CAI8SE-RÉCLAME Carter's Ink Coïpany EN 20 I.K BILAN Callewaerl-De Meulenaere, Nouvelles diverses radicale ^HP^rAnémie les nerfs de M. Ie Président de l'Association Li bérale. Quoi d'étonnant? Les baes d'estaminet sont les bases du gouvernement libéral, disai1 unjour, le spirituel Coomans k Frère-Orban. Gela n'est plus aussi vrai, aujourd'hui. Or, cette taxe frappe indistinctement tous les cabarets, elle n'est done pas injuste ou par- tiale. Mais pour Brunfaut-Vermeulen-Dedeystere et G" on ne peut toucher a aucun de leurs ca baretiers. Quand il s'est agi de la loi sur l'ivresse, les libéraux ont combattu cette loi dont la portee morale était évidente. Aujourd'hui, quand l'im- mense majorité du public est satisfaite du rè- glement. sur les Orgues et la Danse; quand le plus grand nombre des cabaretiers eux mêmes en sont enchantésquand la morale publique est plus satisfaite encore, les grands hommes du libéralisme se plaignent. lis cherchent a trouver un appui dans les mauvaises passions. Cela leur est-il naturel Nous continuerons cette revue elle est in téressante. La question linancière sera agréable a traiter. II paraït, k ce qu'on nous dit, qu'un orateur nouveau a parlé encore finance, dans la seconde réunion. On dit que le Progrès nettoyera un peu ses paroles. Soit. Nous lirons cela, et nous y répondrons, comme nous répondrons sur bien d'autres points. Amis, vous ne perdrez rien a attendee. sur la route d'Ypres k Comirtes. 11 a été tué sur Ie coup. Le parquet a été sur les lieux. Demandez chez vos fournisseurs les sucres en paquels de la Raffinerie ïirlemontoise Terrible accident. Mardi, vers 4 beures de l'après diner, k Harlebeke, Justitie Dewaegertaere, épouse de Louis Goppens, s'en revenait des champs. Au détour de la rue, elle vit arriver vers elle une voiture roulant k fond de trein, tandis que, do l'autre cóté, s'avancait le chariot du cultivateur Delaere, demeurant k Hariebeke. La femme Goppens était sur le point de.re écrasée sous les roues du chariot, quand le conducteur, Canaille Viridevo el, s'en aper- cevant, tkche d'arrêter son attelage. Malheu reusement, il perdit l'équilibre et donna la tête en avant sous les roues du chariot qui lui passèrent sur le corps. Quelques instants après, Vittdevogel ren- dit le dernier soupir. Le malheureux laisse une veuve avec 7 enfants. Occasion except iomielle offer to The par BostonU. S. A. LA SOC1ÉTÉ DES ENCRES GARTER, la plus puissante des États-Unis.d'Amérique, désirant faire eonnaitre ses produits en France et en Rèfgique oftre pour la sorame de six francs rassorlimenl suivant: qualitó)- Fr 4. 1 Cruchon encre rouge supérjeure (Crimson) 1 Flacon colle de bureau et pin- coau (grand modèle) 1 Riche Kncrier double de bureau, nicklé (syst. Victor) avec mouil- leur I Flacon encre pour tampon, ca- lendrier, colle photographique, etc Soit valeur réelle. Fr 16 2. - 1.50 6.50 2. S'adresser k Ypres, rue au Beurre 36, chez qui a la vente exclusive de ces encres pour la ville. Nous lisons dans le Moniteur de ce jour le résultat du Concours spécial en agriculture pour les écoles et les instituteurs primaires et les récompenses en argent de l'année 1899 Ressort d'inspection principale de Court r ai Muysen.C. lnstituteur. Langemarck 100 fr. Woestijn, J. id Ploegsteert 75 De Leu, 1. id Messines Horrez, G. id Hulste Dusoulier,F. id Herseaux Basyn, A. Sous-Instit. Langemarck Bossart, E. Vanlseghem, F. Waarlop, A. Detremerie, H. Moenaert, D. id id id id id id id Ploegsteert id Messines 50 50 50 37 50 25 25 25 25 25 Le nommé Désiré Inghelaere, marchand ambulant h Ypres, a été surpris par le train Un nommé Joseph Helsen, en quittant une salie de danse, a été traitreusement tué d'un coup de couteau A la suite de ce meurtre, la gendarmerie k procédé k l'arrestation de trois habitants de Westerloo un d'euxV. L..., pressé de questions, a fini par avouer son crime. II a été aussitót transféréau prison et mis k la disposition du procureur du Roi les deux jeunes gens qui avaient été arrêtés avec lui, ont été immédiatement remis en librrté. Le iirage de la tombola orgarusée au pro fit de la eaisse de secours de ia fédération Royale des corps de Sapeurs Pompiers de