Mercredi 27 Décembre 1899 10 centimes le N° QfiaA/v^ AVIS CONSEIL COMMUNAL L'ANNÉE SAINTE Évêque de Bruges. Par ordonnance de Mgr t'Évêque, A. C. De Schrevel, Chan. Secrét. Transvaal Encore la guerre Anglo-Boer Saint-Siège Notre prochaine élection législative On s'abonne rue au Beurre, 36, k Ypres, et tous les bureaux de poste du royaume. Les annonces coütent 15 centimes la ligne. Les réclames dans le corps dn jbhFnal coütent 30 centimes la ligne. Lbs insertions judiciaires1 franc la ligne. Les numéros supplé- mentaires coütent 10 francs les cent exemplaires. Pour les annonces de France et de Belgique excepté les 2 Flandres) s'adresser A l'Agence Savas Bruxelles, rue de la Madeleine n° 32 et A Paris, 8, Place de la Bourse. Le JOURNAL D'YPRBS parait le Mercredi et le Samedi. Le prix de l'abonnementpayable par anticipation est de 5 fr. 60 c. par an pour tout le pays; pour l'étranger, le port en sus. Les abonnements sont d'un an et se régularisent fin Décembre. Les articles et communications doivent être adrossés franc de port A l'adresse ci-dessus. Monsieur le Bourgmestre de la ville d'Ypres reoeyra, le jour de l'an, a Vhótel de villede 11 h. k tnidi. Lundi 1" Janvier 19ÖO Séance publique a, 9 h. du matin. Ordre du jour: 1° Prestation desermentet installation des conseillers élus le 15 0ctobre 1899. 2* Election d'un échevin. Le mandement suivant a été lu di- manche en chaire dans les toutes les églises dn diocèse Gustave-Joseph WAFFGLA.ERT, Docteur en Théologie. Par la miséiicorde de Dieu et la grace du Saint-Siège Apostolique, Evêquede Bruges, au dergé et aux fidèles de notre Diocèse, salut et bénédiction. Nos trés chers Frères, Se conformant aux traditions plusieurs fois séculaires, Notre Saint Père le Pape vient d'accorder, pour la ville de Rome, la grkce du jubilé ordinaire de l'année sainte, k partir des premières Vêpres de Noël de cette année jusqu'aux premières Vêpres de rannée 1900. Sa Sainteté engage bs fidèles k entre- prendre, en aussi grand nombre que possi ble, le pèierinage de Rome, afin d y devemr participants des pi ivilèges du jubilé, mais aussi, pour y payer le tribut de leurs hom mages au Vicaire de Jésus Christ, et se sentir forufiés et raffermis dans les sentiments de leur foi et de leur piété. Ceux d'entre vous, qui seraient a même de répondre k cette invitation, pourrorrt trouver plus lard chez leurs véoérables pas- teurs tous les renseignements désirables, quant k ['organisation des pèlerinages. Afin de mieux engager les fidèles k profiter des grandes graces et de l'indulgence excep- tionnelle du jubilé, toutes les autres indul gences demeurent suspendues pendant le cours de l'année sainte, en ce sens que, k peu d'exceptions prés, les vivants ne peuvent pas les gagner pour eux-mêmes, bien qu'ils puissent, eependant, les appliquer toutes aux &mes du Purgatoire. Qu'il voussuffise, N. T. C. F., de former l'intention générale de gagner, pendant l'année sainte, les indulgences, dans la me sure et de la mamère qu'elles peuvent l'être, conformément k la volonté du Saint Père. Bien que, au cours de cette méme année, on ne puisse gagner le jubilé sans en accom- plir certaines conditions dans la ville mêaie de Rome, Sa Sainteté Ie Pape a daigné toutefois concéder k plusieurs calégories de fidèles de pouvoir participerau privilège du jubilé, sans devoir entreprendre le pèleii nage de Rome. Tels sont Toutes les personnes agées de plus de soixante-dix ans. Les religieuses et les personnes qui habi- tent avec elles, soit pour y recevoir l'instruc- tion et l'éducation, soit pour tout autre motif légitime. Les malades et infirmes incapables de faire le voyage. Les détenus et reclus dans les asiles, refuges ou prisons. Faisant