- -- - conseil communa Samedi 13 Mai S 899 10 centimes le r# m m-m Le grand meeting de Dimanche prochain A 1'Association libérale d'Ypres VÏLLE D'YPRES \nnee. rs&b\c&0:y-' S& ■/xiu On s'abonne rue au Beurre, 36, k Ypres, et Le JOURNAL D'YPRBS parait le Mereredi et le Samedi. Le prix de I'abonnement, payable par anticipation est de 5 fr. 50 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre, Les articles et communications doivent être adressés franc de port a l'adresse ei-dessus. k tous les bureaux de poste du royaurae. Les annonces content 15 centimes la ligne. Les réclames dans le corps du journal coütent 30 centimes la ligne. Les insertions judiciaires, i franc la ligno. Les numéros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exempiaires. Pour les annonces de France et de Belgique (excepté les 2 Flandres) s'adresser l'Agence Havas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, S, Place de la Bourse. Le meeting est annoncé pour Dimanche 14 Mai prochain, k trois heures de relevée, d la Salle de spectacle, d Ypres Comme nous l'avons dit, d'après La Lutte et le Progrès, les orateurs de tous les partis politiques y soot invités. Et déjèajoute le ProgrèsMM. P. E. Janson, avocat; G. Gri mard, avocat, représentant de Thuin l'abbé Daens, ancien représentant d'Alost se sont fait inscrire. Nous apprenons, par La Lutte, que nos Sénateurs et Députés sont invités prendre la parole k la réunion. Toutes ces nouvelles paraissent exactes, saufune: le meeling n'aura pas lieu dia Salle de Spectacle. La Lutte d'hier soir dit en effet quelle apprend au dernier moment que la salie a été refusée par le Collége Echevinal. Nous ne pouvons que féliciter nos Ediles d'avoir suivi i'exemple donné en 1890 par M. Bossaert, ff. de Bourgmestre, qui refusa une Salie des Halles k M. P. Vermeulen, qui la lui avait demandée, au nom des progrès- sistes.pour un meeting en faveur du suffrage universel. Le meeting aura lieu quand mêrae, dit La Lutte Le com,té de la Ligue nationale pour le S. V et la R. P. vient de demander d I'As sociation libérale la Salie des Anciens Pom piers. Nous ne voyons pas pour quel motif VAssociation libérale refuserait sa salie. EUe a adhéré Lundi soir au S U. tempéré par la R P- Du reste les orateurs qui se sont fait ins crire seront k leur place au local de 1 Asso ciation libérale, même l'abbé Daens qui a l'habitude de s'acoquiner avec les libéraux, les radicauxel les socialistes. Dernièrement encore il s'est rendu k la maison du Peuple de Bruxelles, sans y être invité et s'y pst fait applaudir. NaturellementUne soutane fait de l'effet chez les ennetnis déclarés de la Religion et du clergé. Nous verrons done M. Daens trainer sa robe dans le local de l'Associ 'tion libérale d'Ypres! Et si nous disions que seul un prêtre dévoyé peut faire cela, nous enten- drions jeter des cris d'orfraie par les ennemis de la soutane Heureusement qu'en Belgique il n'y ait qu'un prêtre de cette espèce lk Nous apprenons que M le Bourgmestre, chef de la police, vient d interdire les mee tings aars les rues et places publiques. L'association libérale s'est réunie Lundi soir k 8 1/2 heures, au local des Anciens Pompiers. La Lutte et Le Progrès,qui annoncent cette nouvelle, n'ajoutent plus Ie qualificatif de constilulionnelle k celui de libérale, donné k l'association. Nous les félicitons de eet oubli, volontaire sans doute, rnais en sorame trés jusie. Les mêmes journaux nous donnent les noras des membres qui ont assisté k la réu nion et l'ordre du jour voté k l'unanimité. Voici leur compte-rendu textuei En l'absence