Serait-ce vrai Les grèves Actes officiels VARIÉTÉS Le mois de Mai et la pêche Les Sauterelles Etoffes en Soie écrue fr. 16.50 Lo pays est calrae en présence de la ré forme électorale. Les journaux libéraux inodérés eux-mêmes doivent le reconnaitre. Que les associations libérales protestent con- tre cette réforme, c'est leur droit, et nous ne le leur contestonspas. Mais nous sommes d'avis que les protestations et les résistances, pour être légitimes et légales, doivent se confiner: dans les associations mêmes et ne se produire ni dans bs rues ou places publiques, ni dans les sailes de spec tacle ou autres locaux communaux. Sous ce titre, le Progrès, par la plume de rious ne savons quel écrivassier, écrit un ar ticle qui vise k être méchant k l'endroit d'un magistrat qu'il ne désigne pas. En disant écrivassier, nous ne faisons al lusion k aucun adversaire politique et nous disons franchernent que nous sommes con- vaincu que 1'article n'émane pas d'un homme de loi ou de droit. II ne s'agit pas du reste d'une question d'intérêt général ou politique, mais d'une affaire privée oü le particulier peul toujours, s'il le désire, faire recuser un juge plus ou moinsjuge et partie. Qu'au lieu de s'adresser aux journaux, ce particulier s'adresse done au magistral lui mêrne qui ne demandera pas mieux peut-être que de se recuser. Voici le méchant article du Progrès De tout temps, un magistral plus ou moins impliqué dans une affaire en instances, se fit recuser comme juge, il n'en est plus de mêrne aujourd'hui, d'après ce qu'on nous assure. 11 parait qu'un magistrat, dans un procés pendant, plus ou moins juge et partie, siège d'après nous, son devoir est tout tracé, non pas que nous dou- tions un instant de son impartialité, mais le prestige de la justice a tout a gagner, en la mettant a l'abri de toute suspicion. Quand un magistrat se laisse facile- ment nommer menbre decommissions scolaires et autres, il na qu'è suppor ter philosophiquement les affaires dé- sagréables, qui peuvent se présenter un magistrat, qui tient a être respecté et estimé, doit savoir s'abstenir de tou- tes les questions irritantes et passion- nées, surtout de tendance politique il doit savoir rester neutre et com- prendre surtout que la politique doit rester exclusivement aux politiciens. Le public dit, avec raison, n'avoir aucune confiance dans le magistrat aux opinions par trop tranchées d'après lui, eet homme de lois rend des services et non des arrêts. Ges approbations sont données sous eer- J taines conditions et ootaoiment, pour b der- uier service, qu'il devra cesser le jour oü commencera l'exploitatioó du chemin de ter vicinal deRoulers Dixmude par Öostnieuw- kerke et Westroosebeke. Pararrêté royal du 13 Mars, les sociétés mutualistes KalAoEe&g Ziekentroost, établie k Ypres et Sinte Elisabethsgenootschapétablie k Courtrai sont reconnus. Des arrêtés royaux en date du 22 Avril approuvent les délibérations de la députation permanente de la Flandre Occidentale, auto- risant les sieurs A.-V.-F. Van Elslaride (de Passchendaele), R. Lobelle (d'Oostvleteren) et Constant Verfaillie (de Westroosebeke), k exploiter pendant vingt ans des services pu blics et réguliers de transport en commun par terre, respectivement entre Passchen daele et Ypres par Zonnebeke Oostvleteren et Ypres par Renirighe, Zuydscbote et Boe- singhe Westroosebeke et Roulers par Oost- nieuwkerke. Dans le Borinage, les meneurs soeialistes font un dernier effort en faveur du maintien de la grève, mais les ouvriers, qui commen- cent ressentir les efforts du chómage, les abandonnent. Les meetings sont peu suivis. Eu même temps, on constate une reprise assez sensible du travail, Dans la plupart des charbonnages, on a pu recomraencer hier la besogne d'extrac tien. II n'y a plus que 12,250 grévistes. La reprise est surtout sensible Cuesmes et k Dour. On prévoil que ce matin tous les ouvriers des charbonnages de ces régions reprendront le travail. La gendarmerie, qui assure le service d'ordre, a dressé de nombreux procés ver ba ux k charge de grévistes qui vont attendee sur les cherains qui conduisent aux fosses les ouvriers qui se rendent aux charbonnages et les maltraitent. Lesrenseignements parvenus aux autorités fout prévoir pour cette semaine la fin de la grève dans les trois bassins houillers du Hainaut. On constate dans chaque centre une dimi nution assez notable du nombre des grévis tes. Voici, d'ailleurs, les chifltres officiels Charleroi, 18,300 grévistes, soit una di minution de 1,600 sur le chiffre d'hier. Borinage, 12,300 