville, valse par la Grande Fanfare R. PLANQUETTE. 2. Graallied uit Lohengrin door M. De Jonghe R. WAGNER. CnfflBir t-'us aorioiicé l'P terro- gatoire du F è'c Flamidien dn valt avoir lieu mercredi. Six des F. ères de la Monnaie avaient été convoqués et devaient être controntés avec l'inculpé dans l'après-midi. A une beure, le Fiére Flamidien est amené par un gendarme dans le cabinet de M. Delalé. 11 parait trés calme. M* Chesnelong prend alors la parole et formule la protestation suivante, qu'il désire voir insérer au procés verbal. Avant qu'il soit procédé k l'interrogatoire de l'inculpé lsaïe Hamez, en religion Frère Flamidien, Me Chesnelong demande k M. le juge d'instruction de lui donner acte de ce qu'il proteste, en sa qualité de conseil de l'inculpé, contre tous interrogatoires, con frontations et généralement tous actes d'ins truction accomplis, sous prétexte de flagrant délit, en violation de la loi des 8 et 10 dé cembre 1897, et réserve expressément les droits de la défense. M* Ghesnelong croit devoir, en outre, pro tester contre la confrontation imposée k l'in culpé, le jeudi 9 février, k l'amphithéktre de la Faculté de Médecine et les procédés d'un autre age employés dans cette confrontation pour lui arracher un aveu de culpabilité, alors qu'il n'existait contre lui ni preuves, ni même présomptions sérieuses et que l'in- struction avait le devoir de présumer son innocence. M. Delalé s'esl refusé catégoriquement k taire insérer cette protestation. M" Ghesne long a déclaré alors qu'il était de son devoir de se retirer et a averti son client que, con- formément aux dispositions de la loi, il n'avait pas k répondre au juge d'instruction. M. Delalé a engagé alors M4 Ghesnelong k lui adresser sa protestation par acte d'huis- sier; maïs on croit que l'avocat se contentera de la forme plus courtoise, d'une lettre qu'il demandera au juge instructeur de verser au dossier. Le Frère Flamidien a été aussitót recon- duit k la prison. Les six Frères qui avaient été convoqués ont été avisés qu'ils n'avaient pas k se déranger. L'instruclion est done en suspens sera-t- elle reprise aujourd'hui Gela dépendra de la décision de M. Delalé concernanl la protes tation de M' Chesnelong. En tout cas, dit la Croix du Nord, cette protestation montre bien qu'il y a eu de grandes illégalités commises. Nous les avions d'aiileurs signalées dés le début. Le parquet a violé, en dépit de toute justice, la loi de 1897 sur l'instruction. Peut il conserver plus longteraps en prison un homme que, mal- gré toutes les tortures, il est obligé de recon- naitre innocent Agir autrement serait un crime. Paris, 2 Mars. A Couverture de Cau- dience k midi, le public est rare. Au banc de la défense, k cóté de M4 Mimerel, avocat de Picquart, nous remarquons MM. Labori et Demange. Le procureur général Manau oc- cupe le siége du ministère public. Le conseiller Atbalin lit son rapport et fait l'historique de l'affaire. Le rapporteur examine si la demande est recevable. D'après Chauveau et Helie, il n'y a pas de connexité lorsque les deux juridictions peuvent statuer sans qu'il y ait contrariété matérielle des jugements. Dans ce cas vous auriez k rejeter la demande. M. Athalin continue Nous devons, dit-il, recbercber s'il existe un lieu de connexiié, reliant soit tous les faits soit seulement quelques uns d'entre eux et ni sa jonction de tous ces cas ou de quelques-uns ne doit pas être admise pour la bonne administration de la justice. Les faits reprochés k Picquart semblent tous concourir au même but chercher k prouver ('innocence de Dreyfus en prouvant la culpabilité d'Esterhazy. Voilk la seule question qui se pose et qu'il faut éclaircir. M. Athalin conclut ainsi Si la connexité est admise, il semble que l'affaire ne doit pas être soumise k ia juridiction militaire mais renvoyée devant Ia chambre des mises en accusation qui en saisirait alors labour de cassation. L'audience est renvoyée k demain pour le réquisitoire. AU VATICAN La santé du Saint-Père Le Bulletin de Jeudi matin Rome, 2 Mars. Le bulletin officiel qui k été affiché au Vatican k 10 heures, ce matin, est ainsi congu; Le Papea passé une nuit tranquille sans au- cune douleur. II a dormi comme d'habitude et a pris quelque nourriture pendant les interval- les du repos. Les fonctions respiratoires, circulatoires et digestives sont normales. Le pansement a été renouvelé. La cicatrice du point opéré suit son cours le plus régulier. La température est de 73,3 degrés. Le pouls marque 72 pulsations et la respiration est k 22. (Signé) mazzoni et lapponj. \AJ\ D L»tJö aL'UxlllöiiicLILc ÖUIll UUU au oi oo loftumiiouui uu UOüOlilUl I UU1 löö «UUUUÜOÖ UÖ ri'ttUüö Ol U.O I O «VA

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 1