;f!Il J a s^WP^r CONCERT 1mm Samedi 27 Mai V899 (0 centimes le IV0. 84e AmÊE, N° 3446 "mm '*Wm qA,(xAN O DE CERCLE CA THOLIQUE La fete de gymnastique au jardiu du Cercle aura lieu Dimanche prochain, 28 Mai, a S 1/2 heures de relevée. REVUE POLITIQUE Saint-Siège 1 talie France A la Chambre des Représentants Les Bonzes doctrinaires Encore le Progrès et le meeting du 14 On s'abonne rue au Beurre, 36, k Ypres, et k tous les bureaux de poste du royaume. Le JOURNAL D'YPRKS paraït le Mereredi et le Samedi. Le prix de rabonnementpayable par anticipation est de 5 fr. 60 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre. Les articles et communications doivent être adressés franc de port a l'adresse ci-dessus. Les annonces content 15 centimesla ligne. Les réclames dans le corps du journal coütent 30 centimes la ligne. Les insertions judiciairesi franc la ligae. Les numéros suppió- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique (excepté les 2 Flandres) s'adresser a VAgence Eavus Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et a Paris, 8, Place de la Bourse. jijm«iitnhe 28 Mai A MIDI au kiosque de la Grand'Place par LA GRANDE FANFARE PROGRAMME 1. Ronde des petits Pierrots, marctie militaire, Aug Bosc 2. Fantaisie sur l'opéra Les Cloehes de Gorneville, Planquette 3. Rossignol et Fauvette, polka pourBugleetPision, E. Launay 4. Marche guerricre d'Athalie, Mendelsshon 5. Les Gnomes, morceau ca- ractéristique, R. Eilenberg 6. La Belle Bruxelloise,\als\ Langlois Rome, 25 mai. Le Pape a decide que S. E. le cardi nal di Patro, préfet de la Sainte Con gregation du Concile, présidera l'inau- guration du Concile provincial sud- américain. Les journaux italiens annoncent que les diverses Compagnies de che- mins de fer de la Péninsule ont decide d'accorder un rabais de 75 p. c. tous les pèlerins se rendant. collectivement a Rome pour y gaguer le jubilé. A Monte-Citorio Rome, 25 mai. Le vice-president Palberti lit une lettre de M. Zanardelii declarant qu'en presence de la nouvelle situation po litique, consequence de la récente crise, il donne sa demission de prési dent de la Chambre. Le général Pelloux annonce ensuite la constitution du nouveau cabinet. II déclare que lesnégociaiiousdiplo- matiques relatives a la baie de Sam- Moun seront reprises afin d'assurer une solution satisfaisante n'envisa- geant pas la respousabilité financière ui militaire du pays. Le général Pelloux déclare que le j but que poursuit l'ltalie est exclusive- 1 ment commercial. Le général Pelloux I prie la Chambre d'ajourner la discus sion des interpellations et des ques tions sur la politique étrangère, de discuter en seconde lecture les mesures politiques et de ne pas accepter la dé- mission de M. Zanardelii. Dans son discours, le général Pel loux a également fait ressortir la nécessité de voter rapidement les bud gets. Quant a la question cbinoise, le ministre se réserve de reprendre les négociations suspendues par suite de la démission du précédent cabinet. II a déelaré que si le ministère est jaloux des prérogatives des pouvoirs extra- ordinaires, il est aussi respectueux des droits de la Chambre et il donne l'as- surance que lorsque la Chambre vou- dra examiner cette question, elle ne sera nullement engagée quant a l'in- dépendance de son vote par le fait accompli ni par les engagements offieiels. La Chambre décide a l'unanimité de ne pas accepter la démission de M. Zanardelii. La séance est suspendue le général Pelloux se rend au Sénat. A la reprise, le vice-président prie la Chambre de fixer le jour de l'élec- ti >n du nouveau président. Plusieurs voix A detnaiu a demain 1 le général Pelloux demaude a la Chambre de fixer cette élection au 30 mai afin que les députés absents aient le temps d'arriver. La Chambre est trèsanimée. Une proposition de M. Villa re- poussée par le gouvernement, deman darit de fixer au 27 mai la date de lelection du nouveau président est rejetée par 196 voix contre 118 et 10 abstentions. Conformément a la de- mande du gouvernement l'élection est fixée au 30 mai. Les pronostics Bien que la plupart des journaux refusent d'attacher une importance quelconque