grévistes, diminution de 1,763. Centre, 8.465 grévistes, diminution de 1,900. Dans le bassin de Charleroi, la situation ne s'est pas améliorée. II y a, au contraire, aggravation comparativement k Samedi. Ce jour-Et, il y avail 21,760 grévistes hier, le relevé officie! fixe ce nombre k 22 680, soit un millierde cbómeurs en plus. II n'y a nulle part de modification sensible. Marcinetle 3 Mai. Cette nuit, au quar tier de la Tombe on a tiré des coups de feu dans les fenêtres de l'habitation occupée par un ouvrierqui n'avait pas abandonné la be sogne. Heureusement. eet attentat n'a eu pour conséquence que dee carreaux brisés. Une enquête est ouverte par la gendarme rie elle n'a pas donoé de résultats jusqu'ici. Nous sommes enfin arrivés au mois de Mai, qui fut, il y a bien des années, le plus beau mois de l'annéè. II n'y parait guère jusqu'ici et il faudra, pour justifier sa répu- tation, que le mois de Mai fasse, pour le moins, dix fois mieux quel'Avril de cette année, mois qui a été, il bien faut le consta- ter, un des pires avrils dont on ait le souve nir. Ce qui explique le mot enfin, employé tantót, pour exprimer le timide espoir que le printemps commencera ne soyons pas difficiles sous peu. Seuls en effet, les collégiens, les arbori- culteurs et les vieilles perruques croient encore que le printemps commence le 21 Mars.... Si la lune, qui succèdera k la lune dite rousse, d'oü nous vient sans doute tout le mal, cette année si cette nouvelle lune ne change pas du tout au tout la conduite de ia température actuelle, on aura de la chance en voyant ce bienheureux printemps commencer avant le 21 Juin, jour officiel de l'entrée en scène de i'été Une chose certaine et que tout le monde prat constater, c'est que jusqu'ici, un grand nombre de plantes et d'arbres ont encore généralement leur parure d'hiver. A peme aperpoit on quelques bourgeons, qui font des efforts héroïques pour éclore, sous la bise glaciale qui souffle presque constam- ment du Nord. Et dans quelques jours nous sommes k la St Job, époque k laquelle, dans le temps, tout le renouveau flatlait l'oeil de la plus agréable fapon Si cette température vraimenl anormale est mauvaise pour la culture, elle est désas- treuse également pour la pêche. Les mois d'Avril et de Mai avaienl le re- nom d'être les meilleurs pour les amateurs de ce sport. En effet, le temps était généra lement doux, sans être tróp chaud. On salt que pendant les grandes chaleurs aussi bieu que pendant les grands froids, le poisson ne rnord que fort peu. Ce qui fait que depuis les mois d'Avril et de Mai jusque vers la moitié de Juin la pêche étail généralement plus l'ruotueuse que pendant les mois suivants. C'est encore une reputation qui devra prendre place parmi les légendes. Le mal n'est pas grand d'ailleurs, car, exepté la pêche k l'anguille faite k l'engin dit peur la loi de 1883 défendait la pêche, pendant la soi disant période du frai, fixée du 15 Avril au 15 Juin. Soi disant période est bien le mot, car pour la majeure partie des poissons, la pé riode du frai commence k la fin de Février, pour finir k la fin de Mars ou au commence ment d'Avril. II est d'ailleurs une chose k observer en parlant de cette période d'interdiction de la pêche, pendant l'époque du fraic'est que si cette mesure s'explique et se justifie quant a la pêche au filet et autres engins identiques, elle est positivement absurde en ce qui re- garde la pêche k la ligne. En effet, tous les pêcheurs savent que le poisson qui fraie ne mord que fort rarement k l'appkt. II est k espérer, par conséqu ont, que les législateurs feront disparaitre dans la nou veile loi proposée sur la pêche, cette clause en ce qui regarde la pêche k la iigne; clause vexatoire qui ri'a d'autre résultat que d'eule- ver, k l'époque généralement la meilleure de l'aonée, leur plaisir favori, k une foule de braves gens. Heureusement que l'interdiction en ques tion ne s'applique pas k la pêche k la pelose vermille.autrement nomrnée «poer ou peur». Genx qui se promènenl ces jours-ci, le long du canal d'Ypres k Boesinghe remar- quent plusieurs de ces pêcheurs, assis sur ia berge, une cuvelle ou un parapluie ouvert, floitantsur l'eau, devant eux, pour servir de récipient aux anguilles prises. Malheureusemènt le temps froid actuel n'est p s favorable non plus k cette pêche. Du moment que le vent tourne au Nord, l'an- guille rentre dans la vase ainsi qu'en hiver. Et en parlant de la pêche au peur ex- primons l'espoir que la nouvelle loi assimi- lera, sans laisser k son sujet la vague incer titude actuelle sur sa