usage des pouvoirs que le Saint- Siège Nous a accordés, Nous avons décidé et décidons que, pour gagner le jubilé, les fidèles que nous venons de nommer, aurónt k acco nplir les conditions suivantes. En outre d'une bonne confession et d'une saints communion, double condition indis pensable pour tous Ceux qui seront dans la possibilité de le faire, devront visiter leur église paroissiale, une fois le jour, pendant vingt jours, soit consécutifs soit oon consécutifs, et y prier dévotement aux intentions de notre Saint Père le Pape. Les religieux, et les personnes qui habi- tent leurs couvents, au lieu de l'église paroissiale, visiteront l'église ou l'oraioire de la Communauté. Ceux qui seraient empêchés de faire les visites de l'église respective, deman- deront leur confesseur, k qui nous accor- dons les pouvoirs nécessaires k eet effet, de commuercesvisitesenquelques autres ceuvres pieuses d'une importance moralement équi valente. II est k remarquer encore que les fidèles privilégiés dont Nous parions, peuvent gag ner, pendant l'année sainte, l'indulgence du jubilé k deux reprises ditférentes, sauf k en accomplir deux fois les conditions. Des pouvoirs spéciaux sont accordés aux confesseurs en faveur des fidèles qui se con- fessent en vue de gagner le jubilé pour la première fois. N. T. C. F., s'il nous est donné de ga gner le jubilé de l'année sainte, faisons tous nos efforts, pour que, grkce k une véritable pénitence et k une fervente piété, nous puis - sious en recueiilir les avantages inapprécia- bles, dans toute leur plénitude. Que s'il ne nous est pas donné, cette année-ci, de parti- ciper k la grace du jubilé, ne laissons eepen dant pas de joindre nos bonnes ceuvres, nos prières et nos pénitences k celles qui monte- ront au ciel si puissantes et si nombreuses du sein surtout de la ville éternelle, cette capi- tale du monde catholique, afin que dans sa puissance et dans sa bonté, selon les désifs et conformément aux intentions du St Père, le Seigneur nous accorde l'exaltation de notre Mère la S" Église, l'extirpation de l'hérésie et de l'impiété, la paix et la concorde parmi les princes chrétiens et le salut du peuple catholique. Et seront les présentes lues en chaire, k toutes les Messes, dans les églises et oratoi- res publics de notre Diocèse, le quatrième Dimanche de l'Avent. Donné k Bruges, le 15 Décembre 1899. f GUSTAVE JOSEPH, La dëfaite du Général Clery On se demandait ee qu'était devenu le gé- néral Clery, qui commandait l'aile droite du général en chef sir Redvers Buller au Natal On le sait aujourd'hui. Du cölé de Weenen, k une trentaine de kilomètres k l'est de Colenso.le général Clery devait tenter de passer la Tugela et de tour- ner les Boers. II n'a pas réussi, pas plus que sir Redvers Buller. dans la journée du 15 Décembre, et il a, lui aussi, dü abandonner huit canons. La dépêche qui signale ce nou veau désastre, quoique venant de Durban, n'est pas absolument officieile. On fait remarquer k Londre3 qu'une copie de ce télégramme a été communiquée au ministre de la guerre. II a déclaré regretter de ne pouvoir donner aucune confirmation des faits mentionnés dans ce télégramme relativement k l'abandon te nporaire des 8 canons, ajouttant eependant que cette nou velle lui paraissait intéressante et que la co pie de cette dépêche serait conservée ou mi nistère de la guerre pour qu'on puisse s'y reférer k l'occasion. Bref, au War Office on ne dément pas, mais on ne confirme pas davantage ce nou veau désastre qui est de tout point vraisem- blable. Bruits de nègociations en faveur de la paix Une dépêche de Cologne dit, que la Gazette de Magdebourg a re?u un télégramme de Bruxelles émanant de l'agence du Transvaal en cette