au vote de la Chambre, de nombreux parlementaires le trouvent symptomatique. Pour eux il signifie clairement que le nouveau cabinet ne peut pas compter sur une majorité. Evidemment, observent-ils, l'hori- zon est encore obscur. L'abstention de MM. di Rudini, Crispi, ainsi que plu sieurs de leurs amis, est significative. Les difficultés sont loin d'etre surmon- tées, mais a vee adresse il serait pos sible de les vaincre en outre le gou vernement a pour lui un argument qui ne manque pas de valeur a Monte Citorio, c'est le vif désir de la plupart des députés, de fuir les chaleurs romaines. Paris, 26 mai. La commission du budget a décidé de rétablir le crédit de 2 millions pour les facteurs supprimé par le Sénat, lorsque le budget reviendrait devant la Chambre. De soncóté, le gouvernement restera sur le terrain oü il s'est placé a l'ori- gine, c'est a-dire qu'il repoussera cette augmentation de crédit en raison d'une part de la situation financière et d'autre part de l'insuffisanee même du crédit pour atteindre le but proposé. Le général Galliéni, gouverneur général de Madagascar, est rentré hier en France. II a débarqué a Marseille. Le commandant Marchand, le vain- queur de Fachoda, y est attendu in- cessamment. La Chambre a consacré toutes les séances de cette semaine a la discussion du budget de l'agriculture. MM. Iweins d'Eeckhoutte et Colaert ont traité spécialement la question du fonds d'agriculture de notre province et réclamé un subside en faveur de ce fonds. lis ont demandé d'autres me sures en faveur de l'agriculture, et ré clamé la prompte discussion du projet de loi sur la pêche. A la pêche, M. Colaert a joint la question de la chasse et insisté pour que Ia Chambre vote sans retard le projet de loi sur la destruction des la- pins, s'engageant a saisir la discussion de ce projet pour introduire des mo difications a la loi de 1882 sur la chasse, dont il entretient chaque année la Chambre. Mereredi soir eut lieu, a la maisou du peuple de Bruxelles, un meeting auquel prirent part M. Lorand, M. Pierre Daens remplagant l'abbé em- pêché, M. Furnémont et autres ora- teurs socialistes rouges ou verts, M. Furnémont s'est moqué agréable- ment de ses alliés doctrinaires. Par- lant du projet de loi électorale, il s'est écrié Les gauches feront grève et les meneurs de cette grève s'appellent M. Bara, M. Dupont, M. ,T Serste- vens (rires et applaudissements). Continuant son discours, l'orateur a dit II faut que la barrière du vote plural tombeC'est le S. U. que les socialistes, les démocrates chrétiens et les pi*ogi*essis- tes ïm poser-out au gouver nement. II y a uu fonctiounaire que la nation en- richit depuis 70 ans, lui et sa familie, et qui pendant que le pays traverse une crise, s'en va au loin et se lave les mains comme autre fois Ponce-Pilate Le peuple n'aime pas les Ponce-Pilate. II faut que l'on soit pour ou contre lui. Nous avertissons le roi que nous ne respecterons pas les Actions constitutionnelles. On concoit que l'auditoire s'est mis a rire quand le Député de Charleroi a rappelé que les bonzes doctrinaires, MM. Bara et Dupont se sont, a cette occasion,attelés au char socialiste. Ce- la rappelle les triomphateurs romains qui faisaient trainer leur char par des rois détronés. Le Peuple nous appreud que le meeting s'est terminé au cri de Vive le S. U. Et la R. P. Ni vu ni connu Qu'en pensent nosdoctrinaires yprois qui, allant plus loin que les bonzes Bara et Dupont, ont protestéen faveur du S. U., tempéré par la R. P. Le Progrès, par la plume d'un rédacteur extra ordinaire, explique comme quoi leci- toyen Shaw a pu traiter les bourgeois de paresseux.(luiaards) sans que les doctrinaires présents dussent protester. Imaginez done Shaw ne s'est élevé que contre ceux qui, par la raison qu'ils sont riches et peuvent vivre de leurs rentes, prétendent, aptes ou non, représenter les autres dans les conseils de la Nation, jouis- sant déjh pour la plupart du quadruple vote Shaw aurait, de cette fa^on, étrillé ses amis Vandervelde, Grimard, Furnémont et autres d'un eöté, ses amis Caluwaert, Nie- 1- I* v

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 1