de M. Aug. Brunfaut, ernpêché, M. l'avocat Ernest Nólf, Se crétaire, présidait, ayant a ses cötés MM. H. Bossaert, E. Iweins, Aug. Harteèl, Em. Verschaeve, JulesOnraet ct Théoph. Maleveys. L'ordre du jour a été voté a l'uaa- uimité Cousidérant que le projet de loi électorale déposé par le gouvernement méconuait aux libéraux westflamands le droit de representation, qu'iloctroie aux minorités d'autres provinces qu'il cousacre a leur égard une véri- table loi d'exception, que rien ne jus- tifie et qui est incompatible avec le principe de l egalité des Beiges, pro- clamé par l'article 4 de notre Consti tution. Cousidérant qu'il est du devoir de tout gouvernement soucieux des inté réts supérieurs de la patrie, de doter le pays d'une legislation uniforme. L'Association libérale et constitu- tionnelle d'Ypres proteste avec la der- nière énergie coutre l'attentat pure- ment politique, que projette le gou vernement ei émet le voeu de voir tous les partis d'opposition s'unir pour faire triompher le suffrage uni versel pur et simple mitigé par la representation proportioonetle et l'in- struction obligatoire. Dans notre dernier numéro nous doutions encore de i'adhésion de l'Association libé rale et constitulionnelle au S. U. et k la R. P. Aujourd'hui iévoluiion est compléte Nos vieux bonzes doctrinaires sont railiés. Nous l'avons prédit, c'était fatal. Pour mieux dorer la pilule on a mitigé le S. U. par la R. P. et l'on a même ajouté l'instruction obligatoire. Qu'est-ce que l'in- sluction obligatoire a done k voir dans une protestation centre un projet de loi électorale, se demandera t-on. Oh il fa ui des tempéra- ments.des édulcorations. II y a des gens qui, pour sucrer davantage leur caté, y ajoutent une figue. Quoiqu'il en soit, ils sont railiés. Des libéraux modérés tel le Précurseur d:Anvers etautres trouvent que le projet du gouvernement n'esl pas aussi mauvais que d'aucuns le prétendent. Ils voudraient la R P. intégrale, mais ils ne se rallient pas au S. U C'est un système défendable, encore qu'il n'ait aucune chance de recueillit' une m jorité ni k droite ni k gauche. Nos libé raux ne s'inquièteni pas de cela. Ils veulent tout ou rien. et pour arrivar k leur but, ils s'allient avec le diable comme M. Van der Kinderen, l'ancien bébé. Et cette fois, ce ne sunt plus las têtes felées du parti qui en arrivent lk, ce sont les anciens doctrinaires, deveous sans doute aussi un peu bébés, pour ne pas dire gateux Ils avaient juré que jamais l'eau et le feu ne s'allieraient. lis nous traitaient de socia listes paree que, dans le pays, de rares ea- tboliques avaient contracté une alliance mo mentanée avec les socialistes. Les voilk uuis, railiés, allant plus loin que les radicaux de 1893, qui ont voté le suffrage universel tempéré par le vote plural. Ils tempèrenl le S. U. par la R. P. C'est k-dire qu'iis sont déctdés k lancer le pays dans toutes les aven- tures d'une révision consiitutioanelle succé- dant a celle de 1893 dont l'expérience est k peine faite. Qu'iis y aillent! Leurs efforts seront aussi j vainsque leurs projets Le pays en a assez des révssions constitutionnelles. Gela s'est fait une fois et l'on saitavec queiles peines. Cela ne sefera pas une seconde fois, en supposant même que Ia moitié de la Gbambre devienne radicosocialiste. Nous ne nous plaignons pas de l'alliance anticléricale Yproise, Nous avons eu k com- battre jusqu'ici les diverses nuances du parti liiéral. 