Belgique, qui devait avoir lieu le 27 Aoüt dernier, rst déflnilivemerit fixé, sans aucune remise, au Dimanche 29 Octobre 1899 k 21/2 heurrs de relevée. Le tirage aura lieu pu- bliquement au théktrede la Scala, place De Brouckere k Bruxelles. Quelques billets sont encore k placer on peut s'en procurer en s'adressant au prési dent Monsieur Rauler, 82 rue de la clinique, Cureghem ou au Secrétaire général, Mon sieur Henry, 51, place du jeu de balie, Bruxelles. BUÉRISOM Dépot a Ypres chez Libotte, Marché au beurre Huwelijksafkondigingen 1 Alphonsus Vermeulen, daglooner, te Yper, i en Maria belong, werkvrouw te Yper. j Garolus Bagin, schrijver, te Yper, en Maria F Bardyn, zonder beroep, le Yper. j Garolus Degrendele, daglooner, te Yper, en l Ilot tentia Ilullaert, kanlènwerkster, te Yper. j Marcel in us Tasseel, bakker, te Yper, en Ilubertina Ghesquiere, zonder beroep, te Yper. DE r t'INDUSTRIELLE PASTORALE BELGE SUD-AMÉRICAINE Nous lisons larticle suivant dans le Métropole d'Anvers La Sociélé anonyme Industrielle et Pasto rale beige sud américaine, fondée k Anvers le 4 Juillet 1894, vietti de publier le bilart de son 5e exercice. M. Marquinler, place de la Justice, 15, a Chrcun sait que cette société, depuis sa Br<.Tde1aitCgarderla chambre par suite d'un créa,ion< s'est occupée uniquement de place ments fanciers et de prêis hypothécairs» Une-grève Seraivg Une'grève éclaté Mercredi matin, au siè - e du charbon- nage la Vieille Monlagne, k Senting. Trois cents ouvriers ont r. fusé dedescen- dre, réclamant une augm ";jLiii >n de salaire. Cette grève sera, crón-on. de durée. couite accès de rhumatisme goutteux, j'éprouvais de fortes douleurs. J'essayai l'élixir antigoutteux et antirhumatismal Vincent. L'efl'et fut vraiment surprenant; au bout de deux jours je pouvais reprendre mes occupations.» Marquinier. Dépót a Tpres Pharmacie Libotte. Prix 3 fr le flacon. Une barque chavirée en mer. Ou télé- graphte d'Anvers, ie 28 Cette nuit k la hauteur d'Hastings, darts la mer du Nord, le canot goëlette n*3du pilotage beige, en j voulant accoster le vapeur danois Sirius, venantde Bahia Blanca k Anvers, k chaviré et tous ceux qui le mojitaient sont tombés k la mer. Le pilote Edouard Lauwereins et l'élève pilote Jules de Pootei se sont noyés. Le pilote auxiliaire Van Damme a été sauvé par l'équipage du Sirius. li UI MANQffllP offregratuitement de faire t.-l" IUUIïiMIjU 14 eonnaitre a tous ceux qui sont atteints d'une maladie de la peau, dartres eczémas, boutons, démengeaisons, bronchites cbroniques, maladies de la poitrine. del'esto- mac et de la vessie, de ^humatismes, un moyen infaillible de se guérir promptement ainsi qu'il l'a été radicalement lui-même après avoir souffert et essayé en vain tous les remèdes préconisés. Getto offre, dont on appréciera le but humani taire, est la conséquence d'un voeu. Ecrire par lettre ou carte postale k M. Vincent 8, place Victor Hugo, a Grenoble, qui répondra gratis et franco par courrier et enverra les indications demandóes. (43 Meurtre (l Zoerle-Parwys. La kermesse de Zoerle-Parwys, lez-Westerloo, a été ensanglantée par un crime aftreux. dans la République Argentine, et la plupart de nos lecteurs n'aurorit pas été sans remar- quer son rapide développement, et sans pro- 1 fiter, comme actionnaires et obligataires, des beaux résultals qu'elle a su obtenir en si peu d'années. Gependant, au point do vue plus général d l'intérêt qui s'attache k nos entreprises locales, ce bilan et ia brillante siluaiion qu'tl même idéé: prendre le capital en Europe et le faire fructifier en Argentine et au Brésil. L'énoncialion de ce simple programme sufflt k indiquer une source de bénéfices cer tains pour quiconque connait les taux d'inté- rêt élevés qui se praiiquent couramment dans les pays sud-américains, et que, d'ailleurs, la fécondité du sol y légitime. De ce cóté done, point d'aléa, surtoutsur un terrain d'opérations aussi sür par lui- même que le prêt hypothécaire. Restait k réaliser la condition primordiale d'une bonne gestiort, empreinte de nos vues européennes, sans optimisme ni favoritisme, et le succès ne pouvait faire défaut. II est intéressant d'é'udier, k ce point de vue spécial de la gestion, les garanties dont \yIndustrielle et Pastorale comme la Banque beige de p'éts fonciers ont eu soirt de s'en- tourer. La première de ces sociétés a établi k Buenos Ayres une succursale ou siègent en permanence trois de ses administrator-?;, MM. Ernesto Tornquist et Théodore de Bary, chef et associé de la maison Ernesto Torn quist et C°, et M. J. J. Roméro, l'ancien ministre des finances de la République ar gentine. La puissante maison Tornquist, comman- ditée de tout lemps par des capitalists an- versois, a donné depirs plus de vingt ans, en même temps que d s dividendes réguliè- remert plantureux, la mesure de la haule capacilé de ses dirigeanls et quant k M. Romero, on peut dire de lui qu'il est le mir.istre argentin quia laissé en Europe le meilleur souvenir, car de son administration date en réalité, la renovation économique et financière de la République. De son cóté, la Banque Beige de prê's fon ciers a établi un siège k Rio Janeiro, et en a confié la direction k des Eutopééns choisis avec le concours de la Btasiiianische Bank für Deutschland, aclionnaire elle même du nouvel établissement beige. Notamment, les membres du comité local de la Brasiliartische Bank ont accepté de diriget le siège brésilien de la Banque beige de préts fonciersaprès que l'un des principaux promoteurs de cetle- ci, M, H. Albert de Bary, se füt rendu en personne k Rio pour y étudier le régime by potbécaire du pays, et eréer l'organisation qui vient d'être indiquée. Au surplus, les contrats de prêts, pour l'Argentine comme pour le Brésil,renferment les stipulations voulues pour mettre nos ca pitaux k l'abri des fluctuations de la valuta et des changes étrangers. Si l'on considère, enfin,que dans ces pays lesemprunts sont acceptés aussi aisémentk raison de 50 de la valeut des biens qu'ils le sont en Europe en 2/3 de cette valeur, il faut en conclure que le prêt hypothécaire révèle, méritent de ne point passer inaper pus, et nous nous y arrêterons quelques in- j en Argentine et au Brésil est un genre d'o- stants, ne füt-ce que pour constater une fois pérations absolumenten viable au double de plus l'activité de nos concitoyens et leurs point de vue de la sécurité et du rendement, louables efforts tendant k faire participer le e' i' fau' '°uer ll0S deux sociétés Anversoises capital beige aux richesses naturelles des j d'avoir mis le plus modeste de nos rentiers pays d'out e mer. If Industrielle et Pastorale en est arrivée, j au bout de 5 ans, k mettre en oeuvre quelque j chose comme 22 millions de francs. Enbardi par le succès de cette première entreprise, le groupe de ses promoteurs vient de créer, au capital de 12 millions, une institution similaire, la Banque beige de prêts fonciers, exclusivesaenl destinée k effec- tuer des prêts hypothécaires au Brésil. Ces deux entreprises anversoises sont, par leur importance et leur utilité, bien faites pout forcer l'attention du monde des affaires et la belle réussite de la première est en quelque sorte garante du succès de la se conde. Toutes deux d'ailleurs ont pour genèse la k même d'y participer, soit comme aclion naire, soit comme obligataire, alors que, faute de l'outillage et des relations néces saires, ce genre de placement était resté pen dant de longues anuées l'apanage exclusif de quelques gros capitalistes, ou de la puissan te société anglaise The River Plate Trust, Loan, and Agency Cy. II est k remarquer encore que la Société Générale de Bruxelles, est,depuis lors, entrée dans la même voie, en eréanl la «Scciété hypothécaire Beige Américaine. Nous reproduisons plus loin le bilan de ['Industrielle et Pastorale, nous réservan d'examiner dans un piochain article les dif- férentes calégories de litres créés par cette société. VALEÜ» AU DÉTAIL. 1 Litre encre A copier ou non copier, au choix (toute première WWWWWMW»*» Le têul autorlsi spéclaltment. Pour Raotftlgiiements, i'tdreiier ohex lts RUtuJtS dtlt CBLARITÉ.105I?. SI-Domlniquu.PArtH, OUINET, Pharmacita-Chlmiste, t, Passace Saulnltr, Parts. Mptt Gdoéralp» Ia Btlglquc: CH. DELACRE, BroxeUaa, DANS TOtJTES PHARMACIES. Brociidhi Fiuuco.

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 4