légalité, catte pêche k la pelote ou peur k celle de la pêche k la ligne ordinaire. La province de Ciudad Reale en Espagne a été eovahie par les sauterelles qui causent de grands ravages k l'agriculture. Le train venant de Badajoz est arrivé k CiudadReale avec un retardconsidérable,par suite de la quantitéde sauterelles tombées sur la voie. En Algérie, les criquets font aussi de nombreux ravages. Le lieutenant Touchard, du bureau arabe de Biskra, est parti du cóté d'Elmadher, sur la commune de Mac Mabon, avec de nom breux indigènes et des chameaux réquisi- tionnés. Le lieutenant Guillo' aéié envoyé dans le Sud avec Bouaziz ben Gnnah, filsalné, agha, pour surveiller l'oeuvre de destruction du cóté de Foughala oü les criquets s'avancent sur un front de 130 kilomètres meoapant de franchir l'oued Jedd et de s:* répandre en- suite dans les oasis et les jardins. Si I »s criquets réunissent k forcer le cor don de défenss, k envahir les oasis oü les palmiers sont sur le point detre fécondés, les eonséquences seront terribles, car les acridiens dévorent les régimes en 'fleurs et la prochaine récolte des dattes sera fatalement perdue. Pour évicer un pareil déastre, les réquisi- tions ont doublé de sorte que presque dix mille Arabes et autant de chameaux sont actuellement occupés dans le cercle militaire de Biskra, pour détruire les criquets qui ont contaminé prés de trois cent mille hectares. SURVEILLEZ L'ANÉMIE. - Ce mal si fré quent qui frappe surtout les jeunes gens, les jeunes fllles et les femmes fatiguées soit par le travail, soit par les fatigues provenant de la maternité, doit être l'objet d'une surveillance constante si l'on veut éviter les plus grands malheurs. L'anémie, en effet, peut amener la mort. L'appauvrissement du sang devient tel, qu'il ne peut plus sufïïre k la régularité des fonctions vitales; les nerfs s'affaiblissent insen- siblement et le malade devient impropre a tout travail physique ou intellectuele Le sommeil et l'appétit ont dispara et des accidents de toutes sortes finissent par aboutir a i'épuisement gé néral. Mme Rémant-Ruelle, agée de 26 ans, habitant le Chktelet, province du Hainaut, Belgique, en fournit un exemple frappant et son mari nous indique dans la lettre suivante.le moyen qu'ellea employé pour se tirer de ce pas diffi cile. Ma femme, dit M. Rémant-Ruelle, était at- teinte d'une anémie déjk trés avancéedepuis plus de quatre années, D'après une photographie. elle souffrait de maux de tête violents, sa vue s'était complètement affaiblie et elle avait perdu tout sommeil. D'autre part, elle avait de fréquents points de cóté et ne pouvait plus prendre aucune nourri- ture. Son visage était devenu jaune, ses lèvres blêmes et son état de faiblesse était extréme. De tous les remèdes employés successivement, un seul a réussi, qu'elle voulu essayer comme der- nière ressource. Je signale et recommande a tous les anémiques de suivre son exemple et de prendre dès l'origine les Pilules Pink, car après en avoir fait usage pendant quelque temps, ma femme a repris rapidement ses forces et retrou- vé le sommeil et l'appétit. Avec les maux de tête et les points de cóté, elle a vu disparaitre tous ses malaises et revenir les roses sur ses joues. Je vous témoigne ici ma vi ve satisfaction. L'explication de cette guérison est bien facile. A un sang appauvri, a des nerfs épuisés, M. Rémant-Ruelleadonné le plus puissant régéué- rateur du sang, le meilleur tonique des nerfs: Les Pilules Pink, d'oü l'on peut conclure qu'el- les doivent être employées dans toutes les mala dies provenant de la pauvreté du sang telles que la chlorose, la débilité générale, la danse de Saint-Guy. Elles agiront effieacement dans tou tes les phases d'affaiblissement chez la femme et produiront une action certaine chez les hommes dans les cas de surmenage physique ou moral. En ventedans toutes les pharmacies et auDépót principal en Belgique, A. Derneville, pharma- cien, 66, boulevard de Waterloo, Bruxelles. 3 fr. 50 la boite ou 17 fr. 50 par 6 boites, franco, contre mandat-poste. Les Pilules Pink sont également en vente a Ypres chez M. Socquet. jusqu'k 77,50 la robe compléte—Tussors et Shan tungs Pongees ainsi que Henaeberg- I noire, blanche et couleur, a partir de I 95 ets. jusqu'a fr. 28.50 le mètre, en uni, rayé, I quadrillé, faqonné, Damas etc. (env. 240 qual. et 2000 nuances et dessins diff.), franco deport j et de douane d. domicile. Echantillons par retour. 6. HBnneberg,FabriquedeSoie(foura. I.&R.) Zurioh. «WUftr,»- -

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 2