11 n'y a plus de nuances; c'est le parti radico-socialiste que nous avons devant nous. Nous en abaltrons les têtes plus faci le ment encore que nous avons démoli les chefs de l'ancien parti doctrinaire. Les an ciens étaient quelque chose, ceux d'aujour d'hui ne sont plus rien. Séance du Samedi 6 Mai 1899 La séance s'ouvre k 5 b* 35 minutes, err présence de tous les conseillers, sous la piésidence de M. le b0D Surmont de Vols bergbe, Bourgmestre. Interpellation M. Boone. Avant d'aborder l'ordre du jour, je désiré interpeller le Collége Eche vinal au sujet de l'éclairage de la ville. Pt és du chateau d'eau et des autres mai- sor,s du quarlier du «Steepen brugge»,il y a tout au plus deux reverbères. Passé le Steenen brugge, il n'y a plus d'éclairage, et comme le train roule par lk, c'est un danger permanent. J'insiste auprès du collége Eche vinal afin que des mesures soient prises pour améliorer cette situation. M. le Piésident,. Je ri'ai pas sous la main en ce moment toutes les dispositions qui ont éié prises pour l'éclairage de eet en- droiimais je pense qu un reverbère doit être placé prés du pont, naturellement avec une lampe k pétroie, car le gaz n'y existe pas. Dans tous les cas, nous examineroiis la ques tion et nous prendrons les mesures néces saires. Communication M. le Bourgmestre a fait l'acquisition dans une vente k Bruxelles, d'un r.oile de De Schamphelaire «Inondauons de l'Yser et de l'Yperleé pour t78 fr.. Approuvé. Halle aux viandes Les plans pour les changements k opérer k I'intérieur de la Halle aux viandes, sont suspeniuesautour de la salie bleue. II y aura 32étaux. A en juger d'après les plans, la Halle aux viandes restaurée aura un bel as pect. Le devis est de 2000 fr. M. Iweins d'Eeckhoutte. demande que les cours soient réparés également. M. le Président, - Oui, mais dans un autre exercice. A présent nous n'avons pas de crédit suffisant. D'ailleurs il a été décidé de (aire tout le travail en plusieurs exereices. Egouts M. Rooze-Dael est entrepreneur pour les égouis Vieux Maiché au bois et rue Fiers. M. D'Huvettere. demande quand on commencera le raccordement rue Carton. M, le Président. II y a quelques diffi- ciiltés que nous tkcherons de surmonter. La construction d'un nouvel égout sup- prime tous les anciens. Les propriétaires se ront priés de se faire raccorder, ce qui sera le plus prudent pour eux. S'ils ne le font pas, ils seront en danger, une fois que l'ancien égout est perforé, d'avoir leurs caves inon- dées. Et la ville a le droit incontestable de supprimer tous les anciens égouts, quand elle const ruil un nouveau, M. Coiaert partage cette opinion. M. ie Président. Notre fapon de créer les égouts a éié vivement critiquée dans certaines feuilles. J'ai déjk répondu k plu sieurs de ces criiiques, en séance du conseil communal. On voudrait entr'autres que i'égout, la canalisation des eaux et la con duite da gaz soient réunis dans le même creux. J'ai prouvé que ce ne serait ni fai- sable ni utile. Suppose?, qu'une rupture de tuyaux ait lieu dans la canalisation des e.ux, l'eau s'éc 'ulerait par I'égout et nous n'eri saurions rien. II en est de même en cas d'une fuite de gaz. Enfin, ces journauxcritiquent tout ce que nous faisons. Achat de terrain Une nouvelle demande est faite. On com- mencera l'examen. M. D'Huveltere demande qu'on n'at- tende pas k faire eet examen, jusqu'après la séance du conseil communal. C'est lk une perte de temps inutile. M. le Président. Nous commenpons toujours immédialernent aprés demande faite. Fêtes vélocipédiques Le Rapid-Club et le Velo-Club demandent tous les deux un subside pour l'érection d'une fête vélocipédique. Le Collége l_

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 1