ville, etconfirmant le bruit d'après lequel le président Krüger serait disposé k faire des ouvertures de paix, pourvuquele gouverne ment anglais n'insiste pas pour faire obtenir aux Uitlanders des droits supérieurs k ceux qu'ils possédaient avant la guerre, et pourvu que le gouvernement anglais consente k payer les frais de la campagne. Si, ajoute le télégramme de Bruxelles, la Grande Bretagne continue la guerre, le prési dent Krüger et le président Steijn feront appel a tous les Boers du Gap pour qu'ils se joignent a eux, et ils proclameront l'indépendance de tous les territoires voisins du Transvaal. Au Cap Pas de nouvelles précisesdu général Gatacre. Le général French a bombardé, le 16, au point du jour, la ferme de Jackfontein, k trois milles a l'est des positions boers. Un détachement de la Nouvelle-Zélande a occupé, sans opposition, la ferme et la colline adjacentes. Les canons boers eovoyés de leur principale position ont alors ouvert ie feu a 5,000 yards (-4,500) mètres et les Boers se sont avancés a l'attaque. Le général French, ayant reconnu la position de6 Boers, a donné l'ordre k ses troupes de se replier. Les highlanders se sont bien comportés sous le feu dirigé contre eux a faible portée. Rapport official sur la bataille de Magersfóntein 2,000 Anglais tués etblessés. Le 2* royal highlanders anéanti. Les journaux publient la dépêche suivantede Laurenqo-Marquez. Rapport officiel complot des Boers sur la bataille dé Magersfóntein. Ayanl recu des renforts importants et son armée s'étant reposée depuis le 28 hövémbre, lord Methuen s'est avancé contre l'armée du général du Cronje qui occupait une position s'étendant sur plusieurs milles des deux cótés du chemin de fer. Le combat a commencé k quatre heures du matin par une canonnade intense sous le cou vert de laquelle de profondes masses d'infan- terie se sont dirigées sur notre position. Elles ont été accueillies par un feu nourri et soutenu qui a arrêté ia marche des Anglais avant qu'ils fussent arrivés k une distance apréciable! Une seconde attaque a subi le même sort. La bravoure des Anglais, sous la grêle de balles des Mauser, était merveilleuse. A ce moment, le corps des Scandinaves qui s'est distingué par son courage et sa témérité a chargé et a été cerné sur un kopje mal abrite oü il a perdu plusieurs tués et blessés et beau- coup d'hommes faits prisonniers. Dans l'après-midi, toutes les réserves an- glaises sont venues prendre part a l'attaque. Elles ont montré un courage sublime. La plaine au nord de Modder-River était noire de troupes déployées pour la charge, mais tout courage était inutile contre les défenses des Boers. Vers la fin du jour les Anglais ont battu en retraite sur Modder-River, laissanl le champ de bataille couvert de morts et de mourants. En outre des pertes subies par le corps scan- dinave qui a eu 18 tués et 43 blessés prison niers, les pertes des Boers ont été insigni- fiantes. Les pertes anglaises en tués et blessés sont évaluées k 2000 hommes. Les prisonniers que nous avons fait, disent que le 2e Royal Higha- landers a été anéanti. Le Pape a supporté avec beaucóup de cou rage la fatigante cérémonie de Dimanche. II a donné la bénédiction en pfésence d'une foule énorme. Sa voix était plus forte k ce moment qu'au commencement de 1a cé rémonie. A une heure un quart; if était rentré dans ses appartemenls.On a beaucoup remarqué que Léon XIII n'avait pas toussé une seule fóis. La Lutle publie l'article, reproduit par la Patrie, dans lequel l'Éscaut, S'Occupant de notre future électiün législative, trouve déplordble la situation du parti catholique dans notre afrondiêsemetit. n

HISTORISCHE KRANTEN

Journal d’Ypres (1874 - 1913) | 1899